Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Alimentation - santé - eau » Œuvrer pour la reconnaissance et le dédommagement des victimes des pesticides
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Œuvrer pour la reconnaissance et le dédommagement des victimes des pesticides

Depuis une quinzaine d’années, le MDRGF (1) combat l’utilisation massive de pesticides, tout particulièrement pour l’usage outrancier pratiqué dans l’agriculture conventionnelle, en relayant des études attestant des effets nocifs de ces composés chimiques. Concentrant ses efforts sur des campagnes d’information visant à sensibiliser le grand public aux risques qu’il encourt, l’association joue également un rôle de conseiller auprès des personnes exposées et/ou victimes de l’exposition aux pesticides. En ce sens, des particuliers, impuissants face aux pulvérisations répétées aux abords de leur domicile, font régulièrement appel à elle pour obtenir conseil ou appui dans leurs démarches.

Allant de l’inquiétude légitime à l’appel à l’aide, certains de ces témoignages révèlent la gravité de la situation. Ainsi, en 2004, Bertrand Pouchin, nouvellement propriétaire d’une maison dans la région de la Beauce, s’inquiète de la promiscuité des pulvérisations effectuées dans les champs avoisinants. Bien qu’il y ait eu infraction, les pulvérisations ayant été maintenues alors que le vent soufflait à 19 km/h (force 3), le Conseil régional, majoritairement composé de huit céréaliers sur onze élus, reste sourd à ses revendications. Malheureusement, l’affaire ne s’en tient pas là. En octobre 2008, on diagnostique à l’un des fils de Bertrand Pouchin une hyperthyroïdie, responsable d’une perte de poids anormale. Les pesticides sont alors pointés du doigt, les substances employées étant reconnues comme étant des perturbateurs endocriniens, à savoir qu’ils dérèglent le système hormonal. Mais, illustrant le tabou qui pèse sur cette question, la démarche initiée pour dénoncer ces agissements dans la presse locale aurait vu M. Pouchin recevoir des menaces de mort.

Les particuliers ne sont évidemment pas les seuls exposés, et les ‘bourreaux’ deviennent bien souvent leurs propres victimes. En effet, les agriculteurs sont, sans conteste, au premier rang des personnes à pâtir des effets nocifs des pesticides. En témoigne l’histoire d’un agriculteur établi en Alsace, ayant développé la maladie de Parkinson à l’âge de 35 ans. Il raconte ainsi avoir pulvérisé des pesticides sans aucune protection, « en short et en chemise », les établissements d’enseignement agricole lui ayant assuré l’innocuité de ces produits. Suite à l’éclatement d’un tuyau, il se retrouve recouvert de désherbant à l’intérieur même de la cabine de son tracteur. Hospitalisé pour une forte fièvre consécutive à cet incident, il commencera à développer les premiers symptômes de la maladie huit ans plus tard. Mais, là encore, il ne dispose d’aucun recours pour faire entendre raison à la Mutualité sociale agricole, laquelle refuse d’établir le lien entre l’accident et la survenue de la maladie, bien qu’une récente étude ait démontré que l’exposition aux pesticides doublait le risque de développer la maladie de Parkinson.

Cette absence de reconnaissance est l’un des principaux chevaux de bataille du MDRGF et de l’Alliance pour la santé et l’environnement (2), estimant qu’il est désormais essentiel de briser la loi du silence entourant ces victimes professionnelles. A l’instar de ce qui a fait levier dans le volet consacré à l’amiante, les associations souhaitent miser sur l’information, non plus seulement en alertant le grand public, mais en donnant la parole à ce dernier. Partant du précepte que l’union fait la force, un site Internet (3) a d’ores et déjà été mis en place. Accessible à tous, il permet aux particuliers comme aux professionnels, de faire part de leur expérience et d’apporter une pierre de plus à l’édifice.

Cécile Cassier
1- Mouvement pour le Droit et le Respect des Générations Futures.

2- Organisation internationale, l’Alliance pour la santé et l’environnement ou HEAL (Health and Environment Alliance) vise à améliorer la santé via une politique publique promouvant un environnement plus propre et plus sain.

2- Le site Internet est accessible à l’adresse suivante : http://www.victimes-pesticides.org

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS