Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Les vignes voient la vie en vert avec l’enherbement
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les vignes voient la vie en vert avec l’enherbement

Comptant comme l’une des cultures agricoles les plus gourmandes en pesticides, la production de raisins concentre à elle seule environ 15 % des pesticides de synthèse appliqués aux grandes cultures, alors même que l’ensemble de ses cultures ne couvre que 3,5 % de la surface agricole. Un lourd tribut loin d’être sans conséquences sur le consommateur final puisqu’une étude, publiée en avril dernier, enregistrait un taux maximal de contamination du vin aux pesticides s’élevant jusqu’à 5800 fois les Concentrations Maximales Admissibles (CMA) autorisées dans l’eau du robinet.

Pourtant, des alternatives biologiques aux traitements chimiques existent et sont déjà mises en application dans certaines régions. Pour les viticulteurs non convertis à la culture bio, une solution permet sinon de les supprimer, du moins d’en limiter l’utilisation. Ainsi, nombreux sont ceux à avoir adopté la technique dite de ‘ l’enherbement ’, laquelle consiste à recouvrir partiellement ou totalement les sols des vignobles d’herbe semée ou spontanée. Bien qu’elle ne se substitue pas intégralement aux pesticides, elle en limite l’utilisation. D’une part, cette couverture verte permanente réduit les risques de voir se développer le Botrytis ou ‘ pourriture grise ’, champignon s’attaquant aux récoltes. Par ailleurs, neuf viticulteurs sur dix pratiquant l’enherbement entre tous les rangs de leurs vignes déclarent restreindre l’application d’herbicides aux seuls rangs de vigne. Or, cela revient à diviser par trois les quantités déversées.



Part des surfaces de vignes, à raisins de cuve, enherbées en 2006


Si elle reste méconnue du grand public, cette pratique ne fait plus mystère au sein des populations de viticulteurs. Pour preuve, elle a concerné, à un degré plus ou moins important (cf. tableau), un tiers du vignoble français en 2006 d’après un récent rapport du Service de l’Observation et des Statistiques (SOeS) (1). Un chiffre qui s’explique aisément au regard des nombreux avantages qu’offre cette couverture permanente du sol. Elle conduit, en effet, à une meilleure maîtrise de la vigueur de la vigne, instaurant une concurrence entre la vigne et l’herbe pour l’apport en eau et en éléments nutritifs. Cela profite tout particulièrement aux viticulteurs bordelais et alsaciens, lesquels sont souvent contraints de délester leurs vignes de leurs grappes encore vertes pour en diminuer le rendement. Parallèlement, l’enherbement améliore la portance du sol et facilite, de ce fait, le passage des engins d’entretien, même en cas de pluviométrie capricieuse. Enfin, il s’impose également comme un moyen de lutte efficace contre les phénomènes d’érosion et de ruissellement des eaux.

En Alsace, au Bordelais et dans les Charentes, le couvert permanent dans les vignes est largement intégré depuis une quinzaine d’années. Il est, en revanche, moins présent en Champagne et dans les vignobles méditerranéens. La principale raison en est l’écart restreint séparant les rangs des vignes, caractéristique de certaines régions. En Champagne, l’écart entre les rangs est à peine supérieur à un mètre, handicapant le passage des engins nécessaires à l’entretien du couvert. Le même problème sévit au sein des vignobles de Bourgogne et du Beaujolais. De manière globale, « là où les rangs sont séparés de moins de 1,20 m, le couvert n’est adopté que sur 20 % des surfaces ».

Malgré les contraintes techniques auxquelles elle est confrontée, la méthode de l’enherbement illustre les options qui se présentent aux viticulteurs français pour rompre avec une tradition chère aux pesticides. Même si le chemin s’annonce semé d’embûches.

Cécile Cassier

1- Remplaçant l’IFEN, le SOeS est un service du  Commissariat général au développement durable, dépendant du Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du territoire.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 06 février 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
7 février 2009 - 0 h 00 min

Autrefois dans certaines régions on laissait l’herbe pousser dans les vignes. On y mettait de temps en temps des moutons pour limiter la pousse et ça ne marchait pas trop mal.


minique
9 février 2009 - 0 h 00 min

Bonjour,
Je suis dans l’ensemble d’accord avec ce que vous énoncez dans votre article. Cependant un petit détail me chiffonne:
vous semblez expliquer qu’en laissant pousser de l’herbe entre les rangs de vignes, on limite l’apport des pesticides. Pour moi, un pesticide c’est ce qui soigne les maladies ou qui tue les parasites, alors que ce qui détruit l’herbe est un herbicide. Comment des rangées d’herbe peuvent-elles limiter l’usage des pesticides?
Ecologiquement vôtre


cecile
10 février 2009 - 0 h 00 min

Bonjour,

J’ai choisi de conserver le terme générique de pesticides au regard de la mention faite à la diminution des risques de voir se développer le Botrytis (champignon)suite à l’adoption d’une couverture en herbe permanente. Mais, il est clair qu’en-dehors de cela, l’enherbement n’influe(en limitant les quantités répandues)directement que sur l’application d’herbicides.

Cécile Cassier



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
135

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS