Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Les Etats contre leur autonomie en matière d’OGM
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Les Etats contre leur autonomie en matière d’OGM

Mi-juillet, la Commission européenne (CE) proposait de rendre les pays décisionnaires en matière de culture OGM à l’intérieur de leurs frontières. Hier, contre toute attente, le conseil des ministres européens de l’agriculture ne l’a pas entendu de la sorte et a rejeté la proposition. On peut dès lors imaginer que le prochain conseil des ministres de l’environnement, également invité à se prononcer, suivra cette position le 14 octobre.

La France et l’Italie ont été sur le devant de la scène, soutenues entre autres par l’Allemagne, l’Autriche et l’Espagne. Les duettistes se sont notamment inquiétés des effets d’une telle décision sur la Politique Agricole Commune (PAC), dont ils sont tous deux d’importants bénéficiaires … A l’inverse, des pays généralement pro-OGM, comme le Royaume-Uni ou les Pays-Bas, ont apporté leur soutien à la proposition de la commission pour surmonter les blocages communautaires qui les empêchent d’ouvrir leurs champs aux OGM.

En rendant les Etats souverains chez eux, la CE permettait certes l’émergence de zones dites ‘sans OGM’ mais ouvrait aussi la porte de l’Union Européenne à ces mêmes organismes génétiquement modifiés dans les pays les plus permissifs. Or, dans le cadre de la libre circulation des marchandises, on imagine aisément le désordre qui s’en suivrait, et la quasi impossibilité de contrôler ce qui est véritablement semé. Un état de fait qui aboutirait à plus ou moins court terme à une ouverture globale aux OGM.

Ce vote du conseil des ministres de l’agriculture intervient alors qu’une quinzaine d’OGM sont en attente d’homologation à des fins de culture, quand seulement la pomme de terre Amflora de BASF et le maïs MON810 de Monsanto détiennent le précieux sésame.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 28 septembre 2010 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Yves
3 octobre 2010 - 0 h 00 min

Puisque l’existence des OGM sur le marché crée un besoin d’étiquetage pour distinguer les produits sans (enfin presque : moins de 0,9 %), ce sont toutes les filières « sans » qui vont devoir supporter les coûts de cet étiquetage et surtout de tout ce qui est en amont : les cahiers des charges pour s’en protéger, les contrôles pour vérifier qu’on est sous les seuils, les certifications de ces contrôles.
Si on faisait porter ces coûts aux seuls produits qui les ont provoqués, ça ferait cher du kg d’OGM ! Au lieu de quoi, ce sont les autres qui vont payer pour que les OGM aient le droit de figurer sur les étalages. Chapeau !



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS