Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Les prévisions climatiques : atout majeur de la production agricole
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les prévisions climatiques : atout majeur de la production agricole

Selon une étude réalisée sur la base de la modélisation numérique d’une exploitation virtuelle au Sénégal, le fait d’adapter, chaque année, les stratégies culturales en fonction de ces prévisions permettrait des gains de production allant jusqu’à 80 %. Toutefois, ces résultats s’appliquaient jusqu’alors à des régions relativement pluvieuses, à l’instar du delta du Saloum, où sont possibles des cultures de rente telles que l’arachide. Or, bien qu’exigeantes et gourmandes en eau, ces cultures sont rémunératrices.  

Plus récemment, une étude, menée notamment par des chercheurs de l’IRD (1), s’est intéressée à l’impact des prévisions climatiques sur l’économie agricole dans des zones sahéliennes, notamment au Niger. Celles-ci se distinguent par une pluviométrie faible et irrégulière, qui n’autorise que des cultures vivrières d’autoconsommation, principalement le mil et le sorgho. Au Niger, en l’absence d’informations climatiques prévisionnelles, les paysans ont actuellement pour seules marges d’action le choix entre quelques variétés de la céréale, l’arrêt d’une date de semis, et le recours ou non à des fertilisants coûteux. Pourtant, même avec le faible niveau de détail du système actuel, l’adaptation aux prévisions climatiques pourrait permettre aux petits producteurs nigériens de mil (2) d’augmenter leurs rendements de près de 7 %. L’accès à des informations plus précises, permettant une meilleure adaptation de la stratégie agricole, générerait une augmentation de 11 %. Enfin, l’ajout d’une variable supplémentaire telle que la date de début ou de fin de la saison des pluies, aboutirait à des gains de l’ordre de 31 %.

L’augmentation de la production globale de l’Afrique sub-saharienne, constatée au cours des dernières décennies, s’explique principalement par l’expansion des surfaces cultivées. En réalité, la productivité agricole stagne depuis les années 1980, voire diminue comme c’est le cas au Niger. Or, alors qu’elle doit faire face à une population en pleine croissance, cette région recense actuellement les taux de sous-alimentation les plus élevés du monde, avoisinant les 30 %.  

Cécile Cassier
1- Institut de Recherche pour le Développement.

2- Aliment de base, cette céréale représente 75 % de la production nationale.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
NATUROC
12 mai 2011 - 0 h 00 min

L’article indique pourtant la CAUSE du pb, à savoir un accroissement incontrôlé de la population (L’état du Monde de 1998: 7,4 enfants/femme). Comme si ce pays, et les autres, pouvait nourrir chaque année 7,4 enfants supplémentaires par famille… Des écoles vraiment laïques prouveraient largement leur efficacité en ce domaine, contraception que n’enseignent jamais les ONG vivant de ce créneau (MdM, MSF, SOS Sahel, etc). Il est vrai que la France (AREVA) pille allègrement l’uranium et donc la richesse de ce pays déjà très, très pauvre. D’oû l’immigration de nigériens, à leurs risques et périls, vers les zones déjà populaires de France, mais pas dans à Neuilly ni dans le 7è, 16è, etc arrondissement de Paris. Et donc réaction des chômeurs qui votent (bêtement, mais on peut les comprendre) pour le FHaine…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
37

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS