Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Pas de nouveau sanctuaire pour les baleines
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999





MOTS CLÉS :





Pas de nouveau sanctuaire pour les baleines

Queue de baleine Manicouagan Québec

La semaine dernière, la Commission Baleinière Internationale (CBI) se réunissait en Slovénie. Depuis 70 ans, la CBI veille, ou essaye de veiller, à ce que les baleines ne frôlent pas une fois de plus l’extinction. L’un des points clefs de cette rencontre était la création d’un sanctuaire dans l’Atlantique Sud, qui représente un peu plus de 10 % de la superficie maritime planétaire.

Ce projet commun de l’Argentine, du Brésil, du Gabon, de l’Afrique du Sud et de l’Uruguay avait déjà été proposé et rejeté en 2012 et 2014. Il l’a été une fois de plus. Avec un résultat de 38 voix pour, 24 contre et 3 abstentions, la proposition n’a pas réussi à atteindre les 75 % nécessaires. Dans le groupe des opposants, on retrouve bien entendu le Japon, l’Islande et la Norvège. On y trouve aussi des pays satellites, dont le Maroc qui hébergera la prochaine COP22 où l’océan fera l’objet d’un rapport spécial.

Greenpeace note que les pays qui se sont opposés au sanctuaire sont tous non riverains de l’Atlantique Sud, tandis que ceux dont le territoire est en contact avec la zone défendent le projet. La vision liée au sanctuaire est évidemment de protéger les 51 espèces de baleines qui fréquentent les eaux de l’Atlantique Sud, mais aussi de développer un tourisme durable lié à l’observation des baleines et la recherche sur les cétacés.

Deux sanctuaires existent aujourd’hui, un dans l’océan indien établit en 1979 et l’autre dans l’océan Austral ou Antarctique, lieu de chasse du Japon, créé en 1994.

Un moratoire sur la pêche à la baleine, dans un but commercial, a été établit en 1985/1986, cependant quelques pays passent entre les mailles du filet. En tête de file, on retrouve le Japon, ainsi que la Norvège et l’Islande. La Norvège et l’Islande continuent la chasse grâce à des failles dans le moratoire et en le refusant, tandis que le Japon utilise l’argument scientifique. En clamant chasser la baleine à des fins scientifiques, le Japon peut chasser ailleurs que dans ses eaux territoriales et vendre la viande des mammifères tués.

En 2014, la cour internationale a jugé que le Japon abusait de l’exemption scientifique. En effet, Tokyo n’a jamais démontré que les mammifères doivent être tués pour la recherche et il existe aujourd’hui de nombreuses techniques pour mener des recherches sur des animaux vivants. Malgré cela, la chasse continue. Pour la saison 2015/2016, le Japon a tué 333 baleines de Minke, certaines gravides selon des observateurs.

Les chiffres sont étourdissants. Depuis le moratoire, il y a trente ans, c’est un total de 50 755 baleines qui ont été tuées pour des fins scientifiques, commerciales et pour la subsistance aborigène. Un chiffre auquel il faut ajouter quelque 300 000 dauphins, petites baleines et marsouins tués annuellement en tant que prises accessoires ou à cause de l’enchevêtrement dans les filets.

© Hurteau, Paul ; Parent, Claude

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Marine (voir la biographie)
le 05 novembre 2016 à 06:06

62 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 2015
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
447

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS