Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Un gypaète barbu tiré dans les Pyrénées-Atlantiques
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un gypaète barbu tiré dans les Pyrénées-Atlantiques

Plus grand vautour européen, le gypaète barbu est le rapace le plus rare et le plus menacé d’Europe avec moins de 150 couples nicheurs, dont la majorité se trouve dans les Pyrénées. Avec ses 2,80 mètres d’envergure, il apparaît impossible de le confondre avec un oiseau chassable, pourtant, et malgré sa protection intégrale, des oiseaux accidentés sont trouvés encore trouvés avec des plombs de chasse dans le corps. Le dernier en date a été trouvé vivant vendredi 11 janvier par des agents du Parc National des Pyrénées, accidenté par un véhicule sur la route nationale 134 à Sarrance, dans les Pyrénées-Atlantiques. Un premier examen a permis de mettre en évidence que l’oiseau était une nouvelle victime d’un tir illégal, avec la présence de 2 plombs de chasse révélés par une radiographie.

En l’espace d’un mois, ce gypaète barbu est le deuxième à être retrouvé accidenté. Le premier a été découvert prostré au sol près de Bagnères de Luchon (Haute-Garonne), le 12 décembre dernier, par des chasseurs partenaires du réseau Casseur d’os (1). Selon l’association Hegalaldia, gestionnaire du Centre de Sauvegarde de la Faune Sauvage de Ustaritz où sont soignés ces 2 oiseaux, le premier arrivé a ‘de gros troubles neurologiques à une patte qui l’empêchent de se déplacer correctement sans attelle. Les causes de ses lésions restent inconnues.’ et le pronostic final demeure réservé.

Ces grands rapaces resteront en isolement durant leur période de soins, dans l’espoir que leur état à venir permette de les relâcher, là où ils ont été trouvés, leurs couples étant pérennes, il est en effet très important qu’ils puissent repartir à la conquête des sommets pyrénéens.

Pascal Farcy
1- Le gypaète barbu est un nécrophage de la même envergure que le vautour fauve, il est au bord de l’extinction en Corse et en Crète. Dans les Alpes, où il est réintroduit depuis plus de 20 ans, on compte seulement 13 couples nicheurs. Son surnom de ‘casseur d’os’ lui vient du fait qu’il laisse tomber, d’une grande hauteur, des gros os sur des rochers pour les briser et pouvoir ainsi les consommer.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
claude le jardinier
19 janvier 2008 - 0 h 00 min

comme d’habitude,les chasseurd tirent sur des oiseaux protégés qui pour eux le gypaète est un prédateur,alors que ce sont eux les plus grands prédateurs


patlee25
19 janvier 2008 - 0 h 00 min

S’il n’y avait pas sur cette terre des gens passionné, amoureux de la nature et de toute vie qui l’entoure, il y aurait déjà bien longtemps que la vie animale aurait disparue.
L’homme n’est pas un prédateur, c’est un destructeur !
Il est urgent de réduire les zones de chasse en France. Il y a déjà assez d’abattage d’animaux d’élevage sans encore aller tuer de bêtes en liberté et qui ne font de mal à personne !
Quelle honte à tous ces chasseurs qui emmène dès que possible leurs progéniture assister au massacre pour mieux les conditionner ! Un texte de loi devait interdir les mineurs sur ces terrains de chasses, armé ou non !
Quelle intelligeance de ces personnes qui aiment tuer que d’apprendre aux enfants à tuer des biches totalement inoffensives !
Le public n’est pas au courant qu’il a le droit de demander à ladirection départementale de l’agriculture d’interdire le droit de chasse sur leurs terres ou celles de leurs communes!
Ce droit est reconduit tous les 5 ans, il faut s’y prendre six mois avant sinon, c’est repartit comme en 14, massacre en chaîne…
Faites les démarches nécessaires, informez vos voisins, ni le maire ni le préfet ne vous informeront !
Demandez à remplir le dossier pour opposition en conscience synégétique .
Demandez à recevoir notre newsletter concernant l’actu. de la planète sur le web.


gypaete barbu
20 janvier 2008 - 0 h 00 min

je vie dans les alpes du nord Haute tarentaise, nous avons 3 couples de Gypaéte barbu reproducteurs, rosuel, val d’isère, et termignon en maurienne.Si un jour un de ces couples est abattus je peut garantir que la foudre tombera dans le coint.naturaliste depuis plusieurs années, nous avons la chance de voire ce beau rapace plané avec les aigles du coint.A quand la chasse aux CONS.


patou d|alex
22 janvier 2008 - 0 h 00 min

OK, c’est sur que tirer sur des oiseaux protégés, c’est criminel mais de grâce, ne pas mettre tous les chasseurs dans le même panier et je dis STOP AUX INTEGRISTES DE TOUS BORDS. Nous devons regarder la réalité en face et arrêter de croire que le monde peut vivre les uns sans les autres. Beaucoup de chasseurs répriment ce tir idiot, qui n’apporte que discrédit sur la chasse en général. Regardons le coté posiif et imaginons un pays sans chasse ou les sangliers pulluleraient et causeraient des accidents mortels sur les routes, oû les chevreuils en surpopulation dans certaines forêts dévorent tous les bourgeons et j’en passe. Ceci est une réalité et arrêtons de rêver. Certes punissons sévèrement les abus et travaillons mains dans la main, la majorité des actions des chasseurs sont écologiques, qu’il en déplaise à certains, ceux qui voit que ce qu’ils veulent voir. Ils sont prêts de la nature et la vive au quotidien, l’entretien des chemins, sentiers, des zones humides etc. .. Nous sommes tous coupables de rouler en voiture ce qui perturbe le déplacement des animaux et provoque des collisions, nous sommes tous coupable de consommer des produits « conventionnels » bourrés de chimie qui polluent l’eau, la terre et l’air ; achetés dans des supermarchés qui se sont installés sur des marais artificiellement desséchés,lieu de vie et de reproduction de nombreux animaux et d’une grande diversité de la flore.
Oui, je le dis haut et fort : ARRETONS CE GACHIS unissons-nous car nous avons une volonté commune de conserver une nature belle et riche. Allons voir nos chasseurs, discutons sans arrière pensées et vous allez voir que se sont des femmes et des hommes qui ont, pour la majorité d’entre eux, une vision proche des écologistes.
Enfin, la critique est si facile, regardons la poutre que nous avons dans l’œil avant de regarder la paille dans celui du voisin.
Un écologiste chasseur


joëlle
24 janvier 2008 - 0 h 00 min

Je voudrai réagir au chasseur qui se dit écolo et amoureux de la nature. Pour commencer, je dirai que je mange bio, quasiment pas de viande, je me déplace en transports en communs, n’emploie que des produits bio à la maison, ai un jardin naturel et je suis guide-nature lors de mes temps libres.Je pense donc pouvoir répondre à votre article. La nature n’a pas besoin des chasseurs. Quand l’homme ne l’a pas entièrement chamboulée, il y a des prédateurs naturels qui remplissent parfaitement le rôle des chasseurs. Dire qu’on a besoin des chasseurs c’est simplement se donner bonne conscience. Du fait que les grands prédateurs ont tous été tués par les chasseurs, on a effectivement besoin de ceux-ci pour remplir leur rôle. D’autant plus que les chasseurs élèvent et nourrissent les animaux qu’ils chassent. Lâcher des faisans à l’avance pour les tirer quelques semaines plus tard (parfois même ils sont tirés dès la sortie de leur caisse!)… je n’appelle pas ça aimer la nature. Je n’arrive pas à comprendre comment on peut tuer ce qu’on dit aimer. Si vous pouvez tuer un animal, c’est que vous ne l’aimez pas. Ou alors, vous pourriez tuer vos chiens, vos chats ou tout autre animal habitant chez vous juste pour le plaisir?


Pierre Darmangeat
4 février 2008 - 0 h 00 min

En France, il y a ceux qui ont un fusil, et il y a ceux qui n’en ont pas.
Si certains chasseurs se prétendent « responsables », c’est à eux de porter plainte et de poursuivre en justice chaque fois qu’un fusillot méprisable tire une espèce protégée.
Or, on ne les entend pas beaucoup, ces merveilleux chasseurs responsables. Pourtant, je sais pour en avoir connu, que nombreux sont ceux qui s’indignent de ces tirs criminels et stupides.
Tous les chasseurs se connaissent dans une même région : tant que les « responsables » ne crieront pas plus fort que les « écolos », on ne pourra pas croire en leur honnêteté morale.

Chasseurs, vous qui êtes très minoritaires dans notre pays, c’est à vous de vous faire respecter car la vie sauvage ne vous appartient pas. Vous payez cher il est vrai votre droit de chasser, et c’est donc à vous de vous en montrer dignes car payer ne vous donne aucun autre droit que celui de respecter le code de la chasse. Cessez donc votre « Omerta », et peut-être vous écoutera-t-on un peu plus.

Car je sais que nous pouvons vivre et travailler ensemble. Pour l’avoir fait.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
116

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS