Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Sahel : la menace d’une crise alimentaire se rapproche
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Sahel : la menace d’une crise alimentaire se rapproche

Depuis plusieurs mois, la situation alimentaire au Sahel se fait de plus en plus précaire. Déjà délicate en temps normal, la période transitoire ou « de soudure » entre l’épuisement des réserves et les prochaines récoltes céréalières, attendues pour octobre prochain, s’annonce en effet extrêmement problématique.

Les raisons de cette insécurité alimentaire sont multiples. La principale tient à la chute de 25 % de la production agricole, due à l’insuffisance des pluies. D’après l’IRD (1), on a ainsi enregistré au Niger une baisse de 30 % de la pluviométrie entre 2008 et 2009. Mais d’autres facteurs entrent également en ligne de compte, à l’instar d’une productivité insuffisante des systèmes agraires et de l’augmentation continue des populations.

A l’heure actuelle, le Niger, le Mali, le Tchad et le Burkina Faso sont les pays les plus concernés par la crainte d’une « période de grande vulnérabilité des populations ». Près de 10 millions de personnes seraient ainsi menacées, tout particulièrement les enfants. D’après le Programme Alimentaire Mondial, 44 % des enfants seraient affectés par les pénuries au Niger.

Outre un appel à la mobilisation des gouvernements et des ONGs, la recherche scientifique entend, elle aussi, intensifier ses travaux, en travaillant notamment à l’amélioration des prévisions des aléas climatiques, à l’approfondissement des travaux de prospectives démographiques et alimentaires ainsi qu’à l’adaptation des céréales sahéliennes telles que le mil, le sorgho ou le riz africain.

Cécile Cassier
1- Institut de Recherche pour le Développement.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
25 juin 2010 - 0 h 00 min

avant d’alerter les scientifiques qui comme chacun le sait recherchent ce que les citoyens n’ont jamais demandés ,il serait bon de rendre aux petits paysans les terres vivrières et de bouter hors de leurs pays les multinationales qui se sucrent sur le dos des malheureux.leurs donner de vrais semences ( pas de F1 ou OGM )leurs réapprendre à cultiver de façon écologique sans produits chimiques qui coutent chers …..après ils ne sont pas plus couillons que nous et peuvent se débrouiller si les occidentaux ne leurs cassent plus les pieds et arretent de corrompre leurs dirigeants …


JeanPhir
27 juin 2010 - 0 h 00 min

Un peu facile d’accumuler les images d’Epinal et d’enchainer les Yaka-Faut-Qu’on…
Dire que les scientifiques cherchent ce que les citoyens n’ont jamais demandé est complètement stupide, il y aurait des milliers d’exemples qui prouverait le contraire, par exemple la sécurité automobile, les médicaments, des ordinateurs plus rapide et moins chers…
« il serait bon de rendre aux petits paysans les terres vivrières »
Dans le Sahel ?
« et de bouter hors de leurs pays les multinationales qui se sucrent sur le dos des malheureux. »
Les multinationales se sucrent mais si elles n’étaient pas là lesdits malheureux ne se porteraient pas mieux…
« leurs donner de vrais semences ( pas de F1 ou OGM ) »
Les F1 et les OGM sont de vrais semences, tout dépend de se que l’on y met dedans ! Les F1 ont la propriété de cumuler les avantages des deux parents, même si en F2 tout sera de nouveau mélangé. Il faut alors opérer de nouveau à une sélection, c’est ce qui se fait empiriquement depuis des milliers d’années… A moins de considérer que le nec plus ultra ne peut être que la semence qui existait dans la région autrefois, ce qui n’est pas prouvé…
« leurs réapprendre à cultiver de façon écologique sans produits chimiques qui coutent chers »
Là d’accord. Les produits phytosanitaires (produits chimiques ne veut rien dire car toute substance est chimique…) ne sont absolument pas adapté au contexte et suppose, en plus, d’excellentes connaissances pour les utiliser sans danger.
Quant à la suite, les Occidentaux qui leur casse les pieds et corrompent leur dirigeants… Comment était l’Afrique noire avant l’arrivée des Occidentaux ? Un paradis sur terre avec une espérance de vie de 20-30 ans ? Les razzias des Arabes et Berbères pour en faire des esclaves ? car ce ne sont pas les occidentaux qui ont inventé ça… Une mortalité infantile au moins aussi forte, ce qui permettait de stabiliser la population, en même temps que les guerres inter-ethniques : les découpages à la machette ne sont pas une coutume occidentale…
La corruption existe à tous les niveaux des administrations, pas seulement les dirigeants, ce n’est pas le fait des occidentaux… Certains ont plus d’argent que les locaux pour pouvoir les corrompre à leur avantage, mais si ce n’était pas le cas ce ne serait pas pour autant des saints… A bien réfléchit, nos propres dirigeants font bien, eux aussi, le jeu des multinationales…


Willy Vogt
4 juillet 2010 - 0 h 00 min

Depuis des décennies que le problème se renouvelle, la solution n’était-elle pas de planter des arbres ?
De l’argent peut se trouver pour faire des recherches et des bilans, des états des lieux idiots, pourquoi ne pas arroser ces arbres avec l’eau de cet argent et ainsi modifier les micros climats ?
Willy Vogt



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
35

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS