Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’insecticide CRUISER : plus autorisé mais… remplacé
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’insecticide CRUISER : plus autorisé mais… remplacé

Depuis 2008, le ministre de l’agriculture accorde, année par année, grâce à un système pernicieux de dérogation d’une durée d’un an, des renouvellements d’Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) de l’insecticide CRUISER. Pour contrer cette pratique, renouvelable à l’infini alors même que la preuve de l’innocuité de ce produit fait défaut, l’UNAF a déposé pas moins de 4 recours au Conseil d’Etat, respectivement en 2008 et 2009 pour le CRUISER®, en 2010 et 2011 pour le CRUISER® 350.

Le 24 janvier dernier, le rapporteur public du Conseil d’Etat, monsieur Edouard GEFFRAY, demandait l’annulation des décisions du ministre de l’Agriculture autorisant le CRUISER, respectivement prises en 2008, 2009 et 2010. Or, par un arrêt rendu le 16 février dernier, le Conseil d’Etat a finalement annulé les autorisations de mise sur le marché du CRUISER, délivrées en 2008 et 2009 à Syngenta par Michel Barnier, ministre de l’Agriculture. Le Conseil a, en effet, estimé que « le Ministre n’apporte pas d’éléments suffisants et précis », ajoutant que « l’appréciation à laquelle s’est livrée l’AFSSA/ANSES et sur le fondement de laquelle le ministre a pris la décision contestée repose sur une méthode d’évaluation du risque qui n’est pas conforme à celle qu’exige la réglementation ».

Malheureusement, il s’agit là d’une victoire en demi-teinte. D’une part, comme le souligne Henri Clément, président de l’UNAF, il est regrettable qu’il faille d’abord violer la loi pour régler des comptes ensuite. Mais plus dommageable encore, bien qu’écarté, le CRUISER passe déjà la main à son remplaçant. En effet, sur une décision de Bruno Lemaire, ministre de l’Agriculture, prise en 2010 et renouvelée en 2011, le CRUISER 350 a vocation à remplacer le CRUISER illégal. Pourtant, selon l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, les deux produits sont strictement identiques. En effet, si Syngenta a rebaptisé son produit, la molécule active utilisée reste le thiamétoxam. Malgré cela, bien que récemment décrites comme irrégulières par le Conseil d’Etat dans le cas du CRUISER, les mêmes procédures d’évaluation sont appliquées.

Pour l’heure, le Conseil d’Etat a annoncé ne pas vouloir statuer immédiatement sur l’AMM du CRUISER 350, disponible sur le marché depuis 2010, et a renvoyé sa décision à plus tard. A l’instar de l’UNAF, le rapporteur public au Conseil d’Etat avait pourtant demandé l’annulation du CRUISER et du CRUISER 350, pour des motifs communs et par un même arrêt. L’instruction se poursuit donc, voie laborieuse et coûteuse pour les syndicats agricoles mais synonyme de gain de temps pour les grands groupes fabricants.

Cécile Cassier

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
hlrillh
24 février 2011 - 0 h 00 min

La malhonnêteté et la corruption dominent ces questions au détriment du bien universel public.
Le Cruiser 350 est un poison comme nombre d’autres produits destinés à augmenter la rentabilité de l’exploitation des ressources naturel et anéantissant leur chances d’assurer le bien être des générations futures.
La présente attitude du conseil d’état, nageant dans la « non-décision » est lamentable.
HL


thylacine
24 février 2011 - 0 h 00 min

L’agriculture intensive ne peux fonctionner qu’avec l’arsenal chimique et mécanique qui l’accompagne. Interdire le Cruiser ne fera qu’ouvrir la porte à son remplaçant. Combien se sont déjà ainsi succédé? Ils sont tous toxiques, puisque c’est justement leur toxicité qui fait qu’on les utilise! Un insecticide inoffensif est un non-sens! Alors, pourquoi continuer cette mascarade?…
Seule une remise en cause globale de l’agriculture pourrait résoudre le problème. Devant la démographie galopante, est-ce encore envisageable? La fuite en avant de l’humanité n’a guère d’issue très souriante…


vigie 53
24 février 2011 - 0 h 00 min

Encore une casserole supplémentaire accrochée à ce gouvernement que la France ne méritait pas


Jan
25 février 2011 - 0 h 00 min

Ne rien faire est pire car cela donne un signal d’impuissance et ouvre « l’autoroute » du grand n’importequoi.
La solution serait de subventionner le bio audela des subventions de l’intensif pour permettre l’embauche massive de main d’oeuvre et cela résoudrait en même temps les problèmes de chomage.
Le budget chomage d’aujourd’hui pourrait être dépensé demain en subventions pour promouvoir une agriculture propre.
C’est sûr les dirgeants et leurs copains y gagneront moins…



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
218

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS