Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Le Brésil épuise ses ressources naturelles pour exporter
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Le Brésil épuise ses ressources naturelles pour exporter

Depuis quelques années, le Brésil exporte de plus en plus de matières premières agricoles telles que le soja, la viande bovine, le maïs, le riz ou le sucre. Ces produits représentent désormais plus de 50 % du volume des exportations globales. Mais cette économie « primarisée », marquée par la prédominance des exportations de matières premières dans le volume total des exportations du pays, a de multiples retombées. En termes économiques d’une part, elle rend le Brésil plus vulnérable face à la volatilité du cours des matières premières.

Par ailleurs, ce système économique a un lourd impact sur les ressources naturelles brésiliennes, dont la forêt amazonienne. A l’heure actuelle, la demande en produits agricoles est la principale cause de défrichement. Selon de récents travaux de l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), on estime que 750 000 km² de forêt, sur un peu plus de 3 millions, ont d’ores et déjà disparu au Brésil. Or, 80 % de ces surfaces ont été convertis en pâturages au profit de l’élevage bovin. Au regard de quoi, le pays possède aujourd’hui le plus grand cheptel commercial du monde et s’impose comme le premier exportateur mondial de viande de bœuf, principalement à destination de l’Europe et de la Chine.

Les trois quarts de ces espaces agricoles s’organisent en fazendas, vastes domaines détenus par de puissants propriétaires. Ces derniers font pression, par voie légale ou non, sur les autorités publiques pour s’approprier toujours plus de terres publiques. Le reste des déboisements est le fait d’une agriculture familiale, favorisée par une croissance démographique rurale soutenue. Selon l’IRD, des centaines de milliers de familles ont déjà obtenu des lots de forêt à défricher, dont la majeure partie devrait se consacrer à l’élevage extensif de bovins.

En parallèle de l’élevage, se dessine un quadrillage de monocultures mécanisées de soja, de riz et de maïs, empiétant toujours plus sur le couvert forestier pour répondre à une demande mondiale croissante. On assiste à un « effet domino », le soja s’étendant au détriment des pâturages, alors repoussés vers les zones de forêt. Cette solution reste avantageuse pour les exploitants, lesquels vendent les arbres abattus et profitent d’un marché du bois lucratif. Enlisant le pays dans une politique du défrichage « jusqu’à plus soif », ces arguments font du Brésil le second exportateur mondial de soja, essentiellement destiné, à l’instar du maïs, à la consommation animale européenne et chinoise.

Au début des années 2000, le gouvernement brésilien a adopté des mesures de contrôle. Elles ont permis de réduire les défrichements de 20 000 km² par an en moyenne à 6 000 km² en 2010. Toutefois, en mai dernier, une révision du code forestier, favorable à la déforestation, était évoquée. Le pays s’est également engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre, majoritairement dues à la déforestation. Mais pour les experts, « l’ombre d’une reprise de la demande mondiale plane toujours », voire plus que jamais.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 29 décembre 2011 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
2110

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS