Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » La chrysomèle des racines du maïs éradiquée en Ile-de-France
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La chrysomèle des racines du maïs éradiquée en Ile-de-France

Historiquement, le maïs savait se défendre contre un petit coléoptère, la chrysomèle des racines (1), en émettant une substance qui attire des vers minuscules (des nématodes) pour tuer les larves indésirables et le délivrer de son ravageur. Or, cette aptitude aurait été perdue au cours des processus de sélection menés en Amérique du Nord, selon une équipe de l’université de Neuchâtel, en Suisse, qui a travaillé sur le sujet. 
Si aux USA, les agriculteurs ont essentiellement recours aux pesticides pour lutter contre la chrysomèle des racines du maïs, en y consacrant plus d’un milliard de dollars par an, la France, et plus particulièrement la région Ile-de-France, privilégie la rotation des cultures.

Le résultat est pour le moins probant, avec pour la deuxième année consécutive, aucune chrysomèle des racines du maïs de détectée durant l’été en Ile-de-France. Sans capture sur ces deux dernières années, et malgré un important dispositif de piégeage (400 pièges (2) installés sur l’ensemble de l’Ile-de-France), l’ensemble des foyers franciliens est considéré comme éradiqué.

Ce résultat démontre l’efficacité des mesures de lutte, et en particulier la rotation obligatoire des cultures, mises en place depuis 2002 par les services de l’Etat et la profession agricole sur le territoire régional. Les mesures réglementaires liées à la gestion des foyers de chrysomèle des racines du maïs seront donc assouplies pour l’Ile-de-France en 2008.

Toutefois, compte tenu des risques élevés d’introduction de cet organisme via le transport aérien, des mesures de rotation culturale sont prévues autour des aéroports ayant un trafic international, et autour du cœur de foyer de Gouvernes (Seine-et-Marne), plus gros foyer jamais détecté en France. Dans le reste de la région, les producteurs seront vivement encouragés à maintenir un assolement diversifié.

Par ailleurs, le dispositif de détection de l’insecte sera reconduit en 2008 avec la mise en place d’un plan de piégeage à nouveau fondé sur une analyse des risques. En 2008, comme en 2007, aucun traitement insecticide ne sera imposé par les services de l’Etat en Ile-de-France, en l’absence de capture.

Pour mémoire, l’Ile-de-France est touchée par la chrysomèle des racines du maïs depuis 2002, année où deux foyers ont été découverts à proximité des aéroports de Roissy et d’Orly. En 2004 et 2005, cinq autres foyers ont été décelés dans la région. En 2007, six nouveaux foyers ont par ailleurs été détectés en Rhône Alpes, Alsace et Bourgogne.

Pascal Farcy
1- la chrysomèle des racines du maïs (Diabrotica virgifera LeConte) est un petit coléoptère, de 5 à 6 mm de long, de la famille des Chrysomélidés qui s’attaque aux racines des maïs. Originaire d’Amérique centrale, elle fait partie d’une famille qui comprend 338 espèces, qui a progressivement envahi l’Amérique du Nord pour devenir le principal ravageur du maïs. Elle a été signalée pour la première fois en Europe en 1992, en République fédérale de Yougoslavie (Serbie), près de l’aéroport international de Belgrade. 
2- Pour détecter la présence éventuelle de la chrysomèle des racines du maïs, des pièges à glu, sur lesquels les coléoptères se collent, sont disposés dans les cultures.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 17 décembre 2007 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
claude reboul
22 décembre 2007 - 0 h 00 min

Bien l’bonjour,
J’ai lu avec intérêt cet article sur la chrysomèle du maïs. Si l’éradication peut se faire uniquement en pratiquant les cultures tournantes… Bravo. Pas de pesticides, d’insecticides… mais alors, que vient faire la pub de Bayer, grand polueur devant l’éternel… humain. Si si! En haut de la page, là à droite avec comme lien : -Innovation Fongicides- : Fongicidses Céréales : le choix qui s’impose sur Septorioses ! C’est un beau pied de nez du pesticideur aux écolos que nous sommes.
Allez, à la revoyure.


Babayé
31 décembre 2007 - 0 h 00 min

Cet article est d’une importance capitale pour les agriculteurs ainsi que pour les consommateurs. En effet, plusieurs études ont montré des impacts très négatifs de pesticides sur la santé humaine et sur l’environnement.C’est du reste pourquoi des alternatives dont les rotations des cultures sont developpées afin de minimiser l’emploi des pesticides chimiques dangereux. Ce qui permetra de protéger la santé humaine et environnementale.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
29

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS