Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » 24 ans après, le fantôme de Tchernobyl plane toujours
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






24 ans après, le fantôme de Tchernobyl plane toujours

Le 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, explosait, provoquant une contamination à grande échelle. Marquée dans les esprits, cette catastrophe sanitaire reste le plus grave accident industriel jamais connu et continue, 24 ans après sa survenue, à faire des victimes.

En commémoration à ce drame, les députées européennes Rebecca Harms et Michèle Rivasi ont fait appel au Pr Iablokov et au Dr Nesterenko afin qu’ils présentent, le 21 avril dernier, un état des lieux des conséquences de Tchernobyl en Ukraine, en Russie et en Biélorussie. Deux points principaux ressortent de ce bilan. D’une part, le secret maintenu autour de la catastrophe, ainsi que les obstacles à la publication de recherches rendent extrêmement difficile la collecte de données à même le terrain. En atteste l’incapacité de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) de publier des données sur le bilan réel de la situation actuelle en raison de la clause de confidentialité qui la lie à l’AIEA (1).

L’autre fait constaté tient au manque crucial de moyens mis à disposition des médecins pour soigner les nombreuses victimes, dont 50 % seraient des enfants. Pourtant, les besoins sont réels, les conséquences sanitaires se traduisant par l’apparition de cancers, de malformations génétiques… A l’heure actuelle, on estime que Tchernobyl aurait déjà fait 230 000 victimes en Ukraine, en Russie et en Biélorussie. D’après le mouvement Women in Europe for a Common Future (WECF), cette tragédie « continuera à avoir de graves conséquences sur 7 générations, tandis que des études dans plusieurs pays européens révèlent un pic de mortalité infantile en 1986-1987 ». Des millions de personnes vivent encore dans les zones considérées comme les plus touchées, consommant des produits agricoles contaminés et notamment le césium-137. D’après le réseau « Sortir du nucléaire », en Biélorussie, environ quatre enfants sur cinq sont contaminés.

Ce malheureux anniversaire est également l’occasion pour les associations positionnées contre le nucléaire de rappeler les risques liés à ce mode énergétique ainsi que les problèmes non résolus qu’il soulève, tels que la gestion de déchets hautement radioactifs et la mise en arrêt de centrales vieillissantes. Allant plus loin, Mycle Schneider, Consultant International en Energie et Questions nucléaires, remet en question l’impact moindre en terme de rejet en CO2 associé au nucléaire : « Le nucléaire comme énergie décarbonée est un mythe : un dollar ou euro dépensé dans l’énergie nucléaire permettra d’économiser 30 fois moins de CO2 et ceci 20 fois moins vite (chaque année) que cette même somme investie dans l’efficacité énergétique et les micro-centrales basées sur les renouvelables et la cogénération ».

Cette année, plus de 210 actions sont prévues en France et dans 16 autres pays du 24 au 26 avril 2010. Il s’agit du Chernobyl Day qui, exceptionnellement, se prolongera pour sa version 2010 jusqu’au 7 mai au profit d’actions contre le nucléaire militaire.

Cécile Cassier
1- Agence internationale de l’énergie atomique.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 26 avril 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
rose
28 avril 2010 - 0 h 00 min

Les députées Rebecca Harms et Michèle Rivasi ont-elles fait appel au professeur Vassili Nesterenko — mort fin 2008 des suites de Tchernobyl ? ou ce dernier a-t-il un homonyme ou un parent, pareillement engagé pour les innombrables victimes de Tchernobyl ?

Je n’oublierai pas en tout cas le très estimable professeur Nesterenko, qui a donné sa vie pour tenter de dissiper le nuage opaque de Tchernobyl et ses incommensurables conséquences sanitaires et environnementales pour les siècles et les millénaires à venir (mais notre planète ira-t-elle jusque-là ?…).


fiora
30 avril 2010 - 0 h 00 min

Il s’agit de son fils Alexei, je vous laisse découvrir son engagement sur le site
http://enfants-tchernobyl-belarus.org/


rose
3 mai 2010 - 0 h 00 min

Merci beaucoup pour cette information, je l’ignorais.
Cela fait au moins une bonne nouvelle de savoir que l’œuvre du professeur Nesterenko est perpétuée par son fils. Je lui souhaite beaucoup de courage car il va sûrement se heurter lui aussi à de nombreux obstacles…


opaque
8 mai 2010 - 0 h 00 min

« Elle est passée par ici, elle repassera par là » que croyez vous qu’il arrivera ? en italie… ou à java ? en ukraine on ne sait pas.. en iran certainement pas…mais ou va t’on voir Areva ? grâce au bon Saint Nicolas… « toutes ces questions d’environnement, ça commence à bien faire »… en effet, on l’avait déjà remarqué.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
40

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Alimentation -...
Monsanto
     
Flux RSS