Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le platane européen voit rouge
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le platane européen voit rouge

Depuis une quinzaine d’années, les plantations européennes de platanes sont décimées sous l’action d’un champignon appelé le Ceratocystis platani. Introduit accidentellement en 1944 par les troupes américaines lors de leur débarquement en Provence, il est à l’origine de la maladie dite du chancre coloré. Celle-ci empoisonne l’arbre à petit feu, s’étendant à l’intégralité du végétal. Pour lutter contre l’attaque du champignon, le platane bloque ses vaisseaux conducteurs de sève. Mais, outre le fait qu’il ne stoppe pas la propagation du Ceratocystis platani, ce réflexe de défense contribue également à le mener à sa perte. A l’heure actuelle, ce fléau a gagné de nombreux pays tels que l’Italie, la Suisse, le Sud de la Grèce ainsi que le Sud et le Sud-Ouest de la France.

D’après l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA), un arbre peut résister à la maladie pendant 4 à 6 ans, ce chiffre variant selon l’endroit de la contamination. Mais, en l’absence de remède, il est de toute façon promis à une mort certaine. Les signes extérieurs de dégénérescence du platane touché consistent en un feuillage anormalement clairsemé et en de longues traînées colorées apparaissant sur le tronc de l’arbre, lesquelles oscillent entre des teintes violet / noir et rouge / violacée.

Aspect caractéristique d’un chancre coloré sur un tronc de platane : veines d’un bleu violet mêlé d’orange, quelquefois interrompues en pointillés.

S’il est létal, ce champignon est également extrêmement contagieux. Ainsi, un simple contact avec des racines, de l’eau, un matériel d’élagage ou des engins de terrassement infectés peut suffire à le véhiculer d’un arbre à un autre. En France, 50 000 platanes ont déjà connu ce sort, suscitant la mise en œuvre par le ministère de l’agriculture et de la pêche en 2007 d’une coordination nationale de lutte contre le chancre coloré.

Cherchant un moyen d’enrayer la progression de la maladie, l’équipe scientifique de l’INRA s’est tournée vers l’Amérique, pays dont est originaire le champignon, dans l’espoir de trouver des espèces végétales résistantes. Bien qu’ayant vu juste, les experts ont néanmoins dû résoudre un problème d’acclimatation, les espèces américaines s’avérant inadaptées aux conditions climatiques des régions françaises. Pour les rendre viables, ils les ont croisés avec une espèce orientale, dotée de caractéristiques similaires à celles de notre platane commun (rusticité, rapidité de croissance).

Afin d’obtenir la combinaison la plus efficace, 10 000 plants furent cultivés et testés à titre expérimental. Pour ce faire, les experts de l’Institut mirent au point un test standard d’inoculation du Ceratocystis platani permettant « d’estimer rapidement la sensibilité de chaque plant ». Grâce à lui, 2 000 arbres hybrides subirent 3 inoculations successives, la dernière se situant au niveau des racines. En 2001, les premières conclusions fixaient à 20 le nombre de plants déclarés prometteurs.

Prolongées dans la région Provence-Alpes-Côtes d’Azur, les études réalisées permirent d’arrêter en 2004 une seule variété de platane résistante, connue aujourd’hui sous le nom de Platanor Vallis clausa. Elle est protégée par un certificat d’obtention végétale (COV), lequel confère au sélectionneur un droit exclusif sur l’exploitation commerciale à l’échelon européen de la variété créée.

Dépassant les espérances de ses créateurs, la Platanor Vallis clausa a révélé par ailleurs une bonne résistance à d’autres maladies issues de champignons, telles que l’anthracnose, et à un degré moindre contre l’oïdium. Elle serait de même moins vulnérable face au tigre, qui contrairement à ce que son nom suggère est un insecte.

Cette robustesse ne se fait pas au détriment de la qualité puisque, selon l’INRA, le bois fourni par la Platanor Vallis clausa égalerait celui de l’hêtre. Pour l’heure, les premiers spécimens destinés à la commercialisation sont exploités en région lyonnaise.

Pourtant, si l’opération semble une réussite à tous points de vue, le travail de sélection se poursuit pour éviter d’enfermer les futures plantations de platanes dans une homogénéité génétique jugée « dangereuse ».

Cécile Cassier
Photo © INRA / A. Vigouroux

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 juillet 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
481

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS