Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Pas de traitement de faveur pour la France et l’utilisation de filets dérivants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Pas de traitement de faveur pour la France et l’utilisation de filets dérivants

La Cour européenne de Justice s’est finalement opposée à ce que les pêcheurs français bénéficient d’une prolongation de l’exemption face à l’interdiction instaurée en 2002 d’utiliser des filets dérivants, appréciés pour la pêche de poissons pélagiques (1). Egalement proscrit sur l’ensemble de la Méditerranée depuis 2005 et en mer Baltique depuis le 1er janvier 2007, l’emploi de ce type de filet fera désormais l’objet de sanctions.

Bien que l’Union européenne ait prohibé l’usage de ces « murs marins », la France avait réautorisé leur emploi, notamment en modifiant les critères de définition qui leur étaient attribués. Le soutien n’était pas que juridique. Le gouvernement français allait jusqu’à apporter une aide financière aux utilisateurs de ce procédé, via la proposition de subventions à caractère exceptionnel allant de 5000 à 20 000 euros. Aussi n’est-il pas surprenant que les effectifs de bateaux disposant du permis spécial pour la ‘thonaille’, ou filet maillant dérivant, soient passés de 46 unités en 2001 à 77 en 2004.



Filet type ‘thonaille’, dans le port de Saint Raphaël


Maintenus à la surface de l’eau à l’aide de flotteurs, les plus grands modèles de filets dérivants atteignent entre 20 et 30 mètres de hauteur et s’étendent sur 10 kilomètres de long. Occasionnant de nombreuses prises accidentelles de par leur mode de fonctionnement, ils représentent une réelle menace pour certaines espèces menacées comme la tortue marine ou le requin.

L’association internationale de protection des océans Oceana salue cette décision de justice qu’elle juge être une étape importante dans la lutte menée pour abolir le recours à ces pièges aquatiques. On ne peut d’ailleurs que se féliciter de l’entrée en vigueur d’une législation stricte et précise à ce sujet. Mais le plus dur reste à faire. La mise en pratique de la loi pourrait effectivement rencontrer quelques difficultés. Souffrant actuellement de l’absence de moyens de surveillance efficaces, les autorités européennes vont avoir fort à faire pour empêcher l’utilisation illégale des filets dérivants.

Cécile Cassier

1- On appelle pélagiques les poissons évoluant à la surface, ou près de la surface de l’eau.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
23 mars 2008 - 0 h 00 min

Parce que les pêcheurs français espéraient un autre jugement? Après l’imbécillité démontrée des thoniers de Méditerranée, faut-il détruire tous les mammifères marins pour que quelques privilégiés bouffent du poisson? Car au prix auquel il est vendu aux particuliers -et j’habite au bord de mer- il y a belle lurette que j’en ai oublié le goût. Vive le végétarisme!



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
147

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS