Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Aspartame : une dose journalière admissible contestable
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Aspartame : une dose journalière admissible contestable

Alors que l’Anses (1) a mis en place un groupe de travail chargé d’évaluer les risques liés à la consommation d’édulcorants intenses, la Dose Journalière Admissible (DJA) fixée pour l’aspartame n’en finit plus de faire débat. Encore en vigueur, celle-ci fut fixée à 40 mg/kg/J, en 1980, par le JEFCA (Comité mixte FAO/OMS d’experts des additifs alimentaires). Sa légitimité est aujourd’hui remise en question, notamment par le Réseau Environnement Santé (RES).

Les références de publication scientifique des études à l’origine de la DJA de l’aspartame faisant défaut, RES a demandé à l’Anses de lui communiquer directement ces études. A cette requête, Mr Hugues Kenigswald, chef de l’unité responsable du dossier à l’agence a répondu : « L’EFSA ne dispose pas du dossier de demande d’autorisation de l’aspartame en Europe [...] les contacts que nous avons eu à ce sujet avec nos collègues de la Commission Européenne semblent indiquer que la Commission européenne ne dispose plus de ce dossier ».

Outre ces documents manquants, les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces études scientifiques sont, elles aussi, remises en cause. Ainsi, Jacqueline Verrett, une responsable de la FDA (2) américaine, a témoigné de nombreuses défaillances, dont l’absence de protocole préalable à la mise en route de l’étude. Selon elle, les animaux n’étaient pas étiquetés de façon permanente afin d’éviter des mélanges, et la consommation et le poids des animaux étaient mesurés de manière sporadique ou inadéquate. Des tumeurs étaient retirées chez certains animaux, lesquels étaient ensuite remis dans l’étude. De même, des animaux enregistrés morts réapparaissaient comme vivants dans des enregistrements ultérieurs. Estimant qu’une seule de ces aberrations est motif à annulation de l’étude, Jacqueline Verrett a déclaré : « Il est impensable que n’importe quel toxicologue, après une évaluation objective des données résultant d’une telle étude puisse conclure autre chose que l’étude était ininterprétable et sans valeur et qu’elle devrait être refaite ».

A la lumière de ces éléments, RES appelle l’Anses et à l’Efsa (3) à ne plus se fonder sur des études non publiées, « introuvables » et de qualité douteuse pour fixer la DJA de l’aspartame. Dans l’attente d’une réévaluation de ce dossier par l’Efsa, attendue d’ici l’été 2012, le réseau réitère sa demande de mise en place de recommandations officielles à destination des personnes vulnérables, telles que les femmes enceintes.

Cécile Cassier
1- L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a été créée le 1er juillet 2010 par la fusion de deux agences sanitaires françaises : l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) et l’Afsset (Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail).

2- La Food and drug administration (FDA) est l’agence américaine des denrées alimentaires et des médicaments.  

3- Agence européenne de la sécurité alimentaire.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 mai 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rontudju
28 mai 2011 - 0 h 00 min

j’essaie depuis toujours d’éviter l’aspartame.

mais là, je suis obligée, pas le choix !

c’est dans un médicament pour le diabète, j’ai essayé sans, mais c’est la cata, le diabète est plus fort…

Il y a comme ça des milliers de médicaments qui contiennent de l’aspartam, pas sympa pour des gens qui sont déjà malades, donc fragilisés !

après le parabène dans les médicaments, l’aspartame ?

Sont-ce encore des médicaments, ou des moyens de précipiter le « faire-mourir » ??


rose
28 mai 2011 - 0 h 00 min

Ce qui est surtout contestable, c’est la façon dont on évalue encore aujourd’hui, en 2011, en France et dans d’autres pays dits « développés » la toxicité d’une substance. On en est toujours à la fameuse DL50, dont la haute valeur scientifique
repose sur la mort de 50 % des animaux d’une « étude »…

Je ne dirais pas que c’est la préhistoire parce que nos ancêtres n’auraient jamais eu l’esprit assez pervers pour mettre en œuvre un système aussi débile et cruel, mais c’est en tout cas d’un archaïsme indicible.

Évidemment cela arrange bien les industriels : en utilisant les animaux, ils obtiennent toujours le résultat qu’ils souhaitent, selon l’espèce, l’animal OGM qu’ils utilisent.

En tout cas qu’on ne nous parle pas de science où il n’est question que de sadisme et d’appât du gain.

Une saloperie créée par les humains et destinée aux mêmes doit être évaluée sur ces derniers, c’est tout, ça tombe sous le sens (ou alors on se passe de cette saloperie). Et ça concerne l’aspartame, comme la cigarette, les cosmétiques, les médocs, les additifs en tout genre, les produits chimiques divers et variés, les radiations, etc.


le lilloisien
29 mai 2011 - 0 h 00 min

honte
1 juin 2011 - 0 h 00 min

L’Aspartame est un des plus dangereux produit par Monsanto.Ce produit derive du metanol quand il est melange avec une boisson chaude produit un reaction chimique dans l’estomac, produit somnolence a la longue et coma plustard donc un produit mortel. Moi meme diabetique j’utilize depuis 20 ans l’exellent produit qu’est STEVIA en prvenance du Paraguay qui a zero calorie et exellent dans mon cas,il est 300% plus potent que le sucre et sans risque.Une exellente marque est ECO-STEVIA : http://www.stevia@yahoo.es



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
93

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS