Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Un décret favorable à l’épandage d’azote sur les terres agricoles
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Un décret favorable à l’épandage d’azote sur les terres agricoles

Paru au Journal Officiel du 11 octobre 2011, le décret ministériel relatif au programme de lutte contre la pollution des eaux par les nitrates revoit à la hausse les plafonds d’épandage de lisier. En effet, comme l’explique l’association Eau & Rivières de Bretagne, en limitant à 170 kg d’azote par hectare de surface agricole totale (SAU) et non plus par hectare de surface potentiellement épandable (SPE) (1), il devrait permettre d’augmenter de 20 % les quantités d’azote épandues sur les sols. Evoqué au printemps dernier, ce projet avait pourtant été fortement contesté, notamment par les communes littorales envahies par les algues vertes.

En totale incohérence avec les plans d’actions engagés pour réduire la pollution par les nitrates, cette publication survient également alors que la France doit rendre des comptes à la Commission européenne quant à l’inefficacité de sa politique de prévention des marées vertes. Pourtant, les coûts de la pollution, eux, sont effectifs. Evaluée à 215 euros par personne dans le récent rapport du Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable, la facture annuelle des pollutions agricoles ne devrait donc pas s’alléger, bien au contraire. Face à de telles contradictions, Eau & Rivières de Bretagne a d’ores et déjà fait savoir qu’elle engagerait un recours devants le Conseil d’État pour faire annuler « ce décret absurde ».

Cécile Cassier
1- Exception faite des surfaces à proximité des cours d’eau, du littoral, des tiers.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 octobre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
claude le jardinier
12 octobre 2011 - 0 h 00 min

vivement 2012, que la gauche passe-ce sont vraiment des incapables


Josemite
13 octobre 2011 - 0 h 00 min

Où sont nos écolos d’opérette : aux abonnés absents ! Et de plus ils voudraient qu’on vote pour eux. Hulot, Joly et compagnie manifestz vous enfin de façon positive.


dautreville
13 octobre 2011 - 0 h 00 min

ils poluent nous payerons le M3 plus cher pour la dépolution et tout rentreras dans l’ordre !!
c’est cela « l’economie  » de marché faire payer celui qui ne peut pas reclamer mais jusqu’à quand?


humanité
13 octobre 2011 - 0 h 00 min

Malheureusement on ramène toujours cela à des partis, quels qu’ils soient ils ont prouvé leur incapacité à gérer les problèmes fondamentaux dès que les lobbies et l’économie immédiate étaient en jeu. Nous verrons plus tard, après nous le déluge, les procès ne nous rattraperons pas, responsable mais pas coupable. Tant que nous ne nous organiserons pas en notre qualité de consommateurs, non plutôt d’utilisateur, de citoyen, nous n’obtiendrons que des mesurettes. La grande question est, sommes-nous prêts à faire de gros sacrifice et à remettre tout à plat ?


tergam
13 octobre 2011 - 0 h 00 min

On se focalise sur les dangers , les coûts ,la dégradation de l’image de la Bretagne et l’on oublie l’autre aspect ANTIBIOTIQUES .En effet l’augmentation de quantité de lisier épandue va avec l’annulation de l’autorisation préalable d’extension des cheptels « ammendement LE FUR « va forcément conduire a l’augmentation des cheptels.Mais en corrolaire les quantités d’antibiotiques données aux bêtes.
Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme.Si on a tant parlé de la bactérie Ecoli c’est qu’il y a eu des morts,pas d’antibiotique pour la contrer et les tartuffes de service ont d’abord chargé les concombres puis les germes de soja bio bien entendu comme responsables .Personne n’a dit que ces germes nétaient que les vecteurs et que la souche etait autre:les excréments des bovins.Donc pas de recherche de ce coté.Demain il ne faudra plus manger hachis,de salades de tout ce qui se mange crû ??? Bel avenir pour nos enfants.


stardiet
15 octobre 2011 - 0 h 00 min

Il faut taxer les pollueurs ! Je n’ai aucune compassion pour ces éleveurs-maltraiteurs d’animaux. Il est odieux et inhumain d’élever des animaux en batterie et la collectivité en paye cher les conséquences sur notre environnement. La qualité des viandes d’élevages en batterie ne vaudra jamais celle des animaux élevés en liberté ! Pour ma part je lutte contre cette sur-exploitation en consommant moins de viande et seulement de la viande provenant d’élevages « éthiques » et si mon porte-feuille le permet du bio produit en France !


benge
17 octobre 2011 - 0 h 00 min

Pourquoi ne pas utiliser ce lisier autrement, afin de se chauffer ? En effet, en utilisant le système de Jean Pain (voir la « Maison de Jean Pain), à grande échelle, nous pourrions chauffer pas mal de monde et réduire la facture « pétrole » ainsi que la dépendance à ce fléau (le pétrole) mondiale.
Malheureusement, les lobbyings les gros argentiers de ce monde) sont derrière pour veiller à se mettre le max de pognon dans leurs seules poches !!!!!!!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
50

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS