Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Les OGM actuels ne peuvent pas nourrir la planète
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Prime énergie : quelle marche à suivre pour ...
  2. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  3. Les voitures les moins polluantes en 2017
  4. Aquashell, le spécialiste des habitats flottants
  5. Le top 3 des gestes pour protéger l’environnement


Focus Sur
camping
Où camper en prenant soin de l’environnement ?

Le dossier du mois
Capture d’écran 2018-01-19 à 12.04.09
Que se passerait-il si, au cours d’une nuit, le monde entier devenait végétarien? Un monde où le steak tartare, le coq au vin et le boeuf bourguignon n’existeraient plus. L’ère des légumes ne ferait que commencer. L’infographie nous plonge dans ce tout nouveau monde, explorant les relations entre les carnivores, la planète terre et notre santé. Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les OGM actuels ne peuvent pas nourrir la planète

Pour les partisans des OGM, les plantes génétiquement modifiées vont à terme faire reculer la faim dans le monde. Si l’argument est louable, la réalité est tout autre puisque sur les 854 millions de personnes qui souffrent de la faim, les ¾ sont paradoxalement des paysans vivants dans des régions où les conditions de cultures sont très éloignées de celles prévues pour les OGM.

Les 7 sociétés qui contrôlent le marché des semences transgéniques ne sont pas des philanthropes, leur but est de vendre des ‘paquets technologiques’ comprenant des semences transgéniques et les intrants correspondants (engrais, herbicides, insecticides, fongicides…). Cette technologie a un coût et, même s’ils avaient accès à ces variétés transgéniques, les paysans désargentés ne pourraient les acquérir. En outre, leur pratique de l’agriculture est en opposition totale avec les plantes transgéniques : 80 % des paysans dans le monde utilisent leurs propres semences, issues d’un processus de sélection basé sur un savoir faire ancestral contribuant à la diversité des cultivars et à une grande adaptabilité en milieux spécifiques. Enfin, la plupart des paysans de la planète fonctionnement encore selon un modèle qui vise à l’autosubsistance, ici encore très éloigné du concept que veulent promouvoir les fabricants d’OGM…

Des associations de terrain, comme les Agronomes et Vétérinaires sans frontières (AVSF), qui œuvre depuis près de 30 ans pour que les familles paysannes des régions défavorisées puissent prendre en charge elles-mêmes leur développement, considèrent que les OGM sont à l’opposé de leur démarche. Bien que se positionnant en faveur d’une recherche encadrée sur les OGM, AVSF estime au contraire que l’accès aux semences paysannes et au droit de les produire, conserver et échanger, renforce l’autonomie des paysans, contribue à la quête de la souveraineté alimentaire des pays du Sud et, finalement, au maintien de la biodiversité.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 12 mars 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL





à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS