Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le milan royal : un rapace en chute libre
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
DSC_1210

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Tiny Houses : un micro-habitat écologique
  2. La guerre des ruches fait rage rue de Varenne
  3. Les voitures autonomes tiendront-elles la cote ?
  4. La Banque en ligne : avenir de notre système ...
  5. Isoler par l’extérieur ou l’intérieur ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
ite-iti
La question d’isoler par l’extérieur ne se posait pas il y a 10 ans, ce procédé était encore assez peu connu, et les entreprises qui le mettaient en œuvre ne se contentaient pas de faire que cette prestation.Maintenant, l’isolation thermique extérieure a son acronyme, l’ITE, et ses spécialistes qui ne font que ces travaux toute l’année. S’ils sont si nombreux désormais, et si sectorisés, c’est que [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le milan royal : un rapace en chute libre

Encore considéré comme une espèce commune il y a vingt ans, le milan royal est aujourd’hui menacé d’extinction en France. Cette dernière accueille pourtant la deuxième population nicheuse en effectifs de ce rapace européen, derrière l’Allemagne. Preuve de ce déclin, une enquête nationale menée en 2008 a, en effet, révélé que le nombre de couples nicheurs était passé d’environ 3000-3900 sur la période 2000-2002 à 2650 en 2008, enregistrant une baisse de 21 % en six ans. Multiples, les causes de cette chute incluent la dégradation de son habitat, notamment liée à la modification des pratiques agricoles, les atteintes volontaires par tirs ou empoisonnements et les collisions.


Suite à une première alerte lancée par les associations environnementales face à sa quasi-disparition du Nord-Est de la France, le milan royal avait déjà fait l’objet d’une forte mobilisation dans les années 1990. Sous l’égide du Ministère de l’écologie, un plan de restauration de l’espèce a ainsi été instauré dès 2003. Mais il s’est avéré insuffisant pour enrayer la déperdition du rapace.

Venant aggraver ce bilan pour le moins alarmant, la perspective d’une ré-autorisation en Europe de certains produits dans le secteur agricole, tels que la substance anticoagulante dite bromadiolone utilisée contre les campagnols, pourrait bien signer une nouvelle disparition de l’espèce dans certaines régions. Appelé à statuer sur la légitimité de son utilisation en juillet 2003, le tribunal administratif du Jura avait qualifié la bromadiolone de « toxique non sélectif », « de nature à détruire des espèces de gibier ». En l’absence de précautions d’utilisation, elle présenterait, en outre, un danger pour la santé humaine ainsi que pour les animaux domestiques.
Cécile Cassier
Photo © LPO

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
lupus
26 août 2009 - 0 h 00 min

Comment vont réagir ces amoureux de la nature que sont CPNT et l’UMP ?


marseille42
27 août 2009 - 0 h 00 min

Adhérente à la LPO depuis longtemps, je m’intéresse aux rapaces depuis toujours et suis horrifiée de la vision négative d’un grand nombre de gens, en particulier dans les régions agricoles. Or, il est impossible de sauver une espèce, quelle qu’elle soit, sans un accord, même tacite, des pouvoirs publics et des paysans et éleveurs. Seule la loi peut interdire les produits nocifs; s’il y avait un boycott général de certains produits toxiques, les laboratoires renonceraient et ne s’engraisseraient pas avec le sang d’animaux innocents…et sur la santé de leurs utilisateurs. Mais la poudre aux yeux du « Grenelle » (triste mémoire que celui de 1968!) de l’environnement n’est pas près de changer quoi que ce soit aux comportements des uns et aux bénéfices des autres. La seule solution : une mobilisation populaire massive. Quand on voit à quel point s’agrandit le parc nucléaire et sont poursuivis ours et loups, l’espérer appartient plus au fantasme qu’à l’utopie.


opaque
11 septembre 2009 - 0 h 00 min

L’ump ne va surement pas sauver le Milan ROYAL, et chasse pêche nature et tradition se doit de continuer à chasser, pêcher,naturaliser,dans la tradition, que c’est comme on a toujours fait,depuis au moins cinquante ans, voyez vous ?.les pesticides continuent donc logiquement d’être remis sur le marché par la bande quand ils ont été interdits; Le bocage reste une vue aérienne de l’esprit;les responsables (des politiques agricoles et urbaines) ne sont pas coupables (de la mort des oiseaux);les paysans ne sont pas plus cons que les citadins qu’ils nourrissent;l’aigle est mort,et alors ?il nous reste le moineau…il disparait aussi? il restera toujours le poulet en batterie, celui là au moins,on sait comment le reproduire…






à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS