Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le mal vivre de l’agriculture bio
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le mal vivre de l’agriculture bio

Pour la première fois, les surfaces cultivées en agriculture biologique sont en diminution en France. Par rapport à 2003, elles marquent un retrait de 3 %, passant de 550 000 ha à 540 000 ha en 2004. Cette diminution provient de la chute des surfaces en conversions, passant de 145 000 ha en 2003 à 61 000 ha en 2004.

Ces surfaces en conversions (période de transition obligatoire vers le mode de culture bio, 2 à 3 ans) constituent, pour les années à venir, le vecteur de développement de la bio en France, leur chute est donc très inquiétante même si l’Agence Bio ne semble pas trop s’en inquiéter.

On retrouve cette baisse dans le nombre d’exploitations certifiées bio, passant de 11 359 en 2003 à 11 025 en 2004, ainsi que pour le secteur de la production de poulets de chair qui enregistre chute de 13 %. Néanmoins, globalement les différents secteurs de production se tiennent bien :

- 62 463 vaches laitières bio (6 %),

- 62 398 vaches allaitantes bio (+15%),

- 128 126 brebis bio (+11%),

- 20 187 chèvres bio (+4%),

- 1 521 890 poules pondeuses (quasi stable),

- 3617 truies reproductrices (quasi stable).


Alors que la demande en produits bio se confirme, le secteur se doit de réagir. Selon les interlocuteurs, les réponses sont différentes. Ainsi, la très officielle Agence Bio (groupement d’intérêt public pour le développement et la promotion de l’agriculture biologique française) pense ‘campagne de communication’ tandis que les paysans bio pensent ‘reconnaissance de leur spécificité et soutien à leur activité’. Profitant du salon de l’agriculture, ils réclament par ‘intermédiaire de la FNAB (fédération nationale de l’agriculture biologique) :

- une redéfinition du mode de répartition des aides de la politique agricole commune qui, dans le dispositif prévu actuellement, fait la part belle aux systèmes les plus intensifs et les plus polluants ;

- une rémunération de reconnaissance, dès 2005, pour les bénéfices en faveur de l’environnement et de l’emploi rural qu’ils apportent à l’ensemble de la société.

Ces paysans pourront se rassurer lors de l’opération Printemps BIO, du 2 au 12 juin prochain, organisée par l’Agence Bio. Cette opération nationale verra les fermes et entreprises ouvrir leurs portes, se rendre dans les écoles, organiser des repas bio, bref nous initier à l’alimentation bio. Privilégier, les parisiens seront conviés, avec une journée d’avance, à un grand apéritif bio, normalement suivi d’un pique-nique dans les Jardins du Trocadéro.

Aujourd’hui, la réponse au malaise de la bio française appartient au Gouvernement et à sa volonté d’accompagner les agriculteurs en conversion. En 1985, si la France faisait figure de leader de l’agriculture biologique européenne, elle est actuellement en queue de peloton (2 % de sa surface agricole en bio, alors que la moyenne européenne est de 3,4 % et toujours en hausse). Faute d’une mise en œuvre énergique d’aides à la reconversion comme chez ses proches voisins, l’agriculture bio française pourrait disparaître. Ce ne sont pas nos voisins qui s’en plaindront, puisqu’en 2003, pour satisfaire à sa demande, la France importait 70 % de ses produits bio d’Allemagne, d’Italie et d’Espagne, essentiellement.

Alex Belvoit

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 03 mars 2005 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
96

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS