Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » La rotation des cultures pour sauvegarder le maïs
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La rotation des cultures pour sauvegarder le maïs

Historiquement, le maïs savait se défendre contre un petit coléoptère, la chrysomèle des racines (1), en émettant une substance qui attire des vers minuscules (des nématodes) pour tuer les larves indésirables et le délivrer de son ravageur. Or, cette aptitude aurait été perdue au cours des processus de sélection menés en Amérique du Nord, selon une équipe de l’université de Neuchâtel, en Suisse, qui a travaillé sur le sujet.

Si aux USA, les agriculteurs ont essentiellement recours aux pesticides pour lutter contre la chrysomèle des racines du maïs, en y consacrant plus d’un milliard de dollars par an, la France, et plus particulièrement la région Ile-de-France, privilégie la rotation des cultures.

La France a été touchée pour la première fois en 2002, année où 2 foyers ont été découverts à proximité des aéroports de Roissy et d’Orly (le transport aérien étant un facteur de diffusion du coléoptère, N.D.L.R.), un troisième foyer a été détecté en 2004 dans les départements du Val-d’Oise et des Yvelines, suivi de 5 autres en 2005, dont un en Picardie.


Cette année, pour la première fois depuis 2002, aucune chrysomèle des racines du maïs n’a été détectée durant l’été en Ile-de-France et dans les régions voisines : Haute-Normandie, Picardie, Champagne-Ardenne, Bourgogne et Centre. Ce résultat pourrait être mis au crédit de la rotation des cultures qui interdit de ressemer du maïs durant 2 années de suite sur une zone dite ‘focus’, d’un périmètre de 5 km autour des foyers découverts en 2005, privant ainsi la Diabrotica virgifera LeConte de ‘plantes hôtes’ pour se développer. Dans la zone située entre 5 et 40 km des foyers de 2005, l’interdiction prévaut encore pour une année, pour être libre au-delà de ce périmètre.

Pour l’instant, à l’inverse de ce qui s’est passé aux USA, en France aucune apparition d’individus adaptés à la rotation maïs/soja, dont les femelles pondent dans le soja et dans beaucoup d’autres cultures, n’a été enregistrée. Aussi, en l’absence de nouvelles captures (2), aucun nouveau traitement insecticide ne devrait être entrepris.
Pascal Farcy

1- la chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera LeConte) est un petit coléoptère, de 5 à 6 mm de long, de la famille des Chrysomélidés qui s’attaque aux racines des maïs. Originaire d’Amérique centrale, elle fait partie d’une famille qui comprend 338 espèces, qui a progressivement envahi l’Amérique du Nord pour devenir le principal ravageur du maïs. Elle a été signalée pour la première fois en Europe en 1992, en République fédérale de Yougoslavie (Serbie), près de l’aéroport international de Belgrade.

2- Pour détecter la présence éventuelle de la chrysomèle des racines du maïs, des pièges à glu, sur lesquels les coléoptères se collent, sont disposés dans les cultures.

3- Télécharger la liste des communes concernées

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
251

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS