Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Bactérie tueuse : l’épidémie en voie de s’étendre à l’Europe
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Bactérie tueuse : l’épidémie en voie de s’étendre à l’Europe

Le 25 mai dernier, l’Institut Robert Koch, en charge de la veille sanitaire en Allemagne, mettait en garde contre la consommation de légumes crus, les suspectant d’être à l’origine des décès de cinq personnes. Présentes sur ces aliments, des bactéries Escherichia coli entérohémorragiques (EHEC) sont responsables de graves troubles rénaux. Au 30 mai 2011, on recensait quatorze décès avérés ou suspectés en Allemagne, où plus de 350 patients développent des symptômes sérieux. Selon l’Inra, l’épidémie est en voie de s’étendre à l’Europe.

Bactéries de la microflore digestive animale, plus particulièrement des ruminants qui en sont des porteurs sains, les EHEC ne sont pas naturellement présentes sur les fruits et les légumes. Rare, ce phénomène se produit suite à une contamination, soit lors de la culture via des eaux d’irrigation ou du fumier contaminés, soit par manquement aux règles d’hygiène à une étape de la chaîne alimentaire.

Les EHEC sont connues pour être à l’origine de la ‘maladie du hamburger’, associée à la consommation de steaks hachés non cuits à cœur. Dans le cas présent, ces bactéries sont soupçonnées d’avoir contaminé des concombres bio, issus de cultures sous serres en Andalousie, au sud de l’Espagne. Des analyses sont actuellement en cours, notamment afin de lever tout risque d’une contamination à l’ensemble de la chaîne de distribution.

Mais l’épidémie actuelle montre d’autres particularités. Selon Christine Martin, directrice de recherche à l’unité Microbiologie de l’Inra Clermont-Ferrand – Theix, celle-ci se distingue également par son ampleur, qui surpasse les précédents de contamination de légumes crus. En 1996, le Japon a dû faire face à une épidémie qui a touché environ 9 000 enfants à la suite de la consommation de pousses de radis crues, causant 11 décès. En 2006, un épisode similaire, lié à la consommation d’épinards frais, frappe les Etats-Unis et affecte 200 personnes avec trois décès. La France a, pour sa part, connu deux épidémies de faible ampleur en 2005-2006. L’une impliqua des camemberts au lait cru, et l’autre des steaks hachés surgelés. Lors de chacune, on recensa quelques dizaines de cas dont 17 graves mais n’ayant pas entraîné de décès. A l’inverse, l’épidémie actuelle se démarque par sa virulence, avec un quart des contaminations évoluant vers des formes graves contre un sur dix habituellement.

En l’absence d’antécédents de graves épidémies dont elle serait l’instigatrice par cette voie, la présence d’E. coli n’est actuellement pas contrôlée sur les fruits et légumes crus dans la chaîne alimentaire. La cuisson, dès 5-10 minutes à 60-61 °C, élimine les EHEC. Afin de réduire les risques de contamination, il est recommandé de bien séparer les aliments crus et cuits pour ne pas contaminer les produits après cuisson. Se laver les mains avant et après avoir manipulé les aliments, peler et laver les fruits et légumes crus et le nettoyage des plans de travail après utilisation sont d’autres mesures de précaution utiles.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 juin 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
5 juin 2011 - 0 h 00 min

on ne parle pas assez de la déficience en bonnes bactéries dans nos intestins qui ne peuvent alors
se défendre lorsque arrive les vilaines bébètes.
on ne parle aussi pas assez des pesticides qui éradiquent toutes les bactéries même les bonnes sur les fruits et légumes se qui permet aux vilaines quand il en reste ou lors de contaminations accidentèles de se reproduirent et d’envahir le lieu sans concurence sérieuse.
mangez bien sain et prenez des pro et prébiotiques et tout ira bien….


patou
5 juin 2011 - 0 h 00 min

on ne parle pas assez de la déficience en bonnes bactéries dans nos intestins qui ne peuvent alors
se défendre lorsque arrive les vilaines bébètes.
on ne parle aussi pas assez des pesticides qui éradiquent toutes les bactéries même les bonnes sur les fruits et légumes se qui permet aux vilaines quand il en reste ou lors de contaminations accidentèles de se reproduirent et d’envahir le lieu sans concurence sérieuse.
mangez bien sain et prenez des pro et prébiotiques et tout ira bien….


patou
5 juin 2011 - 0 h 00 min

on ne parle pas assez de la déficience en bonnes bactéries dans nos intestins qui ne peuvent alors
se défendre lorsque arrive les vilaines bébètes.
on ne parle aussi pas assez des pesticides qui éradiquent toutes les bactéries même les bonnes sur les fruits et légumes se qui permet aux vilaines quand il en reste ou lors de contaminations accidentèles de se reproduirent et d’envahir le lieu sans concurence sérieuse.
mangez bien sain et prenez des pro et prébiotiques et tout ira bien….


pervenchebio
5 juin 2011 - 0 h 00 min

Manger Bio et Local permettra d’éliminer beaucoup de problèmes de bactéries. De plus, c’est bon pour notre santé, bon pour la planète et bon pour l’avenir de nos enfants.


rose
5 juin 2011 - 0 h 00 min

Et on commence enfin à entendre ces dernières heures que la fameuse bactérie serait due non pas aux innocents fruits et légumes, incriminés à tort, mais bien à la bidoche ; ce qui n’est pas une révélation.
Voilà donc pourquoi on a tant attendu : on ne doit en aucun cas risquer de causer le moindre tort à cette noble industrie de la torture et de la mort. Les différentes autorités ont invité les gens à ne plus consommer certains fruits et légumes, leur diront-elles maintenant d’arrêter de manger de la carne ?…
La consommation de concombres s’est effondrée, la consommation de bidoche va-t-elle s’effondrer pareillement, j’en doute ! rien ne semble freiner la voracité des amateurs de sang et de mort.


nicolekretchmann
5 juin 2011 - 0 h 00 min

il n’y a pas de vilaines bêtes tueuses : vous reporter aux écrits du Pr Béchamp, contemporain de Pasteur « Pr Antoine Béchamp » par Le Dr Marie Nonclercq aux Ed. du seuil.
Ici , comme toujours entre en action la loi action/réaction afin d’aider à ouvrir la conscience du plus grand nombre. Idem pour la sécheresse qui sévit sur la Terre martyrisée.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
37

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS