Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Pourquoi un seuil d’acceptation d’OGM dans le bio ?
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pourquoi un seuil d’acceptation d’OGM dans le bio ?

Le conseil européen du 12 juin 2007 a décidé de suivre une proposition de la commission européenne en imposant aux consommateurs et aux professionnels bio d’accepter une contamination des produits bio à hauteur de 0.9% (1). Ce qui revient à interdire à quiconque le droit de revendiquer la consommation ou la production d’un produit bio exempt d’OGM. Cette décision a été prise à l’encontre de l’avis du parlement européen rendu à une majorité écrasante le 22 mai 2007, qui stipulait une limitation du seuil d’acceptation à 0.1%, seuil technique de détection.

 

Les lobbies pro-OGM peuvent pavoiser ! On impose au bio de subir ce qu’il ne souhaite pas, et en l’empêchant de réclamer une indemnisation en cas de contamination, on feint d’oublier la responsabilité du pollueur, à savoir celle du paysan qui sème des OGM, sous contrat des semenciers.

 

Cette responsabilisation, la commission avait refusé de la réglementer en 2001, au moment où elle était parvenue à mettre un terme au moratoire de fait qui bloquait l’essor de l’industrie des biotechnologies qu’elle appelle de ses vœux. Pour noyer le poisson, face aux inévitables contaminations, elle s’était contentée de laisser les Etats membres légiférer. En France, on a choisi de ne rien faire ; il n’y a toujours pas de réglementation sur la responsabilité des contaminations d’OGM. Même le décret de fin de règne du précédent gouvernement n’aborde pas le problème.

 

Il ne faut être dupe. Imposer 0.9% d’OGM dans le bio participe à la même politique : celle des avancées par petits pas, pour mettre la société devant le fait accompli. Le bio gênait trop ; il était un argument pour freiner les OGM. Maintenant, il est privé de la possibilité de se défendre, jusqu’à 0.9%. Et demain, on élèvera le seuil d’acceptation, pour, hélas, mettre le droit en conformité avec les contaminations d’OGM (2). Et il en sera ainsi de partout, dans le bio et ailleurs, c’est inévitable, c’est la force de la Nature qui le conduira.

 

Ce qui est évitable, ce sont les OGM ; nous n’en avons pas besoin pour vivre, et l’agriculture bio est capable de nourrir la planète selon la FAO.

 

Alors cultivons, développons l’agriculture bio contre l’agriculture des mauvais produits et de la pollution, et écoutons les scientifiques qui nous alertent sur les modifications d’organe ou les décès de rats ayant mangé des OGM de pomme de terre, n’en déplaise aux enthousiastes de la bande au professeur Scientus, payés par les semenciers.

Guillaume Moricourt (4)
1- Voir l’article L’Europe ouvre les produits bio aux OGM

2- Voir l’article Une génétique inquiétante pour 3 colzas OGM autorisés en Europe

3- Voir l’article La FAO plébiscite l’agriculture biologique

4- Guillaume Moricourt est l’auteur du livre ‘Agriculture et Santé’, nominé pour le Prix du Livre Nature et Environnement 2006

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Boulequiez
13 juillet 2007 - 0 h 00 min

Le livre de Claude Allègre – Ma vérité sur la planète- m’a convaincu de la nécessité de poursuivre l’étude sur l’utilisation des OGM.
Je suis d’autant plus convaincu que le dénommé J.Bové aux déclarations plus que douteuses a définitivement balayé le tout petit peu de compréhension que je pouvais encore avoir à son égard. Ne nous fixons plus sur le seul MONSANTO , pirate par excellence dans le domaine des OGM mais voyons les points positifs décrits par C. Allègre. Pas de précipitation mais pas de blocage dans ce domaine SVP.


honte
14 juillet 2007 - 0 h 00 min

Mon point de vue de francais a l’etranger (USA & Argentina).Un certain nombre d’enquettes sur les OGM ont montres les degats causes par les OGM Monsanto et les repercussions sur le BIO. Suis tres demoralise de voir que la CEE et la France est melee a ce future desastre pour les generations a venir, lamentable d’avoir accepte ces mesures ,la France continue les conneries comme par le passe, un desastre!


alexandreh
14 juillet 2007 - 0 h 00 min

La décision de Bruxelles ne peut-elle être contournée en créant un nouveau label ou logo indépendant, qui garantirait la non-utilisation de pesticides et d’OGMs ?
Ainsi, les habitués de la pratique bio se détourneraient du label bio européen – qui mourrait faute de combattants – pour se tourner vers le nouveau label indépendant.
Une façon de rejeter les décisions anti-démocratiques des technocrates.


loulou
15 juillet 2007 - 0 h 00 min

Je ne comprends pas, la plupart de la population est persuadée queles OGM sont néfaste, mais on continue à cultiver cette « … » comment peut-on faire pour arrêter cela. C’est un peu simpliste ma requête, mais je me sens impuissante devant ce grand désastre…


Chicha
16 juillet 2007 - 0 h 00 min

La nature est le meilleur exemple à prendre. Depuis des millions d’années, elle s’adapte d’elle-même et à son rythme à toutes les situations entraînant les êtres vivants dans ce mouvement continu de la vie. Mais l’Homme veut prendre le dessus, avide de pouvoir et avide d’argent. Les OGM sont un moyen vicieux de prendre petit à petit le contrôle, non seulement des lois naturelles, mais aussi des êtres vivants. Il faut garder l’esprit en éveil pour comprendre le but final. Je ne pourrais de toute façon pas lire un livre d’un homme qui prétend que le nucléraire est une solution propre et que les OGM ne présentent aucun danger. Quelle absurdité !


diego
17 juillet 2007 - 0 h 00 min

Il n’y a rien à créer, ce label existe déjà et a été mis en place par l’association nature et progrès.
Son cahier des charges est plus strict que celui du ab



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
146

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS