Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’enfer des poules en batterie perdure en dépit de la législation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’enfer des poules en batterie perdure en dépit de la législation

Militant pour le respect des droits des animaux, l’association L214 se rend régulièrement sur le terrain pour dénoncer les dérives de diverses formes de détention animale, et notamment à des fins d’élevage. Leur dernière enquête s’est portée sur un élevage de poules en batterie de cages basé en Bretagne. Alimentant notamment deux des plus grandes marques d’œufs vendues en France, cet élevage bafoue la réglementation actuelle établissant les normes minimales relatives à la protection des poules pondeuses.

Faisant suite à une première visite effectuée en juillet 2008, L214 s’est à nouveau rendue en février dernier dans les locaux de l’élevage en question, dont les œufs alimentent la structure Le Cam à Naizin (Morbihan), propriété de la filiale Ovoteam. En l’espace de quelques mois, l’état de santé des poules s’est largement dégradé, les volatiles ayant perdu une grande partie de leurs plumes. Ces derniers ont, par ailleurs, été soumis à l’épointage, technique consistant à couper la pointe du bec, parfois de manière prononcée. Cette pratique vise à prévenir le « picage des plumes », trouble du comportement développé par certaines poules qui, de par le stress et la promiscuité contrainte, arrachent les plumes de leurs congénères.

Le terme de « promiscuité » est toutefois bien faible pour décrire les conditions de détention observées dans l’élevage incriminé. La loi prévoyant une poule par 550 cm2, chaque cage, d’une longueur et d’une profondeur égales de 48 cm, ne devrait pas accueillir plus de trois poules. Pourtant, dans le cas présent, chaque cage recense en moyenne cinq poules, allant parfois jusqu’à six, voire sept.

Aggravées par cette surpopulation, les conditions sanitaires s’avèrent déplorables. Alors que la réglementation actuelle impose une inspection quotidienne de l’intégralité des installations, des cadavres de poules en décomposition jonchent les cages surchargées. Certains de ces cadavres freinent momentanément le convoyage des œufs vers le centre de tri.

En réaction à ces abus, L214 et la Société Nationale de Défense des Animaux (SNDA) ont décidé de porter plainte pour cruauté envers des animaux.

Réalisé en janvier 2000 pour évaluer la perception des élevages de poules pondeuses en batterie par les Français, un sondage révélait que 86 % des personnes interrogées seraient favorables à l’interdiction de ce type d’élevage et à l’obligation de recourir uniquement à l’élevage en plein air, même si cela devait se traduire par une augmentation du prix des œufs.

Pourtant, bien que de plus en plus de circuits de grande distribution, tels que Unilever (marques Amora, Maille), McDonald’s, la marque Repère de Carrefour Belgique excluent de leurs rayons les œufs issus d’élevages en batterie, des groupements de producteurs continuent à inciter à l’installation de ce mode d’élevage. Plus inquiétant, les nouvelles installations sont de plus en plus importantes, comprenant des exploitations pouvant dépasser les 100 000 poules aux dires de l’association.

Outre le fait qu’il nie totalement le respect le plus basique de l’animal, ses dérives s’apparentant à des actes de maltraitance, ce mode d’élevage présente un risque accru d’infection par les salmonelles par rapport aux autres modes de production. Malgré cela, l’élevage en batterie de cages reste aujourd’hui le mode d’élevage de poules pondeuses le plus pratiqué en France d’après L214.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 juin 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
17 juin 2009 - 0 h 00 min

Les ministères de l’agriculture et de l’environnement devaient légiférer depuis longtemps sur le sort des animaux d’élevage. En 2009 toujours rien de fait et tous les problèmes restent posés.
Et ça risque de durer encore bien longtemps quand on voit comment nos ministres rampent devant les lobbys. (voir récemment la nouvelle législation sur les loups). Bravo la france !


thylacine
19 juin 2009 - 0 h 00 min

Tant que la pub abrutissante dont on nous inonde impunément sera exclusivement basée sur le « moins cher » (et tant que les inégalités sociales feront que certains ne peuvent se nourrir qu’avec des produits à très bas prix), il n’y a aucune raison que ça change… La cruauté de l’Homme envers les animaux est sans limite, et provoque l’horreur. Mais la responsabilité est en bonne partie COLLECTIVE. Légiférer est toujours la dernière extrémité et rarement satisfaisant… La peuve: la loin est enfreinte, ou contournée, si les intérêts en jeu restent importants… Il est évident que si les contraintes deviennent trop élevées, mais que le moins cher reste le but, les élevages se délocaliseront, comme le reste…


klug
23 juin 2009 - 0 h 00 min

Je ne comprends pas pourquoi porter plainte pour maltraitance et non pas pour non respect des lois ? logique de droit ?

Je ne comprends pas pourquoi les prefets, les administrations ad-hoc ne portent pas plainte, ou ne font pas le nécessaire …
trop d’Etat ? ça coute trop cher ????

Quand on voit le harcèlement envers des magasins bio, des promoteurs de produits ou méthodes bio, on comprend mieux les désastres !

Nous sommes dans un système qui favorise le profit, pas le bien-être.
Le pouvoir a perdu toute notion de savoir vivre.
D’ailleurs en en crève.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
65

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS