Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Valoriser par l’étiquetage l’absence d’OGM dans l’agroalimentaire
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
MSC

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  2. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Un tout nouvel anti-âge signé Nu Skin
  5. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Valoriser par l’étiquetage l’absence d’OGM dans l’agroalimentaire

Le 26 mai dernier, le Conseil National de la Consommation (CNC) a donné un nouvel élan à l’âpre débat que suscitent les OGM, en rendant public un avis dans lequel il se déclare favorable à la possibilité offerte aux industriels de l’agroalimentaire de mentionner, sur l’étiquetage de leurs produits, l’allégation « sans OGM ». De même, la mention « Animaux nourris sans utilisation d’OGM » pourrait aussi être apposée sur la viande et les produits laitiers issus de filières excluant l’alimentation à base de soja ou de maïs OGM.

« Dans l’attente d’une évolution de la réglementation », le CNC, organisme consultatif rattaché au ministre de la consommation, a émis cet avis en posant toutefois certaines exigences. Figure, bien entendu, en tête de celles-ci l’absence d’OGM, cette même garantie pouvant être apportée pour les matières premières en cas de « produits très transformés ». Est également spécifié qu’aucun OGM, produit dérivé ou obtenu à l’aide d’OGM (acides aminés, vitamines, enzymes…) ne doit avoir été utilisé à un stade quelconque de l’élaboration du produit.

Toutefois, le CNC considère que « Ne répondrait pas à l’exigence de loyauté et de bonne information du consommateur ou utilisateur, une référence à l’absence d’OGM sur une denrée ou un aliment pour animaux qui ne contiendrait aucun produit susceptible d’être génétiquement modifié, car en dehors du champ des OGM autorisés en Europe ». Aussi, étant donné que les seuls OGM commercialisés à ce jour sont des produits végétaux pouvant être utilisés en alimentation, l’allégation « sans OGM » mentionnée sur des produits animaux (lait, viande, œufs…) ne peut porter que sur l’alimentation des animaux et non sur les produits mêmes.

Par ailleurs, il est rappelé que « Les produits issus de la filière de l’agriculture biologique ne peuvent être qualifiés de « sans OGM » du seul fait de leur mode de production ».

Outre une plus grande transparence vis-à-vis des consommateurs, l’adjonction d’une mention « sans OGM » sur certains produits agroalimentaires devrait favoriser les filières dont ils sont issus, lesquelles n’ont certes pas choisi la facilité en refusant de recourir aux OGM. Pénalisées par rapport à leurs équivalentes génétiquement modifiées, celles-ci doivent, en effet, assumer des surcoûts considérables liés notamment aux tests des lots de semences, au nettoyage du matériel et au respect de distances d’isolement afin de se prémunir des risques de contamination avec des cultures trangéniques.

Abondant en ce sens, Greenpeace a félicité ce premier pas encourageant du CNC, l’interprétant comme un effort de soutien adressé aux filières non OGM en permettant aux consommateurs d’orienter leurs achats en connaissance de cause.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 30 mai 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Anibé
1 juin 2009 - 0 h 00 min

:D C’est quand qu’on s’y met ???

[citation]A part ça… «Par ailleurs, il est rappelé que «Les produits issus de la filière de l’agriculture biologique ne peuvent être qualifiés de « sans OGM » du seul fait de leur mode de production». [/citation]
Euh… quid ?






à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS