Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Viticulture : l’agriculture biologique fait de plus en plus d’adeptes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Viticulture : l’agriculture biologique fait de plus en plus d’adeptes

Selon un récent état des lieux de l’Observatoire national des Vignerons Indépendants, la « filière viticole bio » (1) se porte bien, représentant l’une des filières végétales biologiques les plus dynamiques en France. Ainsi, depuis 2006, les surfaces viticoles conduites en mode de production biologique progressent en moyenne chaque année de 20 %. En 2009, 4,6 % du vignoble national était exploité en mode de production biologique. Preuve que cette ascension ne faiblit pas, entre 2009 et 2010, la surface viticole bio a progressé de 32,8 % (52 000 hectares), soit 6,2 % de la surface totale plantée en vignes. À l’horizon 2012, 80 000 hectares seront bio, soit près de 10 % des surfaces viticoles.

Au sein du mouvement des Vignerons Indépendants de France (VIF) (2), sur les 5 983

exploitations adhérentes, 1 310 exploitations (21,9 %) pratiquent la viticulture bio à la fin 2010, soit certifiées agriculture biologique, soit en reconversion. Illustratifs d’une adhésion massive récente, près des 2/3 des adhérents qui pratiquent la viticulture bio sont en reconversion et se sont donc engagés dans la démarche depuis moins de 3 ans.

En terme de répartition géographique, on constate, toutefois, une dynamique bio variable selon les bassins viticoles. Ainsi, les régions du Languedoc-Roussillon, de la Vallée du Rhône et de la Provence semblent être les fers de lance de la filière viticole bio, près d’un adhérent VIF bio sur deux exerçant dans ces régions de production. En revanche, les adhérents bio sont sous-représentés en Val de Loire-Centre (- 20 % par rapport à la moyenne nationale VIF), et de manière moins marquée en Bordeaux-Aquitaine (-11 %).

La filière viticole bio devrait poursuivre dans cette voie, 21 % des adhérents Vignerons Indépendants « non bio » ayant déclaré envisager une conversion à l’agriculture biologique. Parmi eux, plus d’1 sur 2 (53,2 %) entamerait cette démarche en 2011 et 2012. A l’heure actuelle, près d’1 exploitation viticole bio française sur 3 est adhérente au syndicat des Vignerons Indépendants. Globalement, les exploitations adhérant aux Vignerons Indépendants représentent 41,4 % de la surface viticole biologique totale française.

Cécile Cassier
1- Le terme « bio » englobe ici les exploitations certifiées agriculture biologique (AB) ainsi que les exploitations en reconversion agriculture biologique (1ère, 2ème et 3ème année). Il est à noter que le label AB (certification agriculture biologique) dans le domaine de la viticulture ne concerne actuellement que la production de raisins.

2- Le réseau des Vignerons Indépendants de France se décline en 32 fédérations départementales, réparties sur l’ensemble des régions viticoles françaises, elles-mêmes regroupées en 11 fédérations régionales.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 janvier 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
22 janvier 2011 - 0 h 00 min

Bonne nouvelle. On va pouvoir trouver du vin produit par des vignerons plutôt que par des chimistes.


opaque
22 janvier 2011 - 0 h 00 min

Bonne nouvelle ? l’agriculture bio ne progresse pas! le gouvernement envisage au mieux une évolution de +1% par dizaine d’années / la Fnsea encourage les grands chimiquiers à ne pas baisser les bras: si tout va bien , les écolos seront morts de faim faute d’approvisionnement suffisant,avant que d’avoir bu leurs ridicules stocks de vins sans intrants.Comment dit on Révolution, en Français ?


marseille42
23 janvier 2011 - 0 h 00 min

C’est certainement parce que les consommateurs veulent davantage d’agriculture biologique que le gouvernement a décidé de moins l’aider. Les petits copains de l’agrochimie et du syndicat des gros exploitants risqueraient de souffrit d’un manque à gagner. Il vaut mieux faire crever les petits viticulteurs, agriculteurs, éleveurs. Les loups ne se mangent pas entre eux mais croquent le petit gibier.


Titus
24 janvier 2011 - 0 h 00 min

C’est une bonne nouvelle que l’agriculture bio continue de faire son chemin !
Seul bémol… La viticulture en Agriculture Biologique utilise des traitements de Cuivre pour protéger la plante. Et il se trouve que ce cuivre a tendance à intoxiquer le sol. L’AB n’est-il pas censé être bon pour l’environnement ? Le cahier des charges AB devra peut-être évolué prochainement…


mijanne
26 janvier 2011 - 0 h 00 min

http://cepsetcharrues.org/
Ce n’est pas pour faire de la pub mais pour signalé une initiative.


pavupapri
27 janvier 2011 - 0 h 00 min

je suis viti à Nature et Progrès depuis 25 ans , comme le dit cet article vous constaterez que les conversions se font dans les régions viti qui connaissent une trés grave crise de baisse des cours et de mévente. ces conversions tardives sont souvent plus des conversions de désespoir que d’adhésion à l’agro- écologie. le grand risque est de voir s’effondrer un marché certes patiemment construit par les viti bio de longue date mais sans garantie aucune sur sa durabilité et sur les prix. la crise risque donc de se répandre sur la vitibio et évidemment de faire des dégats sur les bios les plus fragiles . feu de paille ? non certainement pas car les nécessités d’arrêter les pesticides sont là. avec 2 % de la SAU la viti consomme 30 % des pesticides.


SULFUR
29 janvier 2011 - 0 h 00 min

J’en bois (avec modération ,selon la formule!)
L’appellation BIO me semble un peu réducteur car elle ne s’applique qu’à la culture de la vigne;c’est déjà un bon début!
Cependant,il me parait interessant de connaître le PARCOURS du vin, du pressoir jusqu’à la mise en bouteille. Et, surtout,que cette « phase » soit clairement marquée sur l’étiquette.(se serait un argument de vente très suivi par le consommateur.
Pour l’instant je sais que le vin Bio contient des sulfites ,c’est tout.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
83

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS