Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Maladies animales : le grand gâchis
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Maladies animales : le grand gâchis

Dans son éditorial du mois d’octobre, l’OIE, l’organisation mondiale de la santé animale, soulève une question parfois ignorée dans les débats sur la consommation de viande. Son directeur général, Bernard Vallat, nous y apprend que 20 % de la production serait perdue à cause des diverses pathologies animales. Dans un contexte de très forte augmentation de la demande mondiale, et avec les conséquences que l’on connaît, les services vétérinaires mondiaux sont appelés à mieux se coordonner.

A l’heure actuelle, la FAO estime à 265 millions de tonnes la production de viande dans le monde. Avec l’augmentation de la population, mais surtout l’amélioration des conditions de vie dans des pays comme l’Inde, la Chine ou le Brésil, la demande en protéines animales est amenée à doubler d’ici 2020. L’évolution de cette demande risque, bien entendu, de ne pas être homogène, et l’on s’attend à ce que s’accroissent les disparités déjà existantes. A savoir, parmi la longue liste des inégalités que, d’après la revue médicale britannique The Lancet, dans les pays développés se consomme 100 g de viande par jour et par personne, pour moins de 20 à 25 g en moyenne dans les pays pauvres. Ces différences s’expriment aussi dans l’exposition au risque.

Avec la progression annoncée des productions et l’évolution concomitante des pathologies animales, plusieurs problèmes se posent en des termes parfois différents selon les populations concernées. Tout d’abord, on peut considérer que l’ensemble de l’humanité est impliqué dans cette évolution. Les impacts sur l’environnement des filières carnées sont aujourd’hui largement dénoncés (1) et l’intensification nécessaire des productions pour répondre à la demande ne va pas sans une augmentation des risques sanitaires. Pour les pays développés et émergents, des efforts devront donc être faits pour garantir l’accès à une alimentation de qualité et pour éviter et contenir les maladies, surtout celles transmissibles à l’homme. Dans les pays pauvres, si la question de la qualité des aliments est bien entendu de mise, il y a un autre aspect à considérer. Plus d’un milliard de personnes vivent de l’élevage, pour leur alimentation mais aussi pour le travail (le labour par exemple) et pour la fertilisation des terres agricoles. Ces populations sont particulièrement sensibles. Les conséquences pour un éleveur et/ou agriculteur africain de la perte de son bétail après une épidémie sont assez faciles à appréhender et sont sans commune mesure avec nos tracas de consommateur averti.

Ainsi, l’OIE considère comme une priorité de réduire l’incidence des pathologies animales. Cette organisation, en partenariat avec la FAO et l’OMS, espère coordonner l’effort international, et s’assurer du bon fonctionnement des services vétérinaires de chaque pays. Pour les institutions, diminuer les pertes passe également par le renforcement de la recherche, et la mise au point de nouveaux médicaments et de vaccins. L’OIE attend beaucoup des partenariats publics-privés pour le développement des programmes, et croit, « sans tabou, mais avec les précautions nécessaires », au potentiel offert par les biotechnologies dans le domaine vétérinaire. Une autre question est de savoir si les progrès scientifiques bénéficieront un jour à l’éleveur africain.

Elisabeth Leciak
1- Du fait des besoins alimentaires des animaux, l’élevage est très consommateur de surface (prairie, culture de végétaux …) et d’eau. Intensif, il est également source de méthane (un des principaux gaz à effet de serre), de pollution des sols et ressources en eau, etc.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 novembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
L|arbre qui cache la
19 novembre 2008 - 0 h 00 min

Pour commencer, et il en restera encore bien assez pour générer des tas de maladies propres aux pays développés!
Puis,produire des légumineuses*(pois chiches, lentilles, haricots, etc.) et des céréales* à la place des milliards d’hectares de palmiers à huile qui participent aussi des mêmes soucis de santé des pays trop grassements nourris.
(*Je rappelle que l’association des 2 procure la chaîne complète des acides aminés, ou protéines, que nous fournissent les viandes, poissons, etc.)

Mais QUI a vraiment intérêt à ce que la famine cesse et que chacun mange à sa faim ?…


corsica
20 novembre 2008 - 0 h 00 min

la demande mondiale de proteines va causer encore une fois de plus des dégats, des dérives, enocre une fois va t on comprendre que le gateau est trop petit pour le nombre d’invités!


LILY
21 novembre 2008 - 0 h 00 min

Etre végétarien , c’est pas mal non ?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
30

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS