Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Poissons : le 6 juillet l’Europe va piller ses voisins
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Poissons : le 6 juillet l’Europe va piller ses voisins

Dotée de l’une des plus importantes flottes de pêche du monde, l’Union européenne doit faire face à une consommation de produits de la mer en constante augmentation. Mais elle paie aujourd’hui les conséquences de la surexploitation des stocks de poissons des eaux communautaires, qui se raréfient. Actuellement, un poisson sur deux consommés par les Européens est pêché en-dehors des frontières de l’UE. Les flottes européennes pêchent ainsi de plus en plus loin, reportant cette pression sur d’autres stocks halieutiques dont dépendent certaines communautés. Et si elle ne s’expatrie pas pour le pêcher, l’UE importe le poisson dont elle a besoin. En 2007, les importations de l’UE surpassaient ses exportations de 4,3 millions de tonnes de produits de la mer. Ses importations représentaient alors environ 57 % de sa consommation totale.

Le « jour de dépendance » à l’égard du poisson fixe la date à partir de laquelle un pays ou une région, confronté à l’épuisement de son stock, commence à dépendre de ressources extérieures pour sa propre consommation. Selon l’alliance d’ONG OCEAN2012, pour l’ensemble de l’UE, cette date tombe le 6 juillet. Au regard de quoi, la moitié de la consommation européenne repose sur des stocks de poissons issus d’eaux non communautaires. Or, chaque année, ce « jour de dépendance » survient plus tôt. Pour la France, le jour de dépendance est ainsi passé du 13 juin en 2011 au 21 mai en 2012.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
thylacine
24 mai 2012 - 0 h 00 min

Depuis longtemps, en France et en Europe, les hommes ne se nourrissent (quasi) plus du produit de leur chasse ou de leur cueillette. Ils élèvent des animaux et des végétaux (dits « domestiques ») pour s’en nourrir. Cette révolution écologique caractérise ce qu’on appelle le Néolithique. Ainsi, l’Homme a pu améliorer ses chances de survie individuelle et donc augmenté sa population, qui a explosé. Nous sommes toujours dans cette phase d’explosion accélérée, qui dure depuis plusieurs milliers d’années. Evidemment, au fur et à mesure de l’augmentation de notre population et de notre « niveau de vie », nous avons besoin de plus en plus d’espace et de ressources pour nos espèces domestiques (et donc pour notre pomme). Donc nous continuons à faire disparaître les espèces non domestiques (dites « sauvages »), non plus tant de façon directe par la chasse, mais essentiellement de façon indirecte en confisquant à notre profit ce qui leur est indispensable pour vivre. Cette « révolution néolithique », n’a donc pas réduit la pression humaine sur les espèces sauvages, comme on aurait pu le croire, bien au contraire. L’abandon de la chasse-cueillette au profit de l’élevage-agriculture se trouve à des degrés d’avancement divers selon les sociétés humaines. On constate même que chasse-cueillette n’est pour l’instant abandonné nulle part à 100% (Chasse, pêche, nature et tradition!).
Je parlais là du domaine continental, qui est celui de l’Homme.
Le domaine océanique, qui nous est plus étranger, en est seulement, à l’heure actuelle, au début de sa « néolithisation ». Pour l’instant, l’essentiel des ressources utilisées par l’Homme provient encore des espèces sauvages (pêche = chasse). mais ne nous leurrons pas: passer de la pêche des espèces sauvages à l’aquaculture (= élevage) ne sauvera pas les espèces marines de l’extinction, bien au contraire…
Expansion humaine et conservation de la biodiversité (actuelle) sont évidemment totalement incompatibles…
Alors bien sûr, quand on commence à manquer, on pique les affaires des voisins. Entre piquer les ressources des autres êtres vivants, et piquer celles des autres groupes humains, il n’y a pas si loin… Cela a toujours été ainsi (cf colonisation, ou commerce international sous pressions politiques…). L’esclavage et l’exploitation moderne de l’Homme par l’Homme sont, dans cette même logique, un forme de « domestication » de l’espèce humaine par elle-même…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
36

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS