Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » La biodiversité a-t-elle le droit de cité dans la semence
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  3. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  4. La voiture électrique : pas totalement ...
  5. La filière éolienne de plus en plus puissante ...


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






La biodiversité a-t-elle le droit de cité dans la semence

‘ON A PERDU !’, c’est par ces 3 mots laconiques que l’on est actuellement accueilli sur le site de Kokopelli, une association qui œuvre à la conservation/diffusion des semences anciennes et qui faisait face à 2 procès pour vente de semences non inscrites au catalogue officiel (1).

Alors que ces 2 procès avaient été initiés quasi-simultanément par le GNIS (2) et la FNPSP (3), le 15 novembre 2005 pour le premier, et par la société Graines Baumaux, 9 décembre 2005, pour le second, les verdicts finaux ont été rendus également quasi dans le même temps, en janvier de cette année. Dans l’un comme dans l’autre, l’association est condamnée, avec 23 000 € pour l’Etat et la FNPSP, et 12 000 € pour le semencier Baumaux.

Dans un communiqué, Raoul Jacquin, en charge des relations publiques de Kokopelli, reconnaît que ‘Il faut être réaliste : les semences que défend l’association Kokopelli, étant maintenues dans l’illégalité par une volonté politique, nous ne pouvions pas gagner ces procès.’ Néanmoins, il s’étonne que dans la continuité du Grenelle de l’environnement et des déclarations d’intention qui y ont été faites sur la nécessité de sauvegarder la biodiversité, ‘…une association qui sauvegarde avec ses adhérents et ses sympathisants, plus de 2500 variétés en risque de disparition’ soit condamnée.

Cela dit, à bien y regarder, s’il est indéniable que l’association est condamnée, on peut s’étonner que les tribunaux n’aient pas été au bout de leur démarche en obligeant Kokopelli à cesser la vente de produits non autorisés par la législation, comme demandé lors des audiences… De même, les condamnations sont bien en deçà de ce qui était attendu par les parties civiles.

Faut-il y voir la sortie sur la pointe des pieds d’un pays qui n’a eu de cesse de promouvoir une ‘agriculture productiviste’, dispendieuse en pesticide, où les semences hybrides sont reines… Faut-il y voir, une évolution étatique face aux recommandations que formule depuis peu la FAO (Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture) en faveur de l’agriculture biologique… Ou faut-il y voir un Etat empêtré dans ces contradictions lorsqu’il bloque la commercialisation des semences anciennes, tout en laissant la grande distribution, entre autres, en diffuser les fruits… ?

Une chose est certaine, ces procès sont le révélateur du scandale que constitue la confiscation du vivant pour des intérêts très particuliers, et de la tentative de faire disparaître un bien de l’humanité façonné par des centaines de générations de jardiniers de façon totalement désintéressée… Ainsi, en ce sens, ces procès n’auront pas été inutiles s’ils aboutissent enfin à une libéralisation du marché de la semence ancienne (4)…

Pascal Farcy
1- L’inscription au catalogue officiel conditionne sont l’usage professionnel des semences, empêchant de fait la commercialisation des variétés non-inscrites, sauf pour la vente aux amateurs de certaines semences potagères. Notons également, que ce catalogue voit chaque année de nouvelles obtentions, généralement hybrides, se substituer à des variétés anciennes peu demandées.

2- Groupement National Interprofessionnel des Semences.

3- Fédération nationale des professionnels des semences potagères et florales.

4- Pour soutenir l’association Kokopelli (adhésion, message de soutien, signature de la pétition, etc.), voir leur site.

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
mouchamiel
3 février 2008 - 0 h 00 min

En tant que membre de l’association KOKOPELLI, anciennement « TERRE DE SEMENCES » depuis sa creation il y a plus de quinze ans,je suis ecoeure qu’une asso loi 1901 qui ne fait aucun profit mais vit exclusivement des cotisations de ses membres ,de la ventes de son tres beau et instructif catalogue- a recommander comme livre de chevet pour tous ceux qui aiment lire « l’histoire des graines » et accessoirement de la « vente » de quelques milliers de sachets de graines introuvables ailleurs ( sauf …chez Baumaux pour certaines..bizarre non, j’ai dit bizarre – le budget annuel de KOKOPELLI n’atteint meme pas 1/10 du Benefice 2007 de cette entreprise(c’est pour vous situer la lutte DAVID contre GOLIATH)soutenue par des complicites et des appuis au sein des instances gouvernementales(GNIS, FNPSP)et qui participe a de nombreux projets avec des grandes villes francaises ou des Jardins botaniques , qui savent ou s’adresser pour trouver les graines rares, soit comdamnee a disparaitre , vu les sommes auxquelles elle est comdamee (35000 euros,si je vous lis bien).
Ce qui derange surtout tous ces gens, J’ose dire toute cette « MAFIA DE L’AGRO-BIZNESS »,c’est que KOKOPELLI redistribue GRATUITEMENT 400000 sachet de graines au paysans du TiersMonde qui n’ont aucun moyen d’acheter les graines officielles en 2007 par exemple…
Quelle horreur !! donner des graines, quel culot ils ont ces gens qui nous enlevent pe pain de la bouche….
Et enplus, ils vont sur place pour les aider et leur faire redecouvrir des methodes culturales ancestrales que L’Agro-industrie a balayees en meme temps qu les arbres centenaires pour y semer les OGM qui sauveront le Monde de la famine…. Arretez de me faire rire, j’ai les levres gercees….
Pour etre au courant de toutes ces actions de KOKOPELLI et pour leur apporter reconfort et soutien (pourquoi pas financier, braves jardiniers amateurs) allez consulter tout cela sur leur site; c’est clair, edifiant,instructif, remarquable !!
Il faut sauver KOKOPELLI,et vite, car apres eux, de nombreuses assos vont tomber sous les memes coups du rouleau compresseur des viandards qui veulent mettre en coupe reglee tout ce qui est vivant.
Faites circuler ces infos, informez les medias , contactez vos elus (avant les elections ils sont tous intersses…!) Bref agissez!!
Et que vive la BIODIVERSITE …( Mr BORLOO dixit et mr sarko redixit !!(Vous compenez pourquoi je mets son nom en minuscules….)


phosphora
3 février 2008 - 0 h 00 min

la condamnation de kokopelli, encore un exemple criant des répressions du régime « totalitaire » qui se durcit progressivement et dont nul n’est conscient, les interdictions pleuvent de toutes parts, et la répression à tous les niveaux!! on étouffe en France, et on s’angoisse de plus en plus…
d’autre part, cette administration que l’on nomme pompeusement « justice », n’a rien à voir, si l’on regarde bien avec un organe qui rendrait la Justice: trop de cas à citer….ouvrez vos yeux et vos oreilles….


PEGASE
3 février 2008 - 0 h 00 min

On marche sur la tête, en ce début de XXI° siècle. Quand l’Homme viendra-t-il pour remplacer ce petit être humain plein de peurs! Nous avons tous droit au bonheur partagé, sans modération.


annyde
3 février 2008 - 0 h 00 min

d’accord avec les autres avis cités et question subsidiaire :LIBERTE ou te caches tu ?


markusse
3 février 2008 - 0 h 00 min

les semences sont elles proprietes de l homme, peut faire un profit sur tout… je suis indigné une fois de plus sur le comportement
delirant des êtres humains sans conscience.


constantinidis
3 février 2008 - 0 h 00 min

Je viens d’adhérer à leur association en tant que memebre actif.

Il me semble que lorsqu’on trouve une cause juste, il faut savoir s’impliquer et soutenir aussi financièrement ceux qui travaillent à maintenir la biodiversité dans un monde où l’on uniformise tout et tout le monde.

Je fais partie d’Alterconsos, association claquée sur le modèle d’une AMAP. Nous achetons directement aux paysans de Normandie leurs produits bios et j’ai fait passer l’info à l’A.G. pour que d’autres adhèrent aussi à l’association. Ils vont avoir un cap difficile à passer, mais on peut réagir et ne pas assister silencieusement à un naufrage.

On n’a pas souvent l’occasion de pouvoir agir efficacement, alors, chacun fera comme il l’entend.

Bravo pour votre site et pour les informations qu’il diffuse.

Jean CONSTANTINIDIS


adrilau
3 février 2008 - 0 h 00 min

Pourquoi ces semences ont-elles été interdites à la vente ? Pourquoi cette loi ?


tosca
3 février 2008 - 0 h 00 min

je suis catastrophée, j’ai fait signer beaucoup de pétitionnaire des côtes d’armor, je suis surprise, scandalisée, désolée. Mais que faut-il donc faire pour qu’on nous entende ?


simon34
5 février 2008 - 0 h 00 min

Ces procès auront coûté la bagatelle de 88000 euros en deux ans à une association comptant plus de 4000 adhérents ! Il y a vraiment de quoi pleurer devant une telle INJUSTICE. Bienvenue en Sarkozie !
Simon


rosedeberne
9 février 2008 - 0 h 00 min

D’accord avec vous tous : ces condamnations de Kokopelli sont absolument révoltantes, et tout à fait angoissantes pour ce qui est de notre avenir à tous . Soutenir Kokopelli par tous les moyens est plus qu’une nécessité, car c’est devenu un symbole. Au delà des apports financiers que chacun peut faire selon ses moyens, et des actions auprès des élus que vous avez suggérées, et qui me semblent indispensables, je voudrais mentionner le fait de semer soi même, et multiplier, et faire connaître toutes ces variétés, autant que nous le pouvons . J’avais semé moi-même, il y a quelques années plus de 60 variétés de tomates (illégales !), de semences provenant de Kokopelli (maraichère bio – activité suspendue pour raisons de santé – je pense reprendre cette année) : l’accueil par la clientèle, dont plusieurs (grands) restaurateurs a été fabuleux : un vrai festival de saveurs,couleurs, formes, etc … Pourquoi nous priver de tout cela ? Si nous faisons connaître ces variétés autour de nous, la demande viendra des consommateurs : ce sera donc de plus en plus difficile de s’opposer à leur production « professionnelle », et donc à la diffusion « commerciale » de leurs semences.
Une autre idée : puisque Baumaux est si ardent contre Kokopelli, soyons-le envers Baumaux : demandons-lui de nous envoyer leur catalogue. C’est gratuit. Ne leur commandons rien, bien sûr. Mais faisons en sorte que cette dmande de catalogue soit multipliée : que tous nos parents, amis, voisins, fassent de même … Un ctalogue doit bien côuter quelques centimes d’euros à Baumaux : j’avais d’abord pensé leur renvoyer avec un commentaire bien senti celui qu’ils m’ont envoyé cette année, mais tel ce principe des arts martiaux qui consiste à se servir de la force de l’adversaire, je pense que le fait de l’amener à multipler ses envois serait plus efficace … Enfin, j’ai connu une vieille dame qui avait coutume de jeter sur les bas-côtés, un peu au petit bonheur la chance, des semences de variétés locales mais en voie d’extinction, pour leur redonner vie : il y a peut-être une idée à creuser …


marseille42
10 février 2008 - 0 h 00 min

Aux dernières nouvelles, Kokopelli a perdu, oui, mais… Certes, il faut l’aider. Mais, pourquoi, diable, les grandes surfaces qui vendent des variétés non commercialisables mais réservées aux amateurs, ne sont-elles pas lourdemnet pénalisées? Il me semble que les consommateurs ne devraient pas se laisser séduire par celles-ci et les boycotter en écrivant à la direction de leur supermarché préféré pour lui dire le pourquoi de leur attitude. Mais les mêmes qui plaignent kokopelle dachèteront les tomates noires pour en mettre plein la vue à leur amis ou parentèle.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
110

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS