Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.


Fermer
Univers Nature - Actualité, ennvironnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Perte de diversité des cultures : la sécurité alimentaire menacée
L'éco-photo de la semaine
magasin bio qui produit ses legumes


Newsletter
+ de 150 000 abonnés

La ruche qui dit oui !
Les 5 dernières ruches ouvertes !

Chiffre Clé
· 190 000 litres d’eau potable sont perdus toutes les 5 secondes en France ·
1 300, c’est le nombre de milliards de litres d’eau potable perdus dans des fuites en France. [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Selon la Nasa, notre civilisation pourrait ne ...
  2. Le principal prédateur du maïs s’adapte à sa ...
  3. Le GIEC ne fait plus recette
  4. Pollution de l’air intérieur, une ...
  5. Revêtements de sol écolo : y’a du choix !!

Focus Sur
maison ecologique
Une maison écolo pas comme les autres

Archives depuis 1999





Le dossier du mois
Revêtements de sol écologique
Si parfois, l’offre de produits écologiques est limitée, ce n’est assurément pas le cas pour les revêtements de sol. Il y en a pour tous les goûts et les pièces, avec des touchés très différents et des matières aussi variées que les couleurs, pour au final, des combinaisons décoratives et fonctionnelles qui n’auront de limite que votre imagination. • Les sols durs et froids - [...] Lire la suite ...


Perte de diversité des cultures : la sécurité alimentaire menacée

Faisant suite à un premier rapport paru en 1998, la FAO (1) vient de publier un nouveau rapport intitulé « L’Etat des ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture dans le monde ». Plutôt pessimiste, cette étude souligne la vulnérabilité de la diversité génétique des plantes cultivées et des espèces sauvages apparentées, dont la raréfaction compromet la sécurité alimentaire mondiale.

L’enjeu de ce rapport est de démontrer l’urgence de collecter, préserver et utiliser durablement la diversité végétale au regard des besoins alimentaires futurs des 9 milliards d’individus que devrait compter l’humanité en 2050. Des informations génétiques sur certaines cultures végétales, portant notamment sur la résistance à la chaleur, à la salinité, aux maladies et aux ravageurs, seront ainsi des atouts majeurs pour aider les secteurs agricoles à s’adapter aux changements climatiques. Selon la FAO, 50 % de l’accroissement des rendements des cultures au cours des dernières années résulte de l’introduction de nouvelles variétés de semences, telles que le riz NERICA ou nouveau riz en Afrique. L’irrigation et les engrais comptent pour l’autre moitié.

Le paysage alimentaire mondial actuel a radicalement changé par rapport à 1998. Ainsi, si la faim est moins présente dans certains pays, elle s’est intensifiée dans d’autres. Mais d’autres tendances se sont affirmées, telles que l’augmentation des denrées alimentaires et des prix des carburants. En outre, sous l’effet de la mondialisation, les importations alimentaires à bas coût menacent la richesse de la diversité locale. Confirmant l’extinction progressive de la biodiversité des cultures et le grignotage des cultures vivrières traditionnelles, la FAO estime à 75 % la perte de la diversité des cultures entre 1900 et 2000.

Point positif souligné, l’augmentation du nombre comme de la taille des banques de gènes témoigne des efforts de préservation menés au cours des 12 dernières années. On en compte aujourd’hui 1 750 à travers le monde, dont environ 130 détiennent chacune plus de 10 000 entrées. D’autres démarches voient le jour, à l’image du « Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture », ratifié par 125 pays, qui établit un cadre pour compenser les agriculteurs pauvres ayant préservé différentes variétés génétiques de cultures. De fait, le secteur public au sein des pays pauvres peine à fournir des graines de qualité ainsi que de nouvelles variétés à l’ensemble des agriculteurs.

Ce n’est pas la première fois qu’un appel d’urgence est lancé face à la perte de la diversité végétale comme animale. Ainsi, en juin 2007, un précédent rapport de la FAO dénonçait l’éviction des races traditionnelles d’animaux de ferme au profit d’un nombre limité de races très productives. Un an plus tard, la FAO annonçait qu’environ les trois quarts de la diversité génétique variétale des plantes cultivées avaient disparu au cours du XXe siècle, l’essentiel de l’alimentation humaine mondiale ne reposant plus que sur 12 espèces végétales et 14 espèces animales.

Cécile Cassier
1- Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture.
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
benge
28 octobre 2010 - 0 h 00 min

Commencez par éliminer ces destructeurs que sont Monsanto (et autres fabricants d’OGM), avec l’étroite collaboration de Monsieur Bill GATES, ce cupide personnage !!!!!!!!!!! Quand ils auront détruit toute la biodiversité de notre planète, ce sera la fin de la vie !!!!!!!!!!!!!!!


fred
28 octobre 2010 - 0 h 00 min

Tout à fait d’accord avec vous Benge. C’est vrai que ça m’avait étonné le jour où j’ai entendu que Gates donnait « généreusement » des milliards de dollars pour soi-disant lutter contre la faim dans le monde. Encore une fois il y avait anguille sous roche…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
78

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
     
Flux RSS