Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Six parcelles de maïs détruites suite à la découverte d’OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Six parcelles de maïs détruites suite à la découverte d’OGM

La culture du maïs transgénique MON810 est interdite en France depuis le début de l’année 2008. Néanmoins, la semaine dernière une forte suspicion de plantation de ce maïs OGM a été rendue publique par des associations, dans le Tarn et Garonne sur la commune de Lafrançaise. Cette découverte intervenant à quelques jours du début de la floraison du maïs et, donc, des risques de contamination des cultures traditionnelles par le pollen des plantes OGM, les associations (Confédération paysanne, Fédération Nationale de l’Agriculture Biologique, Greenpeace, Amis de la Terre, Nature et Progrès) ont déposé une plainte en référé auprès du tribunal de grande instance de Montauban, le 10 juillet, pour faire respecter la loi et détruire les OGM.

Sans attendre les résultats des prélèvements effectués les 11 et 15 juillets, de sa propre initiative l’agriculteur visé, qui risque jusqu’à 150 000 € d’amende et 2 ans de prison, a procédé à la destruction d’une partie de ses cultures. Rendu public aujourd’hui, le résultat des prélèvements confirme la présence du maïs MON810 de Monsanto sur 6 des 7 parcelles analysées par le Service Régional de la Protection des Végétaux (SRPV), de la Direction Régionale de l’Agriculture et de la Forêt (DRAF). En conséquence, l’exploitant a procédé à la destruction des parcelles restantes, y compris celle indemne d’OGM, conformément à la demande de la préfecture du Tarn et Garonne.

Même si les cultures présentes sur ces parcelles ont été broyées selon le protocole technique prévu dans ce cas de figure, un périmètre de sécurité de 300 m a été mis en place. Dans cet espace, les éventuelles repousses d’OGM vont être surveillées pour être déracinées. Des analyses visant à détecter une éventuelle contamination, sur la flore et des ruches, seront également menées.

Si l’aspect environnemental semble être clos, le côté juridique reste à venir. Officiellement, l’agriculteur qui a semé ce maïs, qu’il avait en stock depuis une année, tombe sous le coup de la loi. Toutefois, sa situation économique professionnelle qui semble l’avoir poussé à ne pas jeter ses semences pour les semer malgré l’interdiction, son poste de brancardier à l’hôpital de Montauban pour réussir à boucler des fins de mois difficiles, et son anticipation des mesures de broyage de ses cultures OGM pourrait lui valoir une certaine clémence de la justice.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 18 juillet 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
dautreville
19 juillet 2008 - 0 h 00 min

a quand l’obligation à ceux qui commercialisent des merdes à les reprendrent et à dedomager les acheteurs ? ceux qui vendent ainsi ce genre de produit et d’autres y regarderaient à deux fois avant de VENDRENT tout et n’importe quoi car l’acheteur lui paie et n’est en rien responsable sur la mise sur le marché de ce que produisent les marchands de soupe !


simon34
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

Semer des OGM, c’est prendre des risques, et aller à l’encontre de la volonté de la majorité de ses concitoyens. Alors c’est dommage pour lui mais qu’il assume. ça en fera peut-être réfléchir quelques uns.


terremerair
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

Qui sont des lanceurs d’alertes et utiles à la société contrairement aux OGM qui ne sont utiles qu’aux gros semenciers de la FNSEA !!
L’agriculture doit revenir aux vrais paysans pas à de petits financiers incompétents et irresponsables.


pyrale
20 juillet 2008 - 0 h 00 min

Il faut arrêter de faire pleurnicher.
Les semences OGM sont reprises par les semenciers si non semées et le pauvre  » paysan » était défendu par une as du barreau spécialisé en OGM
Où a il trouvé le fric?
Les tracteurs qui ont détruit les preuves ( jusqu’à 20 hectares selon les sources ) a qui appartiennent ils?
Qui cette fripouille cherche il à préserver?

Essayez de réfléchir avant de reprendre la propagande de la FNSEA.
Les victimes sont les voisins pollués et les coupables sont ceux qui ont planté cette merde illégale et l’agri de Lafrançaise est tout sauf une victime, je dirai une ordure.


gnafron
21 juillet 2008 - 0 h 00 min

Sauf erreur de ma part, cet « agriculteur » a semé un OGM (qui plus est interdit) en toute connaissance de cause et au mépris de la législation en vigueur… il est évident qu’il doit être sanctionné et le plus lourdement possible en guise d’avertissement me semble être la moindre des choses… je sais , je suis un idéaliste…. ;o)



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS