Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’autopsie de l’ourse Franska révèle des plombs dans son corps
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’autopsie de l’ourse Franska révèle des plombs dans son corps

L’ourse Franska qui est morte après avoir été heurtée par 2 véhicules le 9 août dernier, a été autopsiée par l’école vétérinaire de Toulouse. Si jusqu’à présent la thèse de l’accident prévalait, le résultat de l’autopsie amène à se poser des questions et va certainement remettre en cause ce qui semblait jusqu’alors évident.

En effet, plusieurs dizaines de plombs ont été retrouvés dans le corps de l’ourse lors de son autopsie. Même si, selon un communiqué de plusieurs associations, ces plombs ne seraient pas la cause directe de la mort, l’ourse était blessée. Etait-elle traquée, a-t-elle été volontairement rabattue vers la nationale, autant de questions auxquelles les enquêteurs vont devoir répondre…

Pour les associations Férus, Pays de l’ours – Adet et WWF, la coupe est pleine, et ‘Après les insultes, les pressions, les menaces, les manifestations violentes, le saccage de la mairie d’Arbas, les agressions, le miel contenant du verre pilé, les battues illégales en plein été, voici maintenant les coups de fusil !?’, ces organismes considèrent à juste titre que cela suffit. Il est vrai que depuis l’adoption du plan de réintroduction de 5 ours dans les Pyrénées en 2006, les opposants aux ours ont défié à plusieurs reprises la loi et ce en quasi impunité.

Aussi ces associations s’interrogent ‘Est-il admissible que dans un état de droit une minorité cherche à détruire par la violence ce qui a été démocratiquement décidé ?’ avant de demander ‘…le remplacement automatique par deux individus de tout ours retrouvé mort suite à des actions illégales d’opposants’.

La position des différents gouvernements qui se sont succédés sur le dossier à toujours été mi-chèvre mi-choux, en tentant le grand écart entre les pro et les anti-ours. Ce gouvernement rompra t-il cette attitude, la question est posée et les premiers éléments de réponse ne devraient pas tarder à arriver avec la réaction à venir du ministère de l’écologie sur les plombs présents dans le corps de l’ourse Franska.

Une absence de fermeté envers les anti-ours serait à n’en pas douter désastreuse pour la population restante. D’autre part, reculer sur ce dossier emblématique sous la pression de quelques opposants violents, constituerait un précédent pour le gouvernement actuel, lequel met en avant régulièrement son souhait de fermeté envers tous les contrevenants à la loi. Enfin, alors que le Grenelle de l’environnement est en préparation, si la France venait à renoncer à imposer les conditions nécessaires au maintien d’un des animaux phares de son histoire, cela ne serait assurément pas de bonne augure pour l’avenir, et ce malgré les beaux discours.

Pascal Farcy

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 13 août 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
claude le jardinier
13 août 2007 - 0 h 00 min

Il faut réagir , et que le Gouvernement réagisse, ce pas tolérable de continuer ainsi,je me doutais que la mort de Franska n’était pas décédé involontairement, les bergers et chasseurs ont montés un coup, ils ne pensent qu’a tuer,Bien sûr que c’est dur de voir disparaitre ses moutons, mais il existe d’autres procédés que de tuer,ils pouvaient demander leurs déplacements,manifester etc….mais on sait que 1% DES MOUTONS MEURENT PAR L’OURS? LE RESTE EST PROVOQUE PAR LES MALADIES ET LES CHIENS ERRANTS.LES BERGERS TOUCHENT DE L’ARGENT A CHAQUE FOIS QU’UN MOUTON EST TUE PAR UN OURS Il faut prendre des sanctions contre ces tueurs


véro
13 août 2007 - 0 h 00 min

Combien faudra t-il d’ours tués pour qu’un gouvernemtn prenne enfin les mesures qui s’imposent. Même si je comprend le désarroi des éleveurs de se voir croquer des bêtes, lorsqu’on a ces revenus qui provinnent pour plus de la moitié de subventions diverses, on a un minimum de devoirs envers la société, ou alors on change de boulot.


syl
14 août 2007 - 0 h 00 min

C’est scandaleux, même si je respecte le travail des bergers, des éleveurs,je suis envahie d’une grande tristesse par cet acte de violence. Je suis révoltée et je souhaite qu’une pétition soit mise en place pour demander que justice soit faite. Que le gouvernement réagisse au plus vite pour trouver des solutions. Plus jamais ça!!!. Que la démocratie soit respectée et que ces opposants violents soient sévèrement punis.
SYLVIANE


Amanyte
14 août 2007 - 0 h 00 min

Je me demande souvent si ces bergers voient parfois un peu plus loin que le bout du nez de leurs brebis … Apparemment un monde sans faune, flore dévastée, ils s’en foutent, ne compte que l’aspect financier au mépris encore une fois de la nature. Moi ça me mine de plus en plus cette attitude humaine de considérer la planète comme sienne propre, surtout quand on considère ce qu’elle devient. Pour un champ de maïs « fauché » le gouvernement réagit beaucoup plus sévèrement … dommage, quel gâchis, moi j’aimais tant les ours …
Amanyte


JP13
14 août 2007 - 0 h 00 min

Présentention très partiale et fausse des faits : les plombs ont touché l’ourse un mois avant son accident, ce n’est pas ça qui l’a amenée sur la route !!!


Spyk
14 août 2007 - 0 h 00 min

Autrefois les bergers faisaient avec la présence des ours et des loups, aujourd’hui leurs présences posent problème uniquement à cause de la mauvaise volonté des bergers qui ,de surcroit, sont indemnisés pour chaque bête tuée.
A ce que je sache les italiens et les slovènes parviennent très bien à cohabiter avec l’ours pourquoi ne suivriont nous pas leur exemple …


Lobo
15 août 2007 - 0 h 00 min

Assez de ce lobby pro-ours !!! Ecologistes irresponsables!


oblomov
15 août 2007 - 0 h 00 min

Les vrais responsables du décès de Franska sont les écolos de salon qui pensent que réintroduire une espèce disparue est plus médiatique que protèger ce qui reste de l’habitat des nombreuses espèces menacées. Pour ça, il faut modifier l’agriculture, l’urbanisme, le tourisme, etc. On lache une ourse et tout baigne.
voir : http://oblomov.blog.20minutes.fr/archive/2007/08/09/franska-ou-la-peau-de-l-ourse-slov%C3%A8ne.html


diego
15 août 2007 - 0 h 00 min

N’en déplaise à certains cette ourse était blessée. Avec plusieurs dizaine de plombs dans le corps, je suis pas convaicu que l’on soit encore en pleine possession de nos moyens. L’article dit clairement que ce ne sont pas ces plombs qui ont causé la mort, mais il soulève à juste titre que les individus qui voulaient faire la peau à Franska pouvaient être encore sur sa piste en la traquant comme on a pu le voir à la TV en fgaisant un barouf pas possible en pleine montagne.


Céd
16 août 2007 - 0 h 00 min

Pour aller dans le sens de la contribution de Spyk, en Slovaquie il y a entre 700 et 850 ours qui vivent en pleine liberté sans que cela fasse autant d’histoire qu’en France : http://www.medvede.sk/index1.php?action=udaje
Ils font partie du patrimoine et les bergers et touristes composent avec.
Alors pourquoi pas en France ? Les bergers seraient-ils à ce point trop nombreux pour partager leur aire avec 2 ours ou manqueraient-ils de volonté / de méthode pour surveiller leurs troupeaux ?


rontudju
19 août 2007 - 0 h 00 min

Je voudrais savoir comment JP13 sait qu’elle a eu ces plombs il y a un mois ?
Désinformation ou culpabilité ? !!

Sinon, les éleveurs qui ne pensent qu’à leurs profits à court terme devraient réfléchir un peu :
et leurs enfants, la Terre qu’ils leur lègueront ? où il n’y aura plus moyen de vivre en rond parce qu’ »il fallait faire du fric » ?

Ils s’en foutent même de leurs mômes ! Pourraient aussi bien les descendre aussi à coups de fusil ! tant qu’à faire à être suicidaire…

M’enfin, c’est de la survie de la planète qu’il s’agit, c’est plus vaste qu’une ou 2 brebis tuées, et qu’ils arrêtent de prendre les gens pour des benêts, des moutons qui dévalent dans un ravin, ça a existé depuis l’antiquité, d’où l’appellation de mouton de Panurge. Et si déjà « on » « sait » quand Franska a reçu des plombs alors que l’autopsie ne le dis pas, je pense dire tout haut ce que d’autres pensent tout bas : les deux dernières « Panurgisations » ne sont elles pas du fait de ces loups faits hommes ?
Pour toucher des sous ou pour manipuler l’opinion ?


marseille42
19 août 2007 - 0 h 00 min

Ayant déjà donné mon opinion sur cette mort « providentielle », je n’y reviendrai pas. Mais il est prouvé que, dans le Mercantour, les brebis sont davantage tuées par les chiens errants que par les loups. je suis certaine que dans les Pyrénées, les ours servent d’alibis aux éleveurs pour toucher un pactole par brebis. Car chacun sait que le gouvernement -complice- paye plus cher une brebis soit-disant tuée par un prédateur, que leur poids à l’abattoir. Alors, trêve d’hypocrisie.


Dune
19 août 2007 - 0 h 00 min

Pro ours, anti ours la problématique n’est pas si simple. D’une part la planète n’appartient pas à l’homme et on peut se demander pourquoi l’être humain a besoin de décimer tout ce qui le dérange. D’autre part, il y a des agriculteurs. La présence de l’ours ne fait qu’exacerber des problèmes déjà existants qui ne sont pas forcément liés à l’ours. Le consommateur veut un produit moins cher et derrière forcément cela a un impact sur le mode de production. Les moutons sont laissés seuls en montagne parfois pendant plusieurs jours et ne sont pas surveillés. Surveiller ses moutons, c’est du temps, c’est contraignant, cela a un coût. Faire des parcs de nuit constitue une astreinte. Le problème c’est que la présence de l’ours remet en cause des modes de travail. Il existe des aides pour aider les éleveurs à payer un berger. Il faut aussi que les agriculteurs fassent des efforts. Il faudrait aussi que le consommateur accepte de payer le prix du cout de production et de rémunérer l’agriculteur pour le travail fourni.
Il y a des pays où grands prédateurs et agriculteurs arrivent à cohabiter (loup dans les Abruzzes, ours en Slovénie ou en Roumanie). Il y aurait sans doute une réflexion sur nos attitudes françaises à mener. Ours et agriculteurs ont tous les deux le droit d’être là et nous fait croire que c’est l’un ou l’autre, qu’il faut choisir.
Dommage que notre société occidentale ait tant de mal à vivre en harmonie avec la nature et qu’elle oublie si facilement que sans la nature,l’être humain ne peut vivre. Les agriculteurs devraient être les premiers à le savoir.


nounourse
21 août 2007 - 0 h 00 min

Je suis mobilisée pour aider les ours à ne pas s’éteindre dans les Pyrénées.
Je déplore plusieurs écueils.
Les bergers n’ont pas eu le temps matériel (et les moyens financiers) pour faire face à l’introduction des ours slovènes.

Les Ours slovènes malheureusement sont là-bas beaucoup nourris de carcasses animales ais-je entendu dire.Cela veut dire qu’il sont en général plus en recherche de carcasses animales que du tout venant. Bon. Légère différence par rapport à nos ours des Pyrénées.
Problème …Il va falloir une génération ou deux pour que le comportement des pours slovènes revienne à nouveau à un comportement « naturel »
L’ourse Franka, notamment, a posé énormément de problèmes par son comportement très agressif, attaquant de nombreux troupeaux au delà de ce que le comportement naturel de l’ours peut laisser prévoir.
Le Patou , (chien élevé avec le troupeau,depuis son plus jeune âge,il défend son troupeau,très férocement contre les ours, mais les bêtes qu’il connaît, contre tout étranger)solution miracle,pose un problème d’éducation du touriste, IL NE FAUT PAS APPOROCHER DES MOUTONS qu’il garde.
Maintenant ce sont juste des informations que je tenais à partager. Il est difficile de juger , le mieux serait de chercher des solutions.
Là, le problème électoral a accéléré l’introduction , mais il y a beaucoup à améliorer. A vos suggestions et à vos aides!
Les ours et les hommes, pour une bonne cohabitation!


Pierre AUBIER
21 août 2007 - 0 h 00 min

Sans autopsie, les causes de la mort de l’ourse, comme pour le précédent décès, étaient évidentes. Quelques personnes ont décidé de faire leur règlementation elles-mêmes en dépit de tout.


Chataigne
22 août 2007 - 0 h 00 min

Les anti ours ont toujours étés près a tout pour les faire disparaitre de ‘leur’ milieu de confort. Prets a les traquer pendant des heures. La lois a été bafouée, il faut les traquer a leur tours et les punir avec une ‘peine exemplaire’. Pas de pitié car eux n’en auront pas.


apollon
22 août 2007 - 0 h 00 min

L’ours a besoin de manger, comme tout être vivant sur la planète Terre ! Mais pourquoi s’en prend-il aux moutons ? parce que pour la plupart ils sont en liberté pas du tout surveillée dans la montagne;Or, il existe une race de chien spécialisée dans la protection des troupeaux contre les grands prédateurs, dont l’ours fait partie : ce sont les patoux.
Ce sont peut-être de grands chiens qui occupent de la place et qui ont eux aussi besoin de beaucoup de nourriture, vu leur poids et leur taille. Les bergers ont aussi besoin d’être présents dans la montagne pour surveiller leurs bêtes. le patou ne peut pas tout faire !!!!
mais est-ce que cela ne vaudrait pas le coup de réintroduire vraiment cette race de chien auprès des bergers, voire à les obliger d’en avoir un pour partir en estive ?
Grave question, certes, mais qui mérite une vraie réflexion ! ceci n’est qu’un très modeste point de vue


propreté
26 août 2007 - 0 h 00 min

bonjour
malheureusement j’ai toujours trouvé étrange la façon dont est morte cette pauvre ourse;louche même ,je suis contente que l’on recherche plus loin;j’espère que les coupables seront punis pour ce acte barbare.
catherine andraud



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS