Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’écocertification forestière épinglée !
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’écocertification forestière épinglée !

Alors que, cette semaine, le FSC (forest Stewarship Council, organisme d’écocertification forestière) tient son assemblée générale, un réseau d’ONG soulève la controverse et lance une pétition (1) pour s’opposer à l’écocertification de vastes plantations mono-spécifiques.

Face à la dégradation de l’environnement, d’aucuns pensent que les forces du marché peuvent être utilisées pour en finir avec les comportements prédateurs de certaines entreprises. Dans le cas des forêts, c’est bien l’idée sous-jacente que développe la certification FSC depuis 1993 : des critères environnementaux et sociaux, une certification indépendante, puis un label qui permet aux consommateurs de choisir les produits ligneux issus d’une production « durable ».

La certification FSC s’appuie sur 10 critères. La première série concerne le respect des règlements nationaux et internationaux, comme la convention CITES contre le commerce illégal de faune et de flore ou la Convention sur la Diversité Biologique (CDB). On s’attend donc tant à empêcher la commercialisation de bois illégal qu’à protéger la biodiversité. Dans cette même optique, l’établissement de zones de conservation et le maintien de l’ensemble des fonctions écologiques de la forêt sont encouragés, tandis que l’utilisation de pesticides chimiques est proscrite. La seconde série de critères s’applique aux aspects sociaux et, face aux questions foncières, entend non seulement éviter tout conflit ou tout cas de spoliation, mais également garantir la participation des communautés indigènes et l’ensemble de leurs droits.


Derrière le label FSC, la diversité des situations

Aujourd’hui, ce sont près de 100 millions d’hectares de forêt à travers le monde qui bénéficient de la certification FSC, soit 7% des forêts productives. Mais 100 millions d’hectares couvrent une diversité de situations que des critères aussi généraux ont bien du mal à circonscrire. Derrière le label FSC, le bois peut provenir de forêts primaires, à très haute valeur environnementale, de forêts semi-naturelles, de forêts boréales, tempérées et tropicales, ou encore, de plantations.

Le WWF, Greenpeace et quelques antennes nationales des Amis de la Terre (Royaume-unis, Pays-Bas) sont parties prenantes du FSC, aux côtés des groupements sociaux et des entreprises, et communiquent très activement en faveur du processus d’écocertification et de son développement commercial. D’autres ONG, comme World Rainforest Movement (WRM), adoptent, quant à elles, une position plus critique. Pour ces dernières, le label FSC tend à perdre en crédibilité en permettant la certification de vastes plantations mono-spécifiques; des cultures qui ont des impacts sur la biodiversité, l’eau et les sols, mais également sur les communautés locales.

Ainsi, pour WRM, l’inadéquation entre plantations mono-spécifiques et sauvegarde de la biodiversité est flagrante. En Uruguay, l’ONG s’oppose à la certification accordée à l’entreprise espagnole Ence-Enfores. Elle soulève l’incohérence d’un label environnemental pour des plantations de pins et d’eucalyptus qui ont conduit à la transformation totale de paysages de prairies riches en biodiversité. La faune et la flore inféodées à ces espaces ouverts en ont subit les conséquences, comme les paysans locaux qui ont vu les animaux se rabattre sur les cultures pour trouver leur alimentation. En Ouganda, ce sont les 25 000 ha de plantations éco-certifiées de l’organisation FACE, à l’intérieur du parc national du Mont Elgon, qui font l’objet de critiques pour non respect des droits des communautés locales… Tous les exemples mis en avant par WRM montrent que les plantations peuvent difficilement répondre aux exigences de l’écocertification.

Les ONG critiques face au FSC relèvent également l’hypocrisie qui consiste à accorder la certification à des entreprises industrielles, par ailleurs dévastatrices. Le doute plane sur le processus de labellisation et l’indépendance des organismes qui le mettent en œuvre depuis des cas de malversation comme au Gabon, en 1993 avec la Société Générale de Surveillance (SGS), ou encore au Cameroun, en 2007 avec Eurocertifor. En 2008, la goutte d’eau qui a fait déborder le vase est la certification obtenue par le consortium Veracel, une entreprise largement décriée, qui exploite 164 000 ha dans l’Etat de Bahia au Brésil, dont la moitié en plantation pure d’Eucalyptus.

Que les forces du marché puissent promouvoir des pratiques plus respectueuses de l’environnement est certes une bonne idée, mais cette approche implique des garanties et une très grande rigueur dans les procédures. C’est bien ce que les associations écologistes et les groupements de consommateurs attendent de la part d’un label.

Néanmoins, il est quand même possible de reconnaître que l’approche par certification repose sur un léger paradoxe. Nous nous trouvons confronter à l’absurdité de devoir payer plus cher pour des produits simplement respectueux des réglementations en vigueur, tant en droit social qu’environnemental. Là encore, la prise en charge des externalités par les entreprises non respectueuses, c’est-à-dire l’imputation directe des coûts environnementaux, serait peut-être plus logique…

Elisabeth Leciak

1- Pour signer la pétition, rendez-vous sur le site de World Rainforest Movement.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
henry
6 novembre 2008 - 0 h 00 min

Est-ce pour cela que Fsc ne veut plus que soit accolée au logo FSC la formulation : « issu de forêts gérées durablement » qui doit être remplacée par « issu de forêts bien gérées » ?

Il existe un autre organisme de certification des forêts « bien gérées » qui est le PEFC.
Son collège est composé des professionnels de la chaîne du bois.
PEFC, créée en 1999, représente la plus grande partie des forêts certifiées dans le monde et surtout en Europe.
Grâce à la Chaîne de Contrôle PEFC – délivrée par un organisme tiers et indépendant -, tous les intervenants entre le propriétaire foresteier et le consommateur sont impliqués : explitants forestier, transporteurs, papeteries, imprimeurs, producteurs de chaleur, etc.


patou
10 novembre 2008 - 0 h 00 min

Les associations font de leurs mieux mais les industriels en face sont près à tout pour concerver voire augmenter leurs bénéfices .Dans ce monde de requins et n’ayont pas peur des mots , de voyoux ils trouverons toujours la faille pour nous tromper !!!


diego
12 novembre 2008 - 0 h 00 min

Greenpeace et le WWF directement impliqués dans le FSC, pourquoi ne dénoncent elles pas ces problèmes? En cautinnant ces pratiques elles se discréditent et font du tord aux sociétés qui travaillent correctement.
Quel bois choisir, il y a le PEFC dont parle Henri, mais le FSC est le seul à avoir, en théorie du moins, une dimension sociale. Et puis les problèmes de certificqation il n’y a pas lieu qu’ils n’en aiyent pas non plus.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
60

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS