Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Un vététiste perd la vie au cours d’une battue aux sangliers
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un vététiste perd la vie au cours d’une battue aux sangliers

Alors qu’il circulait en VTT avec un ami sur un chemin carrossable, Fabio Butali, jeune homme âgé de 25 ans, est décédé dimanche après-midi après avoir reçu un tir de chasse dans le dos. L’accident se serait déroulé au cours d’une battue aux sangliers, organisée à proximité de la commune de Lagorce en Ardèche. Le jeune promeneur est mort sur les lieux mêmes de l’accident malgré l’intervention des secours.

Identifié et interrogé par les gendarmes, le tireur a été identifié comme étant un chasseur âgé d’une cinquantaine d’années. Pour l’heure, les circonstances du drame restent relativement floues, le tireur ayant déclaré avoir manqué un sanglier pris pour cible. Une enquête est actuellement en cours pour déterminer s’il y a eu ou non violation des consignes de sécurité.

Cet accident aux conséquences dramatiques est illustratif des dangers qu’accompagnent l’usage d’armes à feux dans des zones accessibles au grand public. Selon les chiffres avancés par la ligue ROC, on enregistrait ainsi 169 accidents de chasse au cours de la saison de chasse 2005/2006, dont 24 accidents mortels et 61 accidents qualifiés de « graves ». Au total, 20 accidents ont impliqué des promeneurs. Or, comme le souligne l’ASPAS (Association de protection des animaux sauvages), ce n’est pas un hasard si ces derniers surviennent majoritairement le dimanche, jour privilégié des ballades familiales. En effet, bien que plus de 34 % des accidents se produisent ce jour-là, la France est le seul pays européen qui continue d’autoriser l’exercice de la chasse tous les jours de la semaine.

L’instauration du mercredi comme jour de non-chasse, il y a 7 ans, s’avéra être une victoire de courte durée pour les non-chasseurs puisqu’en 2003, Roselyne Bachelot, alors ministre de l’environnement, le supprima au profit d’un éventuel jour hebdomadaire de non-chasse fixé localement par chaque préfet, après consultation de la fédération départementale des chasseurs. Selon l’ASPAS, en 2006, seuls 10 départements français avaient librement fixé un jour sans chasse, aucun n’incluant le dimanche. Aussi, à la lumière de ce nouveau fait, l’association réitère son appel à l’interdiction de la chasse le jour dominical (1), trêve indispensable pour assurer un cadre sûr aux promeneurs, cueilleurs, joggeurs, cavaliers et vététistes, adultes comme enfants.

Bien qu’il ne soit pas le premier du genre, il est à espérer que ce tragique épisode servira de leçon et favorisera l’instauration de mesures sécuritaires renforcées afin que les promeneurs ne vivent pas la moitié de l’année dans la crainte perpétuelle d’être victimes d’une erreur de tir.

Cécile Cassier
1- L’ASPAS milite depuis longtemps pour une interdiction de la chasse le dimanche sous la forme d’une pétition à télécharger.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 27 octobre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
27 octobre 2008 - 0 h 00 min

Que peut-on faire face à un lobbi très puissant qui achète les ministres et autres élus?Que peut-on faire face à des rustres qui adorent tuer pour le plaisir de tuer.Ils s’amusent même à tirer en l’air lorsque des promeneurs risquent de déranger leur tranquilité.On devrait les enroler pour aller se frotter aux combattants Irakiens ou Afgans….


claude reboul
29 octobre 2008 - 0 h 00 min

Encore un accident déplorable avec les chasseurs qui n’ont pas l’impression de tenir un engin mortel entre les mains puisque la chasse est considérée comme un loisir voir un sport. Les loisirs et les sports n’ont pas vocation de tuer. Si tout le monde voulait y mettre du sien, un consensus pourait être trouver. La solution que j’avance est peut être à étudier dans les instances politiques.
Sur une surface donnée, la moitié de la superficie totale du territoire d’une commune peut-être réservée à la chasse durant la première quinzaine du mois et l’autre moitié réservée aux promeneurs et autres cueilleurs de champignons. Cette moitié des chasseurs serait fortement balisée dans toutes ses entrées afin de prévenir les dits promeneurs qu’ils y sont interdits. Pour la deuxième quinzaine du mois, c’est l’autre moitié qui serait réservée aux chasseurs et la première aux promeneurs.
Si un consensus dans le genre n’est pas trouvé, un jour viendra où le droit de chasse sera très restreint et surtout très très cher, réservé encore une fois de plus aux seuls nantis.
Je ne suis pas chasseur du tout et je ne veux pas les mettre tous dans la même gibecière malgré les acidents malheureux qui arrivent à chaque saison. Sinon, on en reviendrai à dire, que tous les automobilistes sont des assassins en puissance sous prétexte que chaque jour des individus sont tués sur les routes sans même avoir commis de faute.


jaouen
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

Aujourd’hui, pour conduire, il faut un permis qui s’obtient après 30 heures d’apprentissage du code et environ 30 heures de conduite, le tout sous le contrôle d’un moniteur et validation par un inspecteur. Et ça n’empêche pas qu’il y ait encore des morts sur les routes. Qu’est ce que ça serait s’il n’y avait pas cette formation?
Alors pourquoi pas un permis de chasser après avoir suivi des cours sur le respect et la préservation de la nature et des animaux, sur le respect des humains, sur le maniement des armes, etc…


Linotte
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

???
Je ne sais pas comment ça se passe en France, mais essayez voir de passer votre permis de chasse dans certains pays voisins : il vous faudra être sacrément calés sur la nature, la législation et la technique !
(je ne suis pas chasseur non plus mais je meurs de trouille quand je prends la voiture…)


Dédé32
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

En france, l’examin comporte 2 volets: un théorique (connaissance des espéces, biologie et habitat, protection etc) et un volet pratique avec arme (test d’aptitude au controle de soi, respect des consignes de tir, capacité de discernement lors du tir). Je ne croix pas que l’on puisse penser que les permis sont distribuer à la façon « Bonux ».
On ne peut que déplorer ce genre d’accident mais il reste l’oeuvre d’un seul individu qui malheureusement va une fois de plus assombrir l’image de la chasse en général.
Un jour peut-etre usager lambda et chasseur pourront cohabiter en paix, encore faudra-t-il compter sur une véritable ouverture d’esprit de la part de tout les protagonistes.


marseille42
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

Seule ma vigilance et la rapidité de mes réflexes m’ont évitée par trois fois de recevoir une charge mortelle. Et ceci, quasi en pleine ville alors que je me trouvais avec mes enfants dans les collines de Marseilleveyre, au sud de Marseille, et à moins de deux kilomètres de mon domicile. Même scénario dans le Puy de Dôme alors qu’avec mes enfants, toujours, nous faisions la cueillette des baies de cassis et de framboises dans notre jardin. Et récidive en Corse où la chasse est, paraît-il, culturelle alors que je contrôlais la bonne santé des oliviers de ma propriété. Et toutes les fois, je me suis entendue répondre à la suite de mes plaintes que le Nemrod croyait avoir à faire à un lapin, une grive ou (en Corse) un sanglier. Drôles de gibier que mes enfants et moi, tous vêtus de rouge vif et munis de bandes fluo ou réfléchissantes!!! Je déteste la chasse qui, dans nos pays dont les étals de boucherie débordent, est tout à fait cruelle et inutile. Mais les çons (sans cédille) ont de beaux jours devant eux.


rose
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

la différence entre la chasse et la guerre c’est que la guerre a un début et une fin. La chasse, elle, a lieu toute l’année pour un prétexte de régulation, de prélèvement, ou tout autre rééquilibrage de la nature. On se demande d’ailleurs comment une Terre sans chasseurs bipèdes s’en sortirait?..
Bref avec la chasse il n’y a pas de cessez-le-feu, pas de trêve. C’est vrai la population française n’est majoritairement pas sportive, affalée devant sa tv, elle n’est guère gênée par les tirs de concitoyens en mal de Verdun. Le petit pourcentage qui enfourche son VTT, chausse ses runnings ou a l’outrecuidance d’employer tout autre mode de déplacement à propulsion musculaire et non-violent, le fait à ses risques et périls, tout cela est bien normal!
En effet il faudrait tout bonnement INTERDIRE au citoyen lambda toute sortie la moitié de l’année!
Et pour info en tant que résidente du Parc naturel régional du Gâtinais français -qui n’a de naturel que le nom- j’évolue toute l’année dans un air délicatement chargé de pesticides entre deux haies de fusils lourdement chargés :
le dimanche pour la « chasse classique »
le samedi pour la « chasse à tir » (avec des plombs destinés aux sangliers comme en a reçu ce jeune vététiste)
les lundis, jeudis, vendredis (?) pour la chasse à courre en forêt de Fontainebleau, ville royale de chasse s’il en est, bref 5 jours chassés par semaine, il reste 2 jours (28% du temps) pour courir marcher gambader rouler à vélo varaper etc. il n’y pas là de quoi se plaindre!


macaron
30 octobre 2008 - 0 h 00 min

Cela fait déjà la deuxième personne tuée sur cette commune de Lagorce en Ardèche.Quatre ans auparavant accident de fin de battue où un chasseur a tiré sur un jeune collègue alors que tout était terminé………..et cela ne l’empêche pas de continuer à chasser; c’est le même groupe de chasseurs qui a tué ce jeune vététiste sous les yeux de son frère!!!!!
Que font les gendarmes et que devenir pour les promeneurs et autres qui apprécient différament la nature.


yackus
31 octobre 2008 - 0 h 00 min

Que peut-on faire contre ce lobby : créer notre propre lobby, utiliser les mêmes méthodes : matraquage des chasseurs, vandalisation des préfectures, menaces.
C’est extrémistes, mais c’est hélas le seul langage que nos élus comprennent ainsi que certains chasseurs.
Maintenant je reconnaît qu’il y a des chasseurs moins cons, mais tant qu’ils ne feront pas taire leur minorité d’abrutis et bien il ne restera que les moyens violents pour se faire entendre.


serilynpayne
1 novembre 2008 - 0 h 00 min

demandons au peuple ce qu’il en pense, comme en suisse.
sur le canton de genève la chasse est interdite, ce sont les « gardes faune » qui la nuit, avec des armes avec silencieux et vision nocturne, tuent les animaux sur-numéraires, ce qui fait la joie des restaurants locaux qui proposent « la chasse » aux moment des abattages.
Soit on peut estimer que l’animal n’a pas de chances, mais en a t-il contre 10 chasseurs déterminés et une meute de chiens. Dans mon village , à la frontière suisse côté français, les chasseurs nourrissent les sangliers l’hiver, les paysans plantent du maïs près des bois… et puis ils ont une dérogation préfectorale pour avancer de 15 jours la date d’ouverture à cause des dégâts sur les récoltes. Bref la chasse bof, et si j’étais amené à voter, je voterai contre.
mais pour une gestion de l’espace « naturel » par des personnes assermentées dans un cadre juridique comme on le fait pour l’ours le loup et le lynx, ce qui a un coût dérisoire en rapport aux subventions pour l’agriculture ou l’élevage bovin .



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
108

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS