Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Plantation d’arbres exotiques : des inquiétudes pour les sols
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Plantation d’arbres exotiques : des inquiétudes pour les sols

Sous les pressions exercées conjointement par l’homme et le changement climatique, les forêts tropicales disparaissent peu à peu. Si ce processus de désertification a de nombreuses répercussions sur l’écosystème environnant, l’appauvrissement des sols n’en est pas des moindres. D’après l’Isric (Centre international de référence et d’information sur le sol), en l’espace d’un demi-siècle, la déforestation et le surpâturage auraient fragilisé près de 13 millions de km2 de terres émergées, amenuisant la fertilité des sols.

Pour enrayer ce phénomène majeur, la reforestation s’est imposée comme l’une des solutions à envisager. Pour faciliter la reconstitution d’un nouvel écosystème forestier, on a sélectionné des essences d’arbres exotiques à croissance rapide, parmi lesquelles figurent l’eucalyptus, le pin exotique ou encore l’acacia australien.

Mais de récentes recherches de l’IRD (Institut de Recherche pour le Développement) ont révélé que ce reboisement pourrait avoir l’effet inverse de celui escompté. En effet, l’institut attire l’attention sur l’ignorance qui règne encore autour de l’impact de ces essences exotiques sur la structure des sols replantés, notamment sur les champignons dits « mycorhiziens ». Clé de voûte de la fertilité des sols, ces champignons sont intrinsèquement liés à la végétation qui les recouvre. Alors que la plante assure la nutrition du champignon en lui fournissant une partie des sucres issus de la photosynthèse, le champignon pour sa part augmente la capacité d’absorption d’eau et de minéraux de la plante. Il la protège également contre les agents pathogènes s’attaquant aux racines. La plante « mycorhizée » a ainsi une croissance rapide et offre une meilleure résistance aux maladies et à la sécheresse.

Naturellement présentes dans la nature, les populations de ces champignons pourraient être perturbées par l’introduction de ces essences d’arbres à croissance rapide. Des doutes confirmés par le programme de recherche mené par l’IRD depuis 2005 sur le continent africain. En effet, l’équipe scientifique a constaté qu’au Burkina Faso l’implantation d’ E. camaldulensis, l’espèce d’eucalyptus la plus plantée dans le monde, « réduisait significativement la diversité des communautés de champignons mycorhiziens indispensables au bon fonctionnement de l’écosystème ». Le même constat est ressorti d’une plantation sénégalaise d’Acacia holoserica. Quelques mois après sa réintroduction, cette essence à croissance rapide n’avait retenu que certaines espèces de champignons mycorhiziens, altérant grandement la diversité biologique du sol.

Si ces découvertes quant à l’influence des essences d’arbres exotiques sur l’équilibre des sols sont préoccupantes, l’IRD insiste sur le fait qu’on ne peut faire de deux expérimentations marginales une règle générale. De fait, une autre plantation d’ Acacia holoserica, réalisée cette fois-ci au Burkina Faso, a permis d’augmenter la diversité microflorale du sol, démentant les deux expériences précédentes. Mais pour l’Institut, la vigilance reste de mise. Poursuivant ses recherches, il invite à considérer chaque réimplantation au cas par cas en fonction des caractéristiques physiques, chimiques et biologiques du milieu d’accueil.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
patou
28 mai 2008 - 0 h 00 min

La nature faisant naturellement bien les choses et l’expérience aidant , ce genre d’inepties ne devraient plus se produire .malheureusement l’homme ne tire jamais les fruits de ses mauvaises expériences .Nous avons replantés des pins de partout,car ça pousse vite mais ça brule encore plus vite……


simon34
29 mai 2008 - 0 h 00 min

Le fait que des plantations monospécifiques réduisent la biodiversité est-il sensé nous surprendre ??…. Quelle grande découverte. Ce qui me fait le plus rire ce sont tous ces hélicologistes qui se donnent bonne conscience en plantant des arbres. La plupart des projets de compensation de carbone sont des monocultures.


joëlle
31 mai 2008 - 0 h 00 min

De plus, la biodiversité ne s’y retrouve pas. Il faudrait peut-être apprendre à ces éminents scientifiques que les insectes ont besoin des plantes locales avec lesquelles ils ont co-évolué pdt des millions d’années, et ne font pas grand chose avec les espèces étrangères. Il n’y a qu’à voir les déserts écologiques que sont les jardins non naturels plantés d’espèces venues d’ailleurs.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
86

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS