Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’UE : sa consommation de pesticides resterait dans les normes
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. Réduire l’impact environnemental des chats en ...
  2. Améliorer l’isolation de son logement par la ...
  3. La voiture électrique : pas totalement ...
  4. La filière éolienne de plus en plus puissante ...
  5. Inondation et pesticides : qu’en est-il ?


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’UE : sa consommation de pesticides resterait dans les normes

Alors que les pesticides et leur impact sanitaire ne cessent de susciter de nouvelles inquiétudes, l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) vient de publier son premier rapport annuel sur les résidus de pesticides observés dans l’alimentation au sein de l’Union européenne au cours de l’année 2007. Incluant les 27 Etats membres de l’Union européenne ainsi que la Norvège et l’Islande, l’étude a analysé plus de 74 000 échantillons issus de près de 350 aliments différents. Bénéficiant de méthodes analytiques élargies, celle-ci a veillé à la détection de 870 pesticides pour l’année 2007, un chiffre en augmentation de 13 % par rapport aux années précédentes. Le type de pesticide variant selon l’aliment examiné, 354 pesticides ont été recherchés pour les seuls fruits et les légumes contre 72 pour les céréales.

Au final, l’EFSA se veut rassurante, constatant que 96 % des échantillons analysés sont conformes aux Limites Maximales de Résidus (LMR) légales. Seuls 4 % sont en dépassement, un chiffre en légère baisse par rapport aux 5 % observés en 2006. Toutefois, comme le souligne l’organisme européen, cette amélioration est à relativiser, le nombre de pays pris en compte évoluant d’une année sur l’autre, de même que les programmes nationaux de surveillance.

Pour fixer ces LMR, l’EFSA déclare devoir concilier des niveaux d’exposition sans danger à une quantité minimale de pesticides nécessaire aux cultures « pour obtenir l’effet recherché ». Pour évaluer l’exposition chronique du consommateur, c’est-à-dire sur le long terme, elle affirme toutefois avoir appliqué le principe de précaution, en élaborant des scénarios surestimant l’exposition. Excepté pour un pesticide, le diazinon, « l’exposition chronique ne doit pas susciter d’inquiétude pour la santé du consommateur ». Il est noté, en outre, que pour le diazinon toutes les autorisations ont été retirées depuis le mois de décembre 2007 et les LMR abaissées.

Concernant une exposition aiguë, à savoir à court terme, l’EFSA a également imaginé une consommation alimentaire élevée, combinée au plus haut niveau de résidus observés au cours du programme de surveillance de l’UE en 2007. Or, bien qu’elle déclare que ces cas d’ingestion critiques soient très peu probables, elle admet cependant qu’une telle exposition n’exclut pas un risque potentiel pour le consommateur pour certains des résultats obtenus relatifs à 52 combinaisons de pesticides/aliments.

Qu’il s’agisse de l’alimentation humaine ou animale, l’EFSA assure prendre en compte toutes les franges de la population, incluant celles considérées à risques comme les jeunes enfants, les personnes âgées et les végétariens. D’après le rapport, en 2007, 0,6 % des prélèvements effectués dans l’alimentation pour enfants excédaient les LMR fixées.

Si ce bilan semble extrêmement positif, il prend pourtant le contre-pied de bon nombre d’études attestant de la nocivité des pesticides pour la santé humaine, responsables notamment de dysfonctionnements des systèmes hormonaux ou d’un risque accru de la maladie de Parkinson chez les agriculteurs.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
Linotte
15 juillet 2009 - 0 h 00 min

Ce ne sont pas les mêmes méthodes d’analyse que celles du Mouvement pour le Respect des Générations Futures, sans doute…


Anibé
20 juillet 2009 - 0 h 00 min

C’est simplement que l’EFSA, dont les membres ont les moyens de se nourrir exclusivement en bio, ne veulent pas que le péquin de base panique en s’apercevant que sa nourriture est pourrie… :o )
Ils veulent notre bien, quoi. :o D

Puis faut se mettre à leur place: si tout le monde voulait manger bio, où irions-nous, ma bonne dame? Si tous les agriculteurs se mettent au bio, à quoi ça servira de gagner énormément de pognon? hein?
Faudrait pas croire que les « privilèges » sont une vue de l’esprit…

Bon, finalement, comment dire poliment que tout ça ne peut plus durer? Comment dire poliment que ces gens-là sont complices de crimes qui devront un jour être jugés?



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS