Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Ours : l’indemnisation au ‘bénéfice du doute’ montre ses limites
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Ours : l’indemnisation au ‘bénéfice du doute’ montre ses limites

En montagne, les dérochements sont des accidents qui concernent aussi bien les hommes que les animaux domestiques ou sauvages. Ainsi, la chute mortelle que viennent de faire 94 brebis dans le massif de l’Orlu, en Ariège, n’est pas une chose exceptionnelle, tout comme celle d’une des ourses réintroduites l’année dernière dans les Pyrénées. Toutefois, dans un climat tendu, ce type d’accident est souvent prétexte à une réaction ‘épidermique’ de la part des victimes indirectes (dans le cas présent les éleveurs, l’année passée les protecteurs des ours).

Aujourd’hui, les opposants ont immédiatement mis le dérochement sur le compte de l’ours, tandis que les médias locaux relayaient leurs propos. Or, l’expertise réalisée sur place par les techniciens est formelle, aucun élément relevé sur le terrain ne permet de mettre l’ours en cause : absence de trace de prédation sur les brebis et pas d’indice de présence de plantigrade sur l’estive. Ce dérochement des brebis peut donc très bien être le fait d’un orage, d’un chien, d’un sanglier ou même d’un avion qui aurait effrayé les animaux.

De toutes les causes possibles d’un dérochement, seuls les dégâts d’ours sont indemnisés, parfois même au bénéfice du doute. Or cette souplesse du système d’indemnisation des dégâts d’ours, initialement mise en place pour faciliter l’acceptation du plantigrade auprès des éleveurs et éviter de les léser dans les cas où il est impossible de conclure avec certitude à l’absence du prédateur, se montre de plus en plus discutable. En effet, en incitant les éleveurs à incriminer l’ours et à faire pression sur l’administration pour obtenir le remboursement d’un accident qui ne lui incombe pas, le système d’indemnisation se retourne contre l’ours, en tendant à le rendre responsable de tous les incidents qui adviennent au troupeau. Citons sur ce point une manifestation d’éleveurs, l’an dernier devant la Préfecture de Foix, pour se faire payer des veaux dont une expertise vétérinaire a révélé qu’ils étaient morts de maladie…

En procédant ainsi, pour l’association ADET – Pays de l’ours, ‘…les éleveurs font d’une pierre deux coups : ils sont indemnisés et ils chargent injustement l’ours de tous les maux de l’élevage pyrénéen.’ Pour cette raison, alors que l’association a œuvré précédemment pour l’instauration de cette indemnisation au bénéfice du doute, aujourd’hui elle dénonce ‘les manipulations malhonnêtes de certains éleveurs, provoquant une dérive du système d’indemnisation et des effets pervers se retournant contre la protection de l’espèce.’

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 11 juillet 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Patrick
18 juillet 2007 - 0 h 00 min

Dire que l’indemnisation a été attribué au bénéfice du doute reléve de la désinformation, de la manipulation et de la malhonneteté.

Il suffit de connaître les lieux et de voir les explications et la vidéo à cette page http://www.ariegenews.com/news/news-3282.html
Il est curieux que ce soit toujours les éleveurs qui sont des menteurs….. et si les fonctionnaires et écologistes cherchaient à minimiser la réalité ?
C’est juste une hypothèse…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
32

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS