Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Victime d’un accident de chasse, l’ours Balou est vivant
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Victime d’un accident de chasse, l’ours Balou est vivant

Dimanche matin, vers 10 h 15, lors d’une battue au sanglier en Ariège sur la commune de Prades, un chasseur a tiré accidentellement sur un des ours pyrénéens, lequel a instantanément pris la fuite blessé. Le chasseur ayant immédiatement averti la gendarmerie et l’équipe de ‘suivi ours’, des recherches ont été entreprises, aboutissant à la confirmation qu’il s’agissait d’un ours et plus vraisemblablement de Balou, un mâle de 6 ans, issu des réintroductions menées en 2006.

Grâce au collier GPS qu’il porte, permettant un suivi à distance, l’identification a été confirmée, tandis qu’il était repéré à une vingtaine de kilomètres de l’incident, en soirée. Ce matin, selon la préfecture l’ours était sous la surveillance de l’équipe de suivi, néanmoins, bien qu’une blessure à un pied soit suspectée, son état demeurait inconnu faute d’un contact visuel.

Entendu par la gendarmerie, le chasseur aurait déclaré avoir effectué un ‘tir d’instinct’, se rendant compte trop tard qu’il tirait sur un ours…

Définissant ce type de tir comme ‘on ne vise pas, on tire, et comme ce doit être rapide, on n’identifie pas’, la Ligue ROC considère que la responsabilité de l’Etat est ‘une fois de plus engagée pour imprévoyance’. De son côté, l’association Pays de l’ours Adet estime que ‘c’est un acte d’une extrême gravité’ et qu’elle entend porter plainte contre l’auteur du tir.

Au-delà du tir d’instinct effectué et reconnu par le chasseur, ce nouvel accident soulève plusieurs remarques :

- la chasse était autorisée, et comme le montre la liste des différents problèmes qui ont eu lieu ces dernières années entre chasseurs et ours, les confrontations sont impossible à éviter sauf à interdire tout exercice de chasse dans la quasi-totalité des Pyrénées ;

- l’affaire a vu le préfet se déplacer localement, alors que quand il s’agit d’un accident de chasse voyant la blessure, ou même le décès, d’une personne, la police ou la gendarmerie suffit…

- curieusement, le loup et le lynx ne bénéficient pas du même degré de mobilisation associatif, alors que, pourtant, la vie de ces 2 espèces n’est pas un ‘long fleuve tranquille’ : collisions avec des véhicules, tirs légaux ou illégaux, piégeages, empoisonnements, etc.

- même si cela ne peut justifier un tir d’instinct, le chasseur n’a pas cherché à cacher son acte. Au contraire, quand certains seraient rentrés chez eux sans rien dire, il a prévenu les autorités sans attendre.

Qu’on le veuille ou non, aujourd’hui, face à une population d’ours en expansion avec 5 à 6 individus en 1995 pour une vingtaine en 2008, des accidents sont inévitables et peuvent prendre de multiples formes (chocs avec des véhicules, chasse, etc.). Ainsi, bien que la réintroduction de 2 ou 3 individus, majoritairement des mâles, serait une bonne chose pour limiter les problèmes de consanguinité, il convient de prendre du recul dans le dossier ‘ours’, comme cela est le cas pour les autres grands prédateurs.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 08 septembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
opaque
8 septembre 2008 - 0 h 00 min

le chasseur était balourd, c’est idiot… s’il avait eu le même GPS que winnie l’ourson au bout de son fusil ,son instinct se serait rendu compte illico que les sangliers ne ramassent pas les champignons: mais cet incident regrettable va à coup sûr relancer les vocations de nos randonneurs plantigrades à pousser jusqu’à saint jacques de Compostelle, et avec un bon sac à dos en plus du gps, aucun chasseur ne les confondrait plus avec un vulgaire gibier( car pour ce qui est d’éradiquer les chasseurs, autant aller prier à lourdes).


Anibé
9 septembre 2008 - 0 h 00 min

«il convient de prendre du recul dans le dossier « ours» dites-vous…
Il conviendrait aussi de prendre du recul quand on a le réflexe « tir instinctif »: c’est comme ça qu’il y a chaque année des dizaines de blessés et plusieurs morts tant parmi les chasseurs que parmi leur famille – voire parmi les simples promeneurs ayant eu le mauvais goût d’ignorer qu’ils randonnaient dans une réserve de « tireurs instinctifs ».
Je pratique le tir à l’arc, mais dans cette pratique-là, le tir instinctif ce n’est pas tirer sur tout ce qui bouge, mais tirer sans viser, après avoir identifié la « cible ». Visiblement, on ne parle pas de la même chose chez les pratiquants des armes à feu…


emlo
11 septembre 2008 - 0 h 00 min

Je reste quelque peu perplexe sur la logique de réintroduction de l’ours dans les Pyrénées, qui a pour résultat négatif majeur d’opposer les chasseurs et les anti-chasseurs.
Y a t’ il une vraie réflexion sur le devenir des habitants de ces montagnes,et comment les gens du cru et les nouveaux arrivants peuvent mettre en commun leur énergie pour construire un avenir serein
pour leurs enfants ?
L’ours n’est-il pas l’arbre qui cache la forêt, qui est en fait l’absence de dialogue entre ces deux types de population ?
Les vertueux écologistes parisiens ont-ils conscience de la disparition programmée de l’autonomie des populations agricoles de montagne et par ricochet de la population tout court ?
Les paysans savent-ils que leur propre devenir passe obligatoirement par l’apport d’énergie et de réflexion des nouveaux arrivants ?
Ne serait-il pas fondamental que les populations concernées soient les premiers à imaginer et décider ensemble de leur avenir ?


juliette
11 septembre 2008 - 0 h 00 min

Quand tout le monde tire sur le chasseur, cela fait plaisir de lire sur Univers nature cet article.
Sans concensus local les ours n’ont pas d’avenir. Ne dressons pas chasseurs, éleveurs et protecteurs les uns contre les autres par des réations épidermiques irréfléchies.
Je suis pour l’ours, je cotise à 2 associations (WWF et BB), mais ce chasseur en reconnaissant son erreur et en alertant la police a permis de suivre Balou et peut être de le soigner. Son attitude est noble. Auriez-vous agit de même sachant les risques enccourus, me concernant je n’en suis pas certaine.

Aussi, merci pour avoir eu le courage de dire tout haut ce que nous sommes j’espère nombreux à penser. Je vais me permettre d’envoyer votre article aux 2 associations que je soutiens.

Juliette


tseparis
13 septembre 2008 - 0 h 00 min

sérieusement « Julie », croyez-vous que le fait de dire que vous cotisez à wwf, et a bbva nous faire gober tous vos sophismes ? Et nous faire donner l’absolution à tous les viandards de France et de Navarre ?
Je cotise à wwf mais qu’il est noble ce chasseur chevronné qui vous a roulé dans la farine avec sa trouvaille du « tir à l’instinct ».
Si la victime avait été l’un de vos enfants, en balade dans la région, votre animal de compagnie ou un ami ramasseur de champignons seriez-vous aussi admirative de la noblesse de ce tireur instinctif d’un chevronné de la gachette prétendant ne pas savoir sur qui il tirait ?


Vosgien
5 octobre 2008 - 0 h 00 min

Bonjour à toutes et à tous.

Je suis scandalisé de voir lme comportement des soitdisant chasseurs.
D’une part, comment peut on autoriser le tir d’instinc, c’est du n’importe quois.

Pourquois les chaseurs ne font pas l’ojet de teste contre l’alcol (je peu vous assuré qu’il y aurait plusieurs permi de chasse retiré à chaque sorties).

Ce que je préconise, c’est que les personnes qui on ce fameux permi de tuer fassent du tire de ball-trap OBLIGATOIREMENT pour s’assuré que le chasseur sait réellement tiré.
Sur 10 plateaux d’argile, il doit faire mouche sur 5 sinon plus de permi.
Déja, cela diminuerais le nombre de bêtes blessées inutilement.
Je sais, vous allez me dire qu’il y a les chiens de sang pour retrouver l’animal qui a été blessé, seullement voila les animaux blessé ne sonpas tous retrouver (émission télévisé ce jour à 11h 30)
Pour ce qui est des ours tuer ou blessés, je reste convaincu que pour le tueur c’est jouissif de ce vanter d’avoir tuer un ours, car il est vrai que ces animaux ne sont pas les bienvenu sur le territoire Français.
C’est tellement bien de voir une tète d’un beau sanglier mâle avec de belles défence accocher sur un mur tout ça pour le montrer à ses copains.
Vous savez, je fais de la photo animalière en amateur, et bien il y a un chasseur qui a tuer (même pas sur le coup) un sanglier à une dizaine de mètres de moi tout en sachant que j’étais la car il m’avait vu.
Alors voyez vous je ne suis pas contre la chasse car je reconnais que le grand gibier n’a pas de prédateur et qu’il faut bien réguler tout ça, mais proprement s’il vous plais.
Mais par pitier faites quelque chose pour que ces merdeux qui ce prennent pour de vrais chasseurs ne mettent jamais plus les mains sur un fusil.

Cordialement.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS