Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » La FAO inquiète de la forte chute de diversité agricole pour l’alimentation
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La FAO inquiète de la forte chute de diversité agricole pour l’alimentation

En juin 2007, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) tirait la sonnette d’alarme face à la disparition alarmante des races anciennes d’animaux de ferme. Aujourd’hui, l’organisation lance un appel similaire, mais pour la très inquiétante érosion des variétés de plantes cultivées.

Rappelant l’importance de la biodiversité pour la sécurité alimentaire, la FAO estime qu’environ les trois quarts de la diversité génétique variétale des plantes cultivées ont disparu au cours du XXe siècle. En fait, nous en sommes arrivés au point que l’essentiel de l’alimentation humaine, au niveau planétaire, repose sur seulement 12 espèces végétales et 14 espèces animales.

La raison de cet appauvrissement est directement liée à la recherche d’une productivité toujours plus grande. Ainsi, que l’on parle d’élevage ou de culture, ce sont généralement les espèces et variétés anciennes qui font les frais de cette industrialisation à outrance pour toujours plus de productivité et des produits surmesures.

L’exemple de la production laitière est très éloquent sur ce point. Depuis la fin du XIXe, début du XXe siècle, de nombreux pays ont investi dans l’amélioration du rendement des vaches laitières. Des programmes d’amélioration génétique, par croisement, et l’optimisation des rations alimentaires ont permis de passer d’une production laitière moyenne d’une petite dizaine de litres à 26 litres par jour (1). L’évolution des caractéristiques de la production céréalière est du même niveau. Les chiffres des rendements se sont envolés. A titre d’exemple, grâce au travail des semenciers visant à améliorer le nombre et la taille des grains portés par chaque épi, le blé a vu son rendement mondial moyen à l’hectare passer de 1,1 tonne/ha, en 1961, à 2 t/ha en 2005 ; le record planétaire étant détenu par la Namibie avec 8,89 t/ha (2).

Néanmoins, malgré ces chiffres de production record, alors que s’est ouvert hier, en Allemagne, la Conférence mondiale sur la biodiversité (du 19 au 30 mai 2008), la FAO considère aujourd’hui que cette perte de ‘…diversité génétique implique un recul des opportunités de croissance et d’innovation nécessaires pour relancer l’agriculture en pleine flambée des prix alimentaires’. En outre, l’organisme de l’ONU estime que ce déclin de la biodiversité des principales sources de l’alimentation humaine concourt à rendre les approvisionnements alimentaires plus vulnérables et moins durables, notamment à l’heure du changement climatique avec la disparition annoncée, ou déjà constatée, de nombreuses races animales et variétés végétales comportant pourtant des traits uniques, comme la résistance aux maladies ou la tolérance aux conditions climatiques extrêmes. En conséquence, l’agriculture devient de moins en moins capable de s’adapter aux défis environnementaux que la planète doit relever (changement climatique, désertification, pénurie d’eau, etc.).

Pascal Farcy
1- La production moyenne d’une vache Holstein-Friesian, durant un cycle de lactation de 331 jours en moyenne, était de 8628 litres de lait en France en 2005. Cette vache est devenue, de loin, la vache la plus répandue au monde.

2- La France était à 6,98 t/ha en 2005. A noter que cette évolution a été accompagné d’une baisse très sensible des qualités de panification de la céréale et d’un recours important aux engrais, entre autres.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 20 mai 2008 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
yvan
21 mai 2008 - 0 h 00 min

On se plaint du manque de diversité mais on condamne Kokopelli pour avoir osé commercialiser (?) des graines diverses et variées telles que tout bon petit jardinier aime à planter pour cueillir des gouts nouveaux et tout et tout… Il faudrait savoir ! On en veut de la diversité ou on n’en veut pas ?
On se plaint du manque de diversité mais la loi sur les OGM est passée en forçant la main aux députés UMP… les OGM c’est la fin de la diversité puisque c’est le brevetage du vivant… On la veut la diversité ou on la veut pas…

Si si on la veut mais pas trop quand même !


diego
21 mai 2008 - 0 h 00 min

D’accord avec vous Yvan, mais le plus grand des paradoxes c’est encore la FAO qui œuvre à toujours plus de production pour nourrir la planète et maintenant semble découvrir les conséquences de son action.
Quand on applique les recettes qui conduisent à l’uniformisation, il ne faut pas se plaindre qu’on y parvienne.


simon34
22 mai 2008 - 0 h 00 min

Il faudrait dire ça au président du comité d’experts de l’AFSSA sur les biotechnologies, Philippe Joudrier, grand militant pro-OGM et désinformateur public, qui usait récemment de son atorité de chercheur INRA dans une conférence publique qu’il n’y avait aucun problème pour la diversité des variétés cultivées, grâce aux OGM. Ayez confiance en la science. C’est vrai qu’on sait combien les techno-scientistes sont objectifs et impartiaux… Sans doute pour ça qu’on retrouvait le sigle du GNIS dans sa présentation. J’en ai la nausée.
Heureusement nous avons le blockhaus de Svalbard, Monsanto et Syngenta nous sauverons, avec la complicité de ce genre d’individu (qui je le rappelle, est payé par nous). Ouf.
Simon


pol
23 mai 2008 - 0 h 00 min

Jusqu’à preuve du contraire la FAO ne s’occupe pas des politiques agricoles aux USA, en Europe, au Japon, en Chine….. Dans l’échelle des responsabilités, il faut savoir hierarchiser (un minimum)… Cela me paraît plus honnête….



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
62

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS