Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » Langue bleue : des collectifs paysans refusent la vaccination
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






Langue bleue : des collectifs paysans refusent la vaccination

Des paysans bio et conventionnels organisent une journée d’action pour refuser la vaccination contre la fièvre catarrhale ovine (FCO), maladie dite de la langue bleue. Les éleveurs considérant que la santé de leur troupeau relève de méthodes curatives et préventives qu’ils auront eux-mêmes choisi, remettent aujourd’hui, 26 mars, des demandes de dérogations, des pétitions et des courriers auprès des autorités sanitaires.

Transmise par un moucheron, la FCO est une maladie virale qui affecte les ruminants domestiques, plus spécialement les ovins, mais aussi bovins et caprins. Si elle n’atteint pas l’homme et ne soulève pas d’inquiétude vis-à-vis du consommateur, les effets de cette maladie peuvent être importants sur les troupeaux. S’exprimant en des fièvres, des inflammations des muqueuses du museau et une langue enflée se colorant en bleu, la FCO a pour conséquences des risques d’avortement, des troubles respiratoires et un amaigrissement des animaux pouvant, parfois, conduire à la mort. Jusqu’en 1998, la FCO était considérée comme une maladie exotique seulement présente en zone tropicale. Mais elle a fait son apparition d’abord en Grèce, en Italie, en Espagne et en Corse puis, en 2006, est arrivée dans le Nord de l’Europe. A partir de 2007 la FCO était largement répandue en France continentale et sur l’ensemble du territoire communautaire. Depuis cette date, espérant en enrayer la diffusion, les contrôles sont obligatoires pour tous les animaux circulant par-delà les frontières, l’Italie souhaitant même interdire toute importation de bétails non vaccinés. En février 2008, fort des enjeux sanitaires et commerciaux, Michel Barnier, Ministre de l’agriculture, décidait d’engager une large campagne de vaccination.

Si aujourd’hui des paysans français, organisés en 70 collectifs sur tout le territoire, s’opposent à la vaccination obligatoire, ce n’est pas pour nier les conséquences de cette maladie mais pour remettre en cause les méthodes choisies. Les moyens de lutte mis en œuvre reposent en effet sur deux piliers de la prévention : le premier, la vaccination, le second, le contrôle de l’insecte vecteur. Ainsi les campagnes consistent en une désinsectisation, qui, d’après les opposants, « est à la fois inefficace et dangereuse pour l’environnement (notamment les abeilles), les éleveurs et les animaux de la ferme ». Devant la vaccination, les éleveurs du collectif demandent à ce qu’elle ne soit pas rendue obligatoire et ils militent pour choisir librement les méthodes de traitement de leur troupeau. La Fédération Nationale d’Agriculture Biologique (FNAB) assure au niveau national le relais de ce mouvement paysan.

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
24

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS