Votre inscription à la newsletter a bien été prise en compte.

cliquez ici pour telecharger votre Stop Pub numérique

Fermer
Univers Nature - Actualité, environnement, habitat et santé » ACTUALITE » Agriculture Chasse » L’Europe prépare une réforme radicale des pêches
Vous avez aimé cet article ? Aidez nous en
partageant sur
X
L'éco-photo de la semaine
© 2015 Normand Primeau Fine Art Photography. All rights reserved.

  Recevez chaque semaine l'ACTUALITE
  d'Univers Nature par email

   150 280 abonnés
   des Actualités depuis 1999
   un STOP PUB numérique offert
   5 journalistes


La vidéo de la semaine


Chiffre Clé
· Le chiffre du moment : 42 millions de tonnes … ·
C’est le « chiffre » du moment, ou plus précisément, selon le dernier [...] Lire la suite ...

> Voir tous les chiffres clés

Articles les plus lus
  1. LES BÉNÉFICES ÉCOLOGIQUE DU CANNABIS
  2. Laurent Wauquiez s’en va en guerre contre la nature
  3. Les voyages en camping-car sont-ils écolos ?
  4. Des aigles contre des drones
  5. Expositions des enfants aux substances toxiques


Focus Sur
post-tweeter-440x220
Devenir BIOTONOME avec BIOCOOP.

Le dossier du mois
pollution-air-chine-morts
La pollution atmosphérique n’est pas un problème récent, cependant ses conséquences réelles et les conditions qui la rendent plus dangereuse sont au centre des recherches scientifiques. En effet, aujourd’hui la pollution de l’air tue plus de personnes que le SIDA, la malaria, le cancer du sein ou encore la tuberculose. Désormais, les ennemis de la santé publique sont principalement les particules fines. Si nous évaluons [...] Lire la suite ...

Archives depuis 1999






L’Europe prépare une réforme radicale des pêches

Pendant que la France fait face au mouvement social des pêcheurs dans le Nord-Pas-de-Calais, la Commission européenne vient d’ouvrir une large consultation dans le domaine des pêches. Publiant mercredi 22 avril son Livre vert des pêches, la Commission liste les points faibles de la politique actuelle et prépare une réforme qui se veut « radicale » pour 2012.

D’après le document adopté, la situation est à « l’épuisement des stocks halieutiques européens. 88 % sont surexploités (contre une moyenne mondiale de 25 %) et 30 % sont hors des limites biologiques de sécurité, ce qui signifie qu’ils sont susceptibles de ne pas pouvoir se régénérer ». On connaît bien sûr la situation très inquiétante du thon rouge, mais c’est aussi le cas d’espèces les plus populaires, par exemple, les cabillauds de la Mer du Nord qui sont à 93 % pêchés avant d’avoir pu se reproduire.

La première cause annoncée de cet effondrement des stocks est la surcapacité de la flotte de pêche. D’après ce Livre vert, la flotte européenne est « disproportionnée par rapport aux ressources disponibles » et les politiques précédentes ne l’ont réduite que de l’ordre de 2% en moyenne par an. Cette réduction des capacités, faible s’il en est, a de toute façon été sans effet puisqu’elle fût largement compensée par les gains de productivité liés aux progrès technologiques, estimés, quant à eux, entre 2 et 3 % par an.

La Commission entend donc plancher durant les années à venir pour régler ces problèmes de surpêche et de surcapacité, prônant une politique portée par une vision à long terme de l’activité. Car jusqu’à présent, les experts européens reconnaissent que la gestion des pêches s’est enfermée dans un cercle vicieux où raréfaction de la ressource et difficultés économiques du secteur s’entraînent mutuellement vers une chute inéluctable. « Poussés par des pressions politiques et économiques soutenues, les Etats membres ont demandé un nombre incalculable de dérogations, d’exceptions et de mesures spécifiques ». En a résulté une « microgestion », au coût de contrôle extrêmement élevé, qui ne permet que des mesures à courts termes et ne peut assurer la viabilité du secteur. Il y a donc bien un problème structurel sérieux et la Commission souligne, outre la surexploitation, « le manque de volonté politique pour le respect des limitations de pêches » et « un cadre qui ne responsabilise pas suffisamment le secteur ».

Le Livre vert et sa série de propositions se trouvent donc à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 31 décembre 2009 en consultation avant la proposition d’un nouveau règlement de base pour la politique commune des pêches. Faut-il limiter la capacité par voie législative ? Le déclassement des navires ou l’établissement de droits de pêche transférables (vendables) représentent-ils des solutions ? Comment hiérarchiser les responsabilités ? Comment mettre en place des plans de gestion à long terme ? Comment mieux intégrer la politique des pêches, notamment aux questions relatives aux écosystèmes marins et au changement climatique?… sont, entre autres, les questions sur lesquels les pêcheurs et autres parties concernées du secteur, mais aussi les experts, la société civile et les citoyens intéressés, sont invités à communiquer leur point de vue (1).

Elisabeth Leciak

>> Réagissez sur cet article avec votre compte Facebook

commentaires sur cet article - Univers Nature

Article écrit par Pascal (voir la biographie)
le 23 avril 2009 à 12:00

3131 articles publiés sur Univers-Nature, depuis 1999
PARTAGER / ENVOYER PAR E-MAIL


Commentaires
mimichris
26 avril 2009 - 0 h 00 min

Je suis né à Paris en 1941 et j’y suis resté jusquà 25 ans, je me souviens que l’on ne trouvait pas de poisson sauf de la morue séchée, une bonne partie de l’année, car à l’époque, la pêche avait lieu uniquement en hiver, tous comme les huitres, car on ne connaissait pas les transport réfrigérés, on avait seulement de la glace et de ce fait on commençait à trouver du poisson sur les étales qu’au début de l’Hiver, ce qui limitait la pêche dans le monde, sauf celui de la morue, mais c’était assez artisanal et le poisson restait cher et n’était pas accessible à tous les foyers.

La pêche était donc limité naturellement.



Partager sur
S'inscrire à la newsletter
Commenter cet article    
22

Votre nom : Votre adresse mail :
Votre message :  
 




à lire aussi
Agriculture...
Chardonneret Elégant
     
Flux RSS