Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Maïs transgénique MON810 : Monsanto ne convainc pas
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Maïs transgénique MON810 : Monsanto ne convainc pas

En vertu d’une clause de sauvegarde prévue par les administrations européennes, les cultures commerciales du maïs MON810 ont été suspendues par le gouvernement français début 2008. Par cette décision, la France a ainsi rejoint les cinq autres états européens à avoir adopté la même position, à savoir l’Autriche, la Grèce, la Hongrie, le Luxembourg et l’Allemagne. Non définitive, cette clause ouvre, toutefois, la porte à un éventuel renouvellement de l’autorisation de mise en culture de cette céréale, actuellement en cours de discussion. En ce sens, le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) (1) a été saisi par le gouvernement français afin de rendre un avis sur le MON810.

Or, rendu public le 6 janvier dernier, le communiqué de presse de l’HCB souligne que l’étude menée par son comité scientifique : « n’apporte aucun élément scientifique recevable susceptible d’imputer aux trois OGM ré-analysés (dont le MON 810) une quelconque toxicité hématologique, hépatique ou rénale ».

Mais pour France Nature Environnement, ce compte-rendu n’est pas fidèle aux considérations des experts scientifiques de l’HCB. Ces derniers auraient, en effet, admis que la firme Monsanto, détentrice du maïs, n’est pas en mesure d’apporter la preuve d’absence de toxicité de son produit. Soulignant que les instances d’évaluation, notamment européenne, ont reconnu les faiblesses du dossier présenté par Monsanto, FNE ajoute que l’HCB a fait « siennes les observations selon lesquelles les faiblesses des analyses statistiques interdisent de conclure avec suffisamment de certitude à l’absence de risques sanitaires et environnementaux liés aux OGM ».

L’absence de preuves de toxicité pouvant indifféremment être mise à profit par chacun des partis, il semble que la saga Monsanto n’a pas fini de faire parler d’elle.

 

Cécile Cassier
1- Le Haut Conseil des Biotechnologies (HCB) se compose de deux comité distincts ; un comité scientifique réunissant des experts en ce domaine, et un comité éthique, économique et social constitué de représentants de la société civile (parlementaires, organismes professionnels, associations…).

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 09 janvier 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Touffu
9 janvier 2010 - 0 h 00 min

C’est toute une philosophie de la précaution qui se renforce à présent. Pensons quand même que, malgré leur apport bénéfique à l’humanité, le sucre blanc, le sel et l’aspirine n’aurait jamais pu apporter leurs bienfaits à l’humanité sous de pareilles contraintes.


lupus
9 janvier 2010 - 0 h 00 min

Touffu, il faut que tu m’expliques les bienfaits du maïs transgénique.
Pour l’aspirine OK, mais le sucre et le sel avec la vague d’obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires et l’hypertension, on aurait mieux fait de prendre aussi quelques précautions.


Babou
10 janvier 2010 - 0 h 00 min

Mais qu’es-ce qu’il s’en moque MONSANTO de ne pas convaincre… La France aurait adopté un moratoire en 2008 mais en 2009, on prépare la carte des plantations autorisées en plein air… comme si de rien n’était.
Les gouvernements quels qu’ils soient sont aux ordres des grands donneurs d’ordres… commerciaux s’entend.
A preuve, vous avez entendu les déclarations trémolos de notre Président avant Copenhague, puis le lendemain, le premier ministre français allait en Chine (pourtant le grand méchant qu’à tout fait fouarer) pour signer des contrats commerciaux qui ne permettront même pas la création d’emplois en France… voire le contraire…
Alors MONSANTO, il s’en fiche de vos commentaires, des miens et de ceux des autres, il fait partie de ceux qui commandent !!!


cervopitek
10 janvier 2010 - 0 h 00 min

C’est quoi cette idée de modifier génétiquement un plante pour qu’elle résiste contrairement aux autres aux herbicides, pesticides, fongicides etc?
Si les gens de Monsanto trouvent normal d’empoisonner les terres pour faire pousser leur mais, tant mieux pour eux mais ils ont qu’à se le bouffer tout seul, moi j’en veux pas.


opaque
10 janvier 2010 - 0 h 00 min

Il eut été peut être plus efficace de demontrer l’abscence absolue d’utilité du mais transgenique,tant du point de vue agricole qu’écologiquement parlant, et l’absence d’utilité économique autre qu’au profit exclusif d’une multinationale qui pille la biosphère pour imposer ses chimères, comme dirait un monsieur qui vend « illegalement » des semences naturelles(alors que Monsanto ne fait que polluer la planète en toute légalité, comme ses confrères semenciers et fabricants de pesticides: une grande et belle famille…)


opaque
10 janvier 2010 - 0 h 00 min

…SE


Touffu
11 janvier 2010 - 0 h 00 min

Je ne vois évidemment aucun avantage à la culture du maïs transgénique dans nos pays. Notre terre est assez riche et assez arrosée pour se passer de ce genre d’entourloupe à la nature. Personnellement, j’aimerais qu’on en revienne à la primo-agriculture avec des vaches rustiques, des cochons rustiques élevé en plein air, des poules rustiques de plein air qui pondent autant qu’elles ne couvent, des lapins élevés en garennes, etc. Le jour où Monsanto créera une céréale qui pousse sans eau et sans substrat autre que du sable sous un soleil torride, là je dirais « OK, ça c’est utile ». En attendant, je ne vois pas ce qu’on a à y gagner.
Désolé que mon discours ait pu être équivoque.


Bens
11 janvier 2010 - 0 h 00 min

« Le jour où Monsanto créera une céréale qui pousse sans eau et sans substrat autre que du sable sous un soleil torride »

Perso, je m’enfuis ! ;)
Beaucoup trop suspect.

Avec Monsanto, on a l’impression d’être face à un rouleau compresseur. J’espère sincèrement que l’Europe arrivera à tenir compte de son opinion publique, majoritairement opposée aux OGM… et résister aux pratiques commerciales foncièrement scandaleuses de Monsanto dont le but ultime est limpide : enchaîner le plus possible d’entreprises agricoles, dominer le monde agricole, comme tous les « mauvais » dans les films de notre enfance où il y a des bons et des méchants.
C’est tellement énorme qu’on se demande parfois comment nos politiciens se laissent convaincre… autrement qu’en se faisant graisser la papatte.

Et qu’on ne vienne pas nous rabâcher les oreilles avec le bel objectif de nourrir les populations des pays en développment, c’est un argument bateau honteusement mensonger, une hypocrisie sans nom quand on sait que les objectifs de ces messieurs sont à l’inverse de toute philanthropie.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
33

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS