Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Poissons des grandes profondeurs : plus de 90 % de chute des effectifs
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Poissons des grandes profondeurs : plus de 90 % de chute des effectifs

Cinq espèces de poissons vivant dans les profondeurs de l’océan Atlantique Nord ont vu leur population chuter de plus de 80 % sur les 3 dernières générations. Depuis les années soixante-dix le chalutage de fond (entre 500 et 1 500 mètres de profondeur) en haute mer est pratiqué régulièrement et atteint des poissons dont le cycle de reproduction est beaucoup plus lent que celui des espèces exploitées habituellement.

Pour parvenir à ce constat, des chercheurs ont analysé les chiffres de la pêche canadienne pour estimer l’évolution de cinq espèces emblématique : grenadier de roche, grenadier berglax, antimora bleu, raie à queue épineuse et tapir à grandes écailles. Les populations de ces poissons, peu exploitées il y a 30 ans, ont décliné de 87 à 98 % entre 1978 et 1994, or pour l’union internationale de protection de la nature (IUCN), une telle chute durable des effectifs est le signe d’espèces ‘sérieusement menacées de disparition’.

La surexploitation des grands fonds n’est pas nouvelle, en novembre 2004, à l’appel de plus de 1 000 scientifiques et d’organisations non gouvernementales, les Nations Unies s’étaient déjà penchées sur leur protection mais sans parvenir à un résultat.

Aujourd’hui, l’étude canadienne, publiée dans la revue Nature, démontre l’urgence de la situation et la nécessité d’adopter une limitation de la pêche de fond. Sans des mesures globales, même protégées, plusieurs espèces des grandes profondeurs pourraient rapidement disparaître, le chalutage sélectif restant à inventer.

Actuellement, douze pays pratiquent le chalutage de fond en haute mer (Espagne, Portugal, France, Norvège, Islande, Lituanie, Lettonie, Estonie, Russie, Japon, Nouvelle-Zélande, Iles Féroé).

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
47

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS