Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Procès insecticide Cruiser : le fabricant gagne face à FNE
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Procès insecticide Cruiser : le fabricant gagne face à FNE

Les semis de maïs vont commencer d’ici quelques semaines et une décision de justice annonce un démarrage bien peu encourageant pour le plan Ecophyto 2018. Lancé à la fin de l’année dernière, ce plan d’action visait à réduire de 50 % l’utilisation des pesticides d’ici les dix prochaines années. Mais ce lundi, qui plus est, en pleine « semaine sans pesticide » (1), le Conseil d’Etat vient de rejeter la requête de France Nature Environnement (FNE) pour le retrait de l’autorisation de l’insecticide Cruiser (2). De plus, FNE a été condamnée à verser la somme de 3 000 € à la société Syngenta, multinationale productrice de cet insecticide.

Plutôt enclin à la concertation, FNE s’étonne d’une telle sévérité qui, on peut le reconnaître, frise le ridicule quand une association de bénévoles se voit contrainte à rembourser les frais de procédure d’un leader mondial de l’agro-industrie. Si Jean-Claude Bévillard, secrétaire national de FNE en charge des questions agricoles, précise que l’association n’entend pas durcir ses positions suite à cette décision et va poursuivre ses actions en collaborant avec tous les acteurs, il reconnaît que « devant une telle manière de faire, personne ne va y gagner ». Nous serions, semble-t-il, encore loin d’une progression intelligente vers la réduction des pesticides et les procédures en justice révèlent toujours les blocages et les pressions existants.

Cette décision du Conseil d’Etat soulève de nombreuses inquiétudes. Tout d’abord, un problème d’harmonisation des mécanismes à l’échelle européenne. Substance d’enrobage destinée à protéger les semences de maïs contre les larves de taupins, le Cruiser a d’abord été utilisé en Allemagne, ce qui ouvrait une autorisation de droit dans les autres pays de l’Union, suivant la procédure de reconnaissance mutuelle. La France suivait. Mais quand la même Allemagne suspendait l’utilisation de ce pesticide en mai 2008, le ministère français, quant à lui, renouvelait l’autorisation en l’accompagnant de quelques recommandations d’usages. Devant la demande de retrait du Cruiser portée par FNE, pour le juge, la suspension allemande ne peut constituer un argument. Dans son ordonnance, la Cour admet l’intervention des producteurs de maïs (3) qui stipule « qu’il n’y a pas d’urgence » à suspendre l’autorisation et que « les risques de dissémination lors des semis ont été pris en compte », conformément aux recommandations de l’Afssa (4).

Sur ce dernier point, pour Jean-Claude Bévillard, dans la précipitation « les dispositifs techniques pourraient vraisemblablement être incomplètement mis en œuvre ». En effet, des systèmes de déflecteurs doivent être installés lors du semis afin de limiter les disséminations de poussières, mais le chargé des questions agricoles de FNE s’interroge sur l’application de ces mesures concrètes sur le terrain.

Si l’impact des poussières de Cruiser sur l’environnement, tout spécialement chez les abeilles, semble ne plus être contesté par les autorités sanitaires, un encouragement pour développer les alternatives aurait peut-être été plus judicieux qu’une parade technique dont l’opérationnalité est encore douteuse.

Elisabeth Leciak
1- Voir notre dossier ‘Homme, nature et pesticides’ et le site de la semaine sans pesticides.

2- FNE appelle à une signature massive de sa pétition contre le Cruiser, qui sera adressée au Ministre de l’agriculture à la fin de la semaine.

3- Association générale des producteurs de maïs (AGPM), syndicat des établissements de semences agrées pour les semences de maïs (SEPROMA), fédération nationale de la production des semences de maïs et de sorgho (FNPSMS)

4- Agence française de sécurité sanitaire des aliments

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 24 mars 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
eau-delà!
25 mars 2009 - 0 h 00 min

c’est que les gens sont de + en + sensibilisés et informés sur les effets des pesticides, ils n’en veulent plus dans leurs assiettes – alors que la bio ne peut subvenir à toute une population, et que la crise n’améliore pas les moyens financiers pour y accéder, – et en parallèle, les lobbies parviennent encore et toujours à faire pencher la « justice » en leur faveur…

Quand on parle d’une époque schizophrène !…

Un vieil ami agriculteur récemment décédé me répétait toujours : »On marche sur la tête »!

Ce sera le mot de la fin pour aujourd’hui.


phosphora
26 mars 2009 - 0 h 00 min

et voilà, encore la France qui porte le bonnet d’âne ! les barrières de protection agiront comme les frontières qui ont arrêté le nuage de Tchernobyl !


marseille42
26 mars 2009 - 0 h 00 min

Le bio est un peu plus cher, certes, car il demande plus de soins et d’attentions que la pulvérisation de pesticide par hélico ou moyens à grande échelle. Mais, SI le bio devenait la norme quasi obligatoire, les prix baisseraient forcément. Ce serait aussi un moyen de renvoyer les grands céréaliers et autres exploiteurs des consommateurs à leur responsabilité pour sauver non seulement la Terre et l’environnement mais aussi la santé de leurs descendants, enfnats et petits enfants. A quoi sert de produire davantage et à moindre coût des produits agricoles qui rendent malades et tuent (y compris les agriculteurs)?


zeen
26 mars 2009 - 0 h 00 min

N’oublions pas que Madame Christine Lagarde, Ministre dirigeait aux Etats Unis un cabinet d’avocats qui défendent les Grandes multinationales.


COUI
26 mars 2009 - 0 h 00 min

Sygenta a du sacrément allonger pour qu’une décision pareille se prenne.
Faire porter les coûts de prodédure au FNE en revient à faire passer le message suivant :
Toute personne qui Voudra s’attaquer à nous y sera de sa poche.
Le pot de terre contre le pot de fer.
Dans la rue quand vous voulez, Borloo en morceau!!!


lupus
28 mars 2009 - 0 h 00 min

…et dans quelques années il faudra voter une loi pour indemniser les victimes de ce pesticide…


shana
17 avril 2009 - 0 h 00 min

Qui sont ces gens qui dirigent le monde!!!!
Qui nous dirigent!!!!
Qui décident de notre santé, de notre vie, et bien entendu de notre mort et de la façon dont on doit mourrir ?

Il y en a qui ont trouvé!
Nous sommes gouvernés par un gouvernement mondial, dirigé par les « francs maçons »!
Ils sont partout!
alors vous pouvez toujours essayez de vous battre, mais vous n’aurez jamais devant vous, « le bon interlocuteur »… ce sont eux les décideurs!
Pot de fer, contre pot de terre!!!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
45

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS