Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Antilles : la contamination par les pesticides se fait jour
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Antilles : la contamination par les pesticides se fait jour

L’utilisation des pesticides n’est pas nouvelle, elle remonte aux années trente. A la fin des années soixante, les risques pour la santé et l’environnement qu’ils entraînent ont progressivement fait apparaître des restrictions d’emploi, mais essentiellement dans les pays occidentaux. Ainsi, l’insecticide chlordécone utilisé massivement contre le charançon du bananier a été interdit dès 1976 aux USA, alors qu’il aura fallu attendre 1990 pour son interdiction dans l’Union Européenne, et 1993 pour les Antilles (Martinique et Guadeloupe).

Mais ce produit n’est que la partie immergée d’une affaire dont l’ampleur, pour certains députés locaux, est à comparer à l’affaire du sang contaminé en France. En effet, pour le professeur Dominique Belpomme (1), auteur d’une expertise scientifique sur le sujet en juin 2007, ‘Depuis ces 20 dernières années, la Martinique a été polluée par plus d’une centaine de pesticides, sans aucun contrôle toxicologique’.



Le professeur Dominique Belpomme lors de la présentation à la presse des résultats de son expertise, le 18 septembre


Lors de la présentation de son expertise, D. Belpomme a relevé plusieurs certitudes comme la très forte pollution de la Martinique par les pesticides, qu’il s’agisse des sources d’eau potable, des sols cultivés, ou des zones littorales où sont pêchés les poissons que l’on trouve sur les marchés locaux…

Deux de ces produits, considérés CMR (cancérigène, mutagène et/ou reprotoxique), se distinguent plus particulièrement aux Antilles, notamment pour la culture des bananes : l’insecticide chlordécone et l’herbicide paraquat. Bien qu’interdit depuis 14 ans, le chlordécone est omniprésent pour très longtemps, sa résilience dans l’environnement s’étalant sur plus d’un siècle… tandis que le paraquat, interdit cet été, interfère avec le développement de l’embryon et ouvre la voie aux maladies conformationnelles (Alzheimer, Parkinson, diabète de type 2, etc.) selon l’expertise présentée.

Au plan sanitaire, les cancers du sein et de la prostate sont en très nette augmentation. La progression est telle, que la Martinique est aujourd’hui le deuxième territoire du monde par la fréquence des cancers de la prostate, alors que le registre des cancers n’est plus mis à jour depuis l’année 2000… Pour le professeur Belpomme, si le ‘lien causal avec le chlordécone n’est pas établi, il est fortement probable que la pollution chimique engendrée par les nombreux pesticides utilisés soit en cause.’ Enfin, de très nombreux nouveaux nés présentent d’ores et déjà une contamination via le cordon ombilical (étude INSERM), tandis que l’île enregistre une baisse de la natalité…

En réaction à cette étude, les réactions sont contrastées. Pour Florent Grabin, président de l’association PUMA (2), ‘… aux Antilles françaises, il est fréquent de voir se perpétuer des comportements qui laissent penser que seule la santé du bananier compte’. La situation est telle que face à la pollution de certains sols agricoles, ‘de très nombreux maires et élus locaux n’ont trouvé d’autre solution pour remédier à ce problème que de déclasser des terres agricoles pour en faire des lotissements répondant aux intérêts immobiliers’ note F. Grabin.

Politiquement, à Gauche on assiste à un front commun local, Victorin Lurel, député socialiste de Guadeloupe, n’hésitant pas à parler d’omertà (la loi du silence, N.D.L.R.) en ce qui concerne ce dossier.

Au niveau des autorités, le ministre de l’agriculture, Michel Barnier, a interdit le paraquat cet été et juge la situation très grave, tout en déclarant vouloir traiter ‘la question du chlordécone avec la plus grande transparence’, tandis que la ministre de la santé, Roselyne Bachelot tente de relativiser le rapport, en estimant qu’il ‘pose des questions’ mais ‘n’apporte pas de réponse formelle’.

De son côté, l’institut de veille sanitaire (INVS) reconnaît la toxicité du chlordécone, principalement au niveau hépatique, neurologique et reproductif, mais considère que ces effets ont été observés pour des expositions beaucoup plus importantes que celles enregistrées aux Antilles (3). Par ailleurs, pour l’INVS, ‘…la plus grande fréquence absolue du cancer de la prostate aux Antilles, par rapport à la métropole, peut être expliquée par l’origine ethnique de la population’.

Pascal Farcy

1- A lire, son interview dans le numéro 15 du magazine Echo Nature.

2- Association PUMA : Pour Une Martinique Autrement, commanditaire de l’étude de D. Belpomme.

3- Pour le professeur Belpomme, cancérologue à l’Hôpital européen G. Pompidou, plus que la dose de toxine, c’est la répétition qui fait le danger.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 septembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
24 septembre 2007 - 0 h 00 min

Certes, le problème d’emploi de pesticides interdits ailleurs mais utilisés tardivement aux Antilles est connu…de ceux qui se tiennent au courant. Le consommateur lambda l’ignore tout à fait. Pourtant, les contribuables français subventionnent à fond la culture de la banane antillaise…qu’il est très difficile de trouver sur les marchés (et supermarchés) français. Quant à la banane « bio » et de plus en commerce équitable, elle arrive toujours d’Equateur ou de République dominicaine. Cherchez l’erreur.


lo82
24 septembre 2007 - 0 h 00 min

Oui, cherchez l’erreur …
Comment peut-on à ce point manquer de bon sens et laisser le profit gouverner le monde ?


marieh
27 septembre 2007 - 0 h 00 min

la Confédération Paysanne a dénoncé ce scandale depuis des années et s’est mise au coté de petits paysans ruinés du fait de cette pollution par un soutien juriqiue dès janvier 2006.
Il est dommage que ceux qui alertent et proposent une alternative à l’agriculture industrielle, destructrice de l’environement, de la biodiversité, de la santé et des paysans, ne soient que si peu entendus…
Marie-Hélène Chambrette
paysanne
membre de base de la Conf »



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
140

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS