Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le virus Ebola-Reston détecté pour la 1re fois sur des porcs aux Philippines
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le virus Ebola-Reston détecté pour la 1re fois sur des porcs aux Philippines

Première mondiale, la souche Reston du virus Ebola (1) a été détectée chez des élevages de porcs dans les provinces de Nueva Ecija et de Bulacan aux Philippines. Suite à des hausses suspectes de la mortalité porcine en 2007 et en 2008, des tests de laboratoire ont confirmé que les cochons malades en mai, juin et septembre derniers étaient infectés simultanément par une souche très virulente du syndrome dysgénésique et respiratoire du porc (SDRP) (2) et par le virus Ebola-Reston. Si la co-infection porcine n’est pas inhabituelle aux dires de la FAO, la détection du sous-type Reston du virus Ebola chez des porcs fait office de première. Remontant dans les années 1990, les seules autres occurrences relevées aux Philippines concernaient des populations de singes.

Informées fin novembre de la situation, l’organisation des Nations-Unis pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) ont pris contact avec le gouvernement philippin et les experts locaux afin de s’assurer de la prise de mesures d’urgence pour enrayer toute épidémie potentielle. Le Bureau de l’industrie animale du Département de l’agriculture des Philippines a ainsi certifié que tous les animaux infectés avaient été tués, puis enterrés ou incinérés. De même, les zones touchées ont été placées en quarantaines et les sites et les établissements contaminés désinfectés. Dans la province de Bulacan, la vaccination des porcs contre le SDRP est en cours.

Si la fièvre hémorragique à virus Ebola présente un taux de décès de 50 à 90 % chez les personnes présentant des manifestations cliniques selon l’OMS, il semble que la souche Reston soit restée silencieuse chez l’homme jusqu’à aujourd’hui. De fait, ceux qui la contractent ne développent aucun symptôme. Concernant ses modes de transmission, le virus Ebola se transmet généralement par contact direct avec le sang, les sécrétions, les organes ou tout liquide biologique issus des sujets infectés. La transmission à l’homme peut également survenir au cours de manipulations d’animaux porteurs du virus, vivants ou morts. Ainsi, la transmission de la souche Reston lors de la manipulation de macaques de Buffon aurait déjà été signalée par le passé.

Dans le cas présent, les tests de laboratoire réalisés sur des manipulateurs d’animaux et des ouvriers d’abattoirs, soupçonnés d’avoir été en contact avec des cochons malades, se sont révélés négatifs. D’après le Département de la santé des Philippines, d’autres tests seraient actuellement en cours.

Pour l’heure, et par mesure de précaution, les organismes de protection de la santé appellent au respect de pratiques d’hygiène élémentaires. Ainsi, la manipulation et la préparation de la viande doivent se dérouler dans un environnement propre (plan de travail, ustensiles de cuisine…). Il est par ailleurs nécessaire de se laver régulièrement les mains lorsque l’on manipule de la viande crue. Enfin, la viande provenant de cochons de malades ne devant ni être consommée, ni réintroduite dans la chaîne alimentaire, le Département de l’agriculture des Philippines a encouragé la population à ne consommer que de la viande dont la source est certifiée par ses Services d’inspection vétérinaire nationaux.

Cécile Cassier
1- Le virus Ebola appartient à la famille des Filoviridae et comprend 5 souches différentes : Zaïre, Soudan, Côte d’Ivoire, Bundibugyo et Reston. A l’inverse des sous-types Côte d’Ivoire et Reston, les souches Zaïre, Soudan et Bundibugyo ont donné lieu à d’importantes épidémies humaines de fièvre hémorragique à virus Ebola (EHF) en Afrique, avec un pourcentage de décès oscillant entre 25 et 90 %.

2- Le SDRP est une infection virale du porc pouvant provoquer des troubles de la fertilité, des avortements, la mise bas de porcelets chétifs ainsi que des symptômes respiratoires. Elle n’est pas transmissible à l’homme.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 24 décembre 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
125

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS