Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Les odeurs liées au compostage sous haute surveillance
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les odeurs liées au compostage sous haute surveillance

Alors que le compostage tend à se développer en France, le ministère de l’Ecologie vient de publier un texte promulguant une nouvelle réglementation relative aux installations de compostage soumises à autorisation. Sont comprises comme telles, les installations « produisant des composts destinés à être mis sur le marché », celles pratiquant le compostage en parallèle de leur activité principale à l’image des grands élevages et celles de « pré-traitement en vue de la stabilisation biologique de déchets avant élimination ».

Processus de transformation de déchets organiques en une sorte de terreau (compost), le compostage, malgré ses nombreux avantages, peut générer certaines nuisances olfactives. Elles sont au cœur de ce nouvel arrêté ministériel, lequel fixe un niveau d’odeur limite dans les zones situées en périphérie des sites concernés.

Pour respecter ce quota, des mesures concrètes ont vu le jour. Tout d’abord, les installations dont le traitement de compostage se déroule en extérieur devront nécessairement s’implanter à une distance minimale de 200 mètres des « habitations ou établissements recevant du public ». Cette distance sera réduite à 50 mètres pour les installations dont le traitement des effluents gazeux s’effectue en « milieu confiné ».

Autre restriction, seules les matières « nécessaires au bon déroulement du compostage » ou « présentant un intérêt agronomique » sans risque pour l’environnement pourront être intégrées à la production de compost réalisée en contact direct avec le sol. Outre les déchets dangereux dont l’admission est proscrite, tous les déchets devront être pesés à leur entrée. Les déchets autres que les déjections animales ou les résidus végétaux seront soumis à un contrôle de la radio-activité.

La dernière disposition édictée s’intéresse plus particulièrement au déroulement du processus de transformation. Ainsi, la montée en température ne devra pas se faire au-dessous de 55°C et un nombre de retournements minimal sera exigé. Les durées de séjour sur les aires de fermentation et de maturation sont elles aussi surveillées. La mise en place « d’une procédure de traçabilité » apporte la touche finale à ce lot de nouvelles consignes.

Alors qu’un Français produit à lui seul 360 kg de déchets chaque année, le compostage est plus que jamais à l’ordre du jour. Il ne sera pas de trop, loin s’en faut, pour répondre aux objectifs fixés lors du Grenelle de l’Environnement, lequel prévoit de recycler 35 % des déchets ménagers d’ici 2012 et 45 % d’ici 2015. D’autant que la part de déchets destinés à l’enfouissement et l’incinération devra, quant à elle, diminuer de 15 % à l’horizon 2012.

Cécile Cassier
1- Voir le dossier ‘Faire son compost’.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
tsinvlt
26 juin 2008 - 0 h 00 min

Le sujet de l’article n’est-il pas l’occasion d’évoquer la technique du lombricompostage domestique qui s’avère sans odeur (l’odeur désagréable liée aux bactéries anaérobies pendant la fermentation) ?
A disposition pour poursuivre l’échange.


JeanPhir
27 juin 2008 - 0 h 00 min

« la montée en température ne devra pas se faire au-dessous de 55°C »

Bonjour,
Ne s’agit-il pas plutôt de « au-dessus de 55°C » ? En effet, il me semble qu’un compostage à des température élevée ne peut que favoriser la fermentation (décomposition anaérobie) génératrice d’odeur. Si des lombrics sont utilisés, il n’y a guère de chances qu’ils survivent…

[En cas de modification, retirer évidemment ce post...]


Pascal
27 juin 2008 - 0 h 00 min

Non, pas d’erreur, idéalement il faut même que le compost atteignent les 70° pour détruire certains germes pathogènes. Par contre pour éviter une fermentation génératrice d’odeur il est nécessaire de l’aérer, en le retournant par exemple.
Pascal



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
101

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS