Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » 100 millions d’Européens en attente d’un accès à l’eau potable
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






100 millions d’Européens en attente d’un accès à l’eau potable

On associe généralement le problème de pénurie d’eau aux pays tropicaux, dont les faibles revenus ne permettent pas de s’équiper d’infrastructures adéquates. Une enquête de la Commission économique régionale pour l’Europe (1), réalisée auprès de 56 pays du continent, tord le cou à cette idée reçue. Elle révèle que 100 millions d’Européens n’ont pas accès à l’heure actuelle à l’eau potable.

Outre que l’eau soit une denrée nécessaire à la survie de l’homme, la qualité de celle-ci est également un élément vital à prendre en compte. Une eau, dont la salubrité prête à caution, véhicule des maladies dites « hydriques », qu’elle transmet à toutes les personnes entrées en contact avec la source infectée. Le plus souvent associées à des crises de diarrhée aiguë, ces infections peuvent entraîner la mort des personnes intoxiquées. En 2006, plus de 170 000 personnes étaient victimes de cette forme de contamination, l’hépatite A représentant à elle seule 120 000 cas.

Les enfants, et tout particulièrement les nourrissons âgés de 6 à 11 mois, sont les plus exposés. 37 enfants meurent ainsi chaque jour en Europe des suites de diarrhées sévères dues à une eau de mauvaise qualité.

L’Europe de l’Est est la principale région touchée par ce fléau sanitaire. 16 % de la population n’y bénéficie pas d’un système de distribution d’eau convenable. Il s’agit majoritairement de zones rurales, dont les conditions d’hygiène médiocres n’offrent aucune barrière protectrice.

Cette problématique de l’approvisionnement en eau est aujourd’hui au cœur des débats internationaux, et pourrait prendre une importance grandissante en vue des changements climatiques attendus. Ce ne sont plus seulement les pays défavorisés qui devront composer avec les problèmes de ressources aquatiques. L’Europe occidentale est en train de prendre conscience qu’elle aussi devra bientôt considérer la question de l’appauvrissement des réserves hydrauliques.

Les vagues de sécheresse prolongées en Méditerranée, la violence des précipitations, la hausse de température dans les lacs, les rivières et les mers, vont bouleverser notre rapport à l’eau. Certains agissements commis par le passé, à l’image en France du gaspillage et de la pollution de l’eau générés au profit d’une agriculture intensive, auront dans un avenir plus ou moins proche des conséquences dramatiques.

Dans moins de 25 ans, l’UNESCO prévoit que les deux tiers des habitants de la planète vivront dans des zones présentant de graves problèmes liés à l’alimentation en eau. Il est souhaitable, pour ne pas dire vital, de mettre en place dans les plus brefs délais une gestion intelligente de l’eau afin d’éviter que les inégalités de sa distribution ne s’accentuent dans le futur.

Cécile Cassier
1- L’UNECE est une filière de la Commission européenne pour l’Europe.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 19 mars 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
23 mars 2008 - 0 h 00 min

On le serine, on le rabâche mais personne ne veut l’entendre:l’accès à l’eau et, en particulier, à l’eau potable est LE problème immédiat du futur. Beaucoup de conflits en cours n’ont pas d’autre origine même si les dirigeants des pays affirment le contraire (plateau du Golan , par exemple). Alors qu’attend-onpour prendre des mesures autoritaires et inelligentes pour permettre une bonne gestion des réserves d’eau potable et leur accès? Il est vrai que pratiquer la langue de bois et promettre est plus facile et surtout ça n’engage personne puisque les voeux et résolutions de bonne gouvernance ne sont suivis que par ceux qui le veulent bien (Israël a-t-il une seule fois mis en pratique une résolution de l’ONU?) ou ceux que l’on contraint (embargos divers, guerres « préventives » et j’en passe).


Babou
26 mars 2008 - 0 h 00 min

Le problème est que l’eau n’est pas traîtée comme un problème d’intérêt général mais que sa production répond à la loi des marchés… spéculatifs évidemment, dans une situation où les autorités (municipales ou d’ECPI comme Communautés d’Agglomérations ou de communes) délèguent à des sociétés d’affermage, dans un contexte quasi monopolystique.
Il y a ainsi en France juste quelques grands groupes… qui font leur loi.
C’est ainsi que le coût de l’eau varie du simple au triple suivant la région où vous habitez.
De plus, ces organismes sont totalement opaques et incontrôlés.
Le prix facturé de l’eau est souvent multiplié… par TROIS avec les « taxes » les plus diverses (Abonnement + taxes à la société d’affermage, même chose pour le traitement des eaux usées et souvent auprès de deux organismes différents). Impossible d’avoir des explications et on ne trouve pas les textes qui régissent ce genre de commerce qui s’exerce plutôt comme un racket.
DANS CES CONDITIONS, ON PEUT DIRE QUE C’EST LA SPECULATION QUI EST REINE… ET QUE LE SOUCI D’ALERTE SUR LE PROBLEME QUI SE POSERA A COURT TERME POUR LA PRODUCTION D’EAU POTABLE EST LAISSE A L’ALERTE DE QUELQUES SCIENTIFIQUES OU DE QUELQUES CITOYENS CONSCIENTS… MAIS NOUS N’AVONS AUCUN POUVOIR CONTRE CES SOCIETES QUI SONT BIEN PLUS QUE DES ETATS DANS L’ETAT !!!


ONCLETOM
30 mars 2008 - 0 h 00 min

Il faut interdire les golfs dans des régions qui nécesitent le plus d’arrosage ( sud de l’ Europe, notamment en Espagne )



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
23

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS