Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Risques sérieux pour la santé avec un OGM autorisé à l’alimentation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Risques sérieux pour la santé avec un OGM autorisé à l’alimentation

Le maïs transgénique MON 863, autorisé pour l’alimentation animale et humaine, pourrait présenter de sérieux risques pour la santé humaine. Une étude scientifique publiée dans la revue Archives of Environmental Contamination and Toxicology, le 13 mars, révèle que des rats nourris pendant 90 jours avec 33 % de maïs génétiquement modifié, pour produire un insecticide, développent des anomalies significatives au niveau de la composition du sang et de leurs organes de détoxification (foie et reins).

Mis au point par la firme Monsanto, le dossier du maïs MON 863 commence en 2004, avec l’étude toxicologique réalisée par Monsanto pour son homologation. A l’époque, Greenpeace avait déjà tiré la sonnette d’alarme : les rats de laboratoire nourris avec ce maïs OGM présentaient des ‘effets’ au niveau des reins et du foie. Toutefois, ces anomalies considérées ‘non significatives’ par Monsanto, n’avaient pas empêché l’Union européenne d’autoriser l’importation de ce maïs OGM pour l’alimentation animale en août 2005, puis humaine en janvier 2006.

Aujourd’hui, une contre-expertise réalisée par le CRII-GEN (1), grâce à l’obtention des données brutes de Monsanto par voie judiciaire (recours de Greenpeace Allemagne en Cour d’Appel), démontre que les effets relevés il y a 3 ans correspondent bien à des signes de toxicité hépatique et rénale. Gilles-Eric Séralini (professeur de biologie moléculaire, président du CRII-GEN) note que les anomalies relevées présentent des ressemblances classiques avec les effets des pesticides en toxicologie. Ainsi, ‘Chez la femelle, on observe une augmentation des graisses et du sucre dans le sang, une augmentation du poids du corps et du poids du foie par rapport au poids du corps, le tout associé à une plus grande sensibilité hépatique. Chez le mâle, c’est le contraire, avec une chute du poids du corps et des reins.’, une différence de réaction qui pourrait s’expliquer par le fait que le foie est un organe qui réagit différemment en fonction du sexe.

En conclusion, en l’absence d’une étude indépendante de toxicité, autre que celle dirigée et interprétée par Monsanto, le CRII-GEN estime que l’alimentation humaine ou animale avec le maïs MON 863 peut présenter des risques sérieux pour la santé et, qu’à ce titre, sa commercialisation devrait être interdite. Pour Arnaud Apoteker, de Greenpeace, à l’image de ce que souhaitent (2) une majorité de Français (86 %) et d’agriculteurs (62 %) ‘Il faut plus que jamais appliquer le principe de précaution et décréter un moratoire sur les OGM’.

Pascal Farcy
1- Comité de Recherche et d’Information Indépendantes sur le Génie Génétique – Voir le site.

2 – Sondage CSA/Greenpeace, septembre 2006 et Ifop/Fiducial/JDD, février 2007.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
101

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS