Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Profiter de l’impact du cyclone Dean pour réorienter l’agriculture des Antilles
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Profiter de l’impact du cyclone Dean pour réorienter l’agriculture des Antilles

Le cyclone Dean a touché sévèrement les îles de la Martinique et de la Guadeloupe, dévastant le secteur agricole et plus particulièrement les plantations de bananes. A ce titre, la visite de Michel Barnier, le ministre de l’agriculture et de la pêche, les 31 août et 1er septembre, est très attendue pour faire le point sur les conséquences du passage de Dean et sur les mesures d’aides aux filières agricoles touchées.

Néanmoins, l’association martiniquaise ASSAUPAMAR (1) et France Nature Environnement rappellent que depuis plus de 30 ans, les sols et eaux martiniquais ont été gravement contaminés par l’utilisation intempestive de pesticides, notamment pour la culture des bananes, et qu’il conviendrait, à ce titre, de réorienter l’agriculture locale vers des pratiques plus durables. C’est en effet le moins que l’on puisse espérer lorsque l’on prend le temps d’examiner la situation actuelle et ce qui y a conduit.


Parmi les produits incriminés, l’insecticide chlordécone utilisé massivement contre le charançon du bananier, bien qu’officiellement interdit depuis 1993, est encore très présent dans les sols (2). Une étude de pollution des sols de la Martinique (3), réalisée en 2004, relève encore sa présence régulière à des doses importantes. En 2005, le rapport d’une commission parlementaire note que cette substance ne se dégrade pas et pourrait perdurer dans les sols durant plusieurs siècles… En conséquence, il n’y a rien d’étonnant à trouver encore du chlordécone dans les patates douces, l’eau des rivières, les crabes, le lait des vaches…

Aujourd’hui, si ce produit est interdit, les pratiques agricoles n’ont pas beaucoup changé. Quand les Antilles gagneraient à revenir vers des productions maraîchères respectueuses de l’environnement, l’intensification est toujours importante et la culture de bananes omniprésente. Des herbicides comme le paraquat, d’ores et déjà interdit dans nombre de pays, continuent d’y être massivement épandus (4). La situation est telle que l’on utilise encore plus de 25 kg de pesticides par hectare dans les régions où les conditions de culture sont les plus difficiles.

L’aspect économique n’est pas en reste. Comme le dénoncent de plus en plus d’Antillais, les débouchés de la banane des Antilles se restreignent et l’avenir de la filière est des plus sombres face à la concurrence de l’Amérique du Sud. Aussi, alors que les bananeraies sont dévastées, est-il intéressant d’investir 150 millions d’euros (chiffrage attendu par le lobby des grands propriétaires) dans la relance de la filière. Ne serait-il pas plus judicieux d’en profiter pour réorienter l’agriculture locale et favoriser le retour à certaines filières jugées en leur temps peu rentables (cultures maraîchères) ?

Alex Belvoit

1- Association pour la sauvegarde du patrimoine martiniquais.

4- A lire sur ce sujet : ‘Chronique d’un empoisonnement annoncé‘ de Louis BOUTRIN et Raphaël Confiant, paru en mars 2007 aux éditions L’Harmattan.

3- Etude du bureau de recherche géologique et minière (BRGM) : Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés.

4- Le 28 juin 2006, la France (2ème utilisateur européen) a décidé de limiter la vente du produit de 50% d’ici fin 2009.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 01 septembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
FERREY
2 septembre 2007 - 0 h 00 min

Ce fut ma première réaction en entendant les dégâts…..
J’ai peut être une solution qui doit être étudiée entre spécialistes
Elle est aussi une solution d’avenir pour beaucoup de situations et de pays.
D’autre part elle contribue indirectement aux diminutions d’émissions de gaz à effet de serre.

Quelles sont les personnes ou structures à contacter et à rencontrer en urgence, bien sûr, pour nos suggestions.

Par avance, je vous remercie de votre promptitude à me « brancher » vers les bons circuits.

Francine Ferreyra
francine.ferreyra@wanadoo.fr


SR972
29 septembre 2007 - 0 h 00 min

Les éléments d’information apportés par l’ensemble des médias autour de la pollution de certaines terres martiniquaises par les pesticides provoque aujourd’hui une psychose au niveau de la population locale et détruit l’image de la destination Martinique dans les esprit…A quand le « classement de la Martinique, site le plus pollué… restons objectifs et »transparents » !
Au-delà de la réalité des faits, de la nécessité d’informer la population, de la volonté de faire réagir les politiques…(actions louables !) :
Pourquoi ne pas parler des terres martiniquaises qui ne sont pas polluées ? Car il y en a…
Pourquoi ne pas parler du mérite de ces personnes qui luttent depuis des années pour développer une agriculture saine ? Car il y en… Et pourquoi ne pas interroger ces responsables qui dans le domaine agricole se battent au niveau local et national pour faire reconnaître les valeurs d’une « Agriculture biologique locale » respectueuse des normes internationales, car elle existe…
Pourquoi ne pas dire qu’il y a des produits sains sur le marché, qu’ils sont certifiés par les organismes de contrôle officiels (même si après Dean ces exploitations ont besoin de temps pour relancer la production), qu’il y a des sources préservées, des eaux minérales martiniquaises reconnues sur le plan international…
Pourquoi ne pas parler des espaces préservés, authentiques de la Martinique ? Car il y en a …
La Martinique est une île tournée vers le tourisme vert, avec des forêts riches et uniques sur le plan de la biodiversité et il serait juste de reconnaître l’investissement de ces communes qui pratiquent un accueil de qualité et proposent des « produits nature » en toute fiabilité ?

Posons nous réellemnt la question :
A qui profite ce battage médiatique ? Qui a intérêt à ce qu’une information destructrice soit ainsi diffusée sur la pollution des terres martiniquaises … et sur les conséquences au niveau de la consommation des produits de l’agriculture locale ???

Il ne faut pas avoir fait de grandes études pour savoir que les terres agricoles déclassées peuvent devenir constructibles. Quand on vit en Martinique, on sait combien de programmes immobiliers (en défiscalisation !) sont montés chaque année face à une demande de logement insatisfaite … ou encore que des subventions vont être versées pour soutenir leur reconversion (des projets sont en cours, et heureusement !)
Il ne faut pas avoir fait de grandes études pour savoir que les consommateurs « doivent manger 5 fruits et légumes par jour ! » et que si les produits locaux sont soupçonnés d’être dangereux pour la santé, ces consommateurs n’auront d’autre choix que d’acheter des produits importés plus fiables (?) mais plus chers !(taxes, frais de port, et marges)… C’est déjà le cas avec des salades vendues 9 € en GMS : il faut en parler aussi !

Que la presse et les médias aillent donc jusqu’au bout de l’INFORMATION , vérifient et transmettent celles que je viens d’apporter…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
75

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS