Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le Jatropha : l’espoir déchu des agrocarburants
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Jatropha : l’espoir déchu des agrocarburants

Dans un précédent rapport intitulé « Le Piège Jatropha », paru en juillet 2010, l’organisation des Amis de la Terre dénonçait l’accaparement massif de terres fertiles au profit du développement des agrocarburants, et plus particulièrement du jatropha (1).

Mais la concurrence alimentaire qu’introduit la production de jatropha, sous couvert de lutte contre les changements climatiques, est d’autant moins légitime que cette plante, pourtant vantée par les partisans des agrocarburants comme la « plante miracle », n’est pas à la hauteur de ses promesses. Afin d’amadouer les investisseurs potentiels, les compagnies européennes d’investissement promeuvent le jatropha comme la garantie d’un retour sur investissements avec une culture sur des terres marginales (non agricoles) en Afrique, Asie et dans les Amériques du Sud et centrale. Or, comme en témoigne le dernier rapport des Amis de la Terre sur cette question, « Jatropha : l’argent ne pousse pas sur les arbres », cette publicité est pour le moins mensongère. Qualifiant ces promesses de non réalistes, Paul de Clerck, coordinateur du programme Justice économique des Amis de la Terre, a en effet déclaré : « De nombreux projets ont déjà été abandonnés car les rendements étaient bien en-dessous des promesses, même sur de bonnes terres. Investir dans de grandes plantations de jatropha n’est ni rentable économiquement, ni durable environnementalement. ».

Parmi les divers points soulignés dans le récent rapport de l’ONG, outre la remise en question d’un retour sur investissements et le prétendu choix de terres marginales, les besoins en eau de la production de jatropha semblent problématiques. En effet, la plante nécessiterait des apports en eau significatifs, particulièrement aux premiers stades de son développement. Selon l’association, plusieurs études suggèrent même que le jatropha nécessite plus d’eau que n’importe quelle autre culture bioénergétique pour produire la même quantité d’huile. Loin de l’image valorisante que l’on veut lui conférer, la production de jatropha pâtit, en outre, d’une mauvaise résistance aux maladies, d’où le recours aux pesticides. Mais ces inconvénients ne sont rien en comparaison des préjudices causés aux populations locales, confrontées à une compétition alimentaire accrue et contraintes de se déplacer.

Pour Mariann Bassey, coordinatrice du programme Alimentation et Agriculture du groupe Environmental Rights Action / Amis de la Terre Nigeria : « (…) Les prix alimentaires augmentent de nouveau et nos terres nous sont volées pour faire des carburants pour les voitures. Nous voulons une agriculture qui permette de nourrir d’abord les humains ». Si faire peur aux investisseurs, en leur montrant le vrai visage de la production de jatropha, est encore le meilleur moyen de mettre un terme à ce simulacre d’engagement en faveur de l’environnement, il est à craindre que d’autres voies se proposent aux acteurs de la course aux agrocarburants.

En 2008, les plantations de jatropha s’étendaient sur 900 000 hectares dans le monde, dont 760 000 en Asie, 120 000 en Afrique et 20 000 en Amérique latine. Mais selon le rapport de la FAO et du FIDA, d’ici 2015, elles pourraient être multipliées par 13 pour atteindre 12,8 millions d’hectares à l’échelle mondiale. Les plus gros pays producteurs seraient alors l’Indonésie en Asie, le Ghana et Madagascar en Afrique, et le Brésil en Amérique latine.

Cécile Cassier
1- Le jatropha est un arbuste de plus en plus cultivé pour ses fruits riches en huile et pour sa capacité à survivre dans des conditions arides.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
marseille42
23 janvier 2011 - 0 h 00 min

A quand la mise en oeuvre à grande échelle du moteur électrique à énergie solaire, la réhabilitation de la traction animale pour les transport de fret sur les distances moyennes et courtes, de la marche pour les citadins pour les trajets courts ou très courts et la bicyclette pour les ruraux et citadins pour des trajets plus longs? Quand je vois devant l’école en face ma résidence toutes les voitures venues chercher ces chers enfants, je me dis que l’heure ou les deux heures de sport -s’ils les font- hebdomadaires ne leur éviteront pas obésité, maladies cardio-vasculaires et respiratoires. J’entends encore mom père lorsque je lui demandais l’argent pour prendre le car pour aller en classe « Marche, ça te fait du bien! » Et à 69 ans, je continue à négliger voiture et transports en communs sauf pour les très longues distances. Merci papa!


Yves LUBRANIECKI
5 février 2011 - 0 h 00 min

Bonjour,
Il y a deux voies pour utiliser l’huile végétale à la place du pétrole : soit on modifie l’huile pour le faire ressembler à du pétrole et on l’utilise dans des moteurs créés pour fonctionner avec du pétrole. Soit, on produit des moteurs diesel capables de fonctionner avec de l’huile végétale pure ou avec du pétrole. Les deux purs ou mélangés dans n’importe quelle proportion. Ce n’est ni plus ni moins compliqué à fabriquer que les moteurs d’aujourd’hui.
L’avantage de cette seconde formule est qu’il ne nécessite pas de process industriel (donc, pas d’usine à amortir par la mise en oeuvre d’une agroindustrie destructive). C’est de ces inconvénients que vous parlez, mais vous faites l’impasse sur l’autre formule.
La filière huile végétale pure (HVP) peut être utilisée en filière courte, c’est-à-dire directement par l’agriculteur ou la population concernée. Non seulement il n’y a pas de concurrence avec les cultures vivrières, mais, au contraire, on peut augmenter celles-ci grâce à une mécanisation de la petite agriculture ou bien en utilisant cette quantité limitée d’huile pour faire tourner un groupe électrogène ou une motopompe sans avoir de pétrole à acheter et sans émission de CO2.
C’est un progrès considérable qui n’a rien à voir avec ce que vous décrivez. J’ai essayé d’expliquer ça dans une note de 6 pages que je peux vous envoyer si vous me la demandez à .
Bien à vous.
YL.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
60

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS