Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Vous reprendrez bien un petit peu de pesticides…
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  3. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Vous reprendrez bien un petit peu de pesticides…

Déjà confrontés au problème en 2007, les plants de maïs des grandes plaines agricoles de l’Est lyonnais et d’Alsace ont de nouveau été assiégés cet été par la redoutée chrysomèle des racines de maïs. Petit coléoptère originaire d’Amérique centrale, cet insecte inflige de lourds dommages aux plantations de cette céréale dont il est particulièrement friand.

Mais la solution envisagée pour éradiquer le mal pourrait s’avérer pire que la source même du problème. En effet, selon un récent communiqué de FNE (France Nature Environnement), des épandages aériens du pesticide préconisé sont actuellement en cours dans l’Est lyonnais (1). Moindre mal s’il en est, le recours aux hélicoptères a pu être évité en Alsace grâce à la pression exercée par les diverses associations et les élus locaux. Dans cette région, l’application du produit se fera donc de manière terrestre.

L’insecticide utilisé est la deltaméthrine. Non sélectif, celui-ci s’attaque non seulement à la chrysomèle mais également à l’ensemble des insectes présents sur les parcelles traitées. En conséquence de quoi, les éléments utiles tels que les pollinisateurs et les insectes prédateurs des parasites succombent indifféremment au traitement. Or, comme le souligne FNE, dans le cadre d’une pulvérisation aérienne, cette élimination globale peut couvrir « plusieurs milliers d’hectares d’un seul tenant ». D’autre part, en se dispersant, la substance toxique se répand sur les champs dédiés à l’agriculture biologique, réduisant à néant les efforts des agriculteurs ayant choisi cette forme d’exploitation.

Alors que l’impact d’une utilisation massive de pesticides en tous genres sur la santé humaine n’est plus à démontrer, l’application par épandage soulève des inquiétudes légitimes quant aux potentielles répercutions sur les personnes évoluant à proximité des champs ciblés.

Ces initiatives sont d’autant plus répréhensibles que l’on dispose aujourd’hui d’alternatives bien moins dommageables qui ont largement fait leurs preuves. En témoigne l’exemple de l’Ile-de-France, où des mesures réglementaires ont imposé aux cultivateurs la pratique de la rotation des cultures. L’alternance de différents types de cultures permet en effet de « rompre le cycle vital des organismes nuisibles » parmi lesquels compte bien entendu la chrysomèle du maïs. Les résultats ont parlé d’eux-mêmes puisque les étés 2006 et 2007 n’ont pas assisté au retour de l’indésirable au sein des cultures franciliennes. De plus, outre son efficacité dans la lutte contre les ravageurs, la rotation culturale profite également à la vie du sol.

Cécile Cassier
1- La pulvérisation d’insecticide dans l’Est lyonnais s’applique d’une part  aux zones dites ‘centrales’ (périmètres de 1 km autour des champs incriminés) et d’autre part à celles dites ‘zones de sécurité unique’ établies dans un périmètre de 5 km autour des zones centrales. Dans le cas présent, les zones centrales comprennent les communes de Solaize, Saint-Symphorien-d’Ozon, Feyzin, Saint-Priest, Saint-Bonnet-de-Mure et Genas. Les zones de sécurité unique intègrent quant à elles Chaponnay, Chassieu, Communay, Corbas, Marennes, Mions, Saint-Fons, Saint-Laurent-de-Mure, Saint-Pierre-de-Chandieu, Sérézin-du-Rhône, Simandres, Ternay, Toussieu, Vénissieux, toutes localisées dans le Rhône.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
15 septembre 2008 - 0 h 00 min

Epandre des produits toxiques par hélicoptère est scandaleux. Comment peut-on décider de détruire toute vie entomologique (sur les autres animaux, quel est l’action de ce toxique? on ne sait pas, et « on » s’en fout!!). C’est vraiment un comportement d’imbécile à courte vue… Pauvre humanité! Peut-on faire le lien entre cette info et l’article sur les réductions de pesticides prévues par le Grenelle de l’environnement (cf plus haut!)????



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS